Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
REFLUX GASTRO-OESTROPHAGIEN
RGO

SEMIOLOGIE
Des brûlure rétrosternale (pyrosis) et/ou des remontées acides du contenu gastrique jusqu’au niveau pharyngé (hors vomissements) sont des symptômes pathognomoniques de RGO. Leur caractère postural et/ou post-prandial, est très évocateur. Des brûlures épigastriques sans trajet ascendant peuvent complter le tableau clinique de RGO.
A coté de cette sémiologie typique, des accès de toux ou une dyspnée asthmatiforme, souvent nocturnes, des symptômes pharyngés ou laryngés (enrouement, dysesthésies bucco-pharyngées), des douleurs simulant un angor peuvent en être les manifestations, isolées ou associées aux symptômes précédents. [Lire]
NB : Une enquête des laboratoires Mayoly Spindler auprés de 1500 MG et gastroentérologue a montré que 72% des patients atteints de RGO souffrent également de TFI (Troubles fonctionnels intestinaux-$ du colon irritable). La prévalence des TFI est trois fois supreiure ches les patients souffrant de RGO que dans la population générale. A Noter enfin que la prise en charge thérapeutique du TFI permet dans 92 % des cas une amélioration de la qualité de vie des patients atteints de RGO (Impact Médecine N° 76 Avril 2004)
EXAMENS COMPLEMENTAIRES
La fibroscopie n'est pas indiquée d'emblée chez le sujet de moins de 50 ans sans signe de gravité (amaigrissement, anémie, troubles de la déglutition).
Elle s'impose en cas d'echec thérapeutique, d'altération de l'état général, de signes de gravité et aprés 50 ans.

La pH-métrie œsophagienne des 24 heures est l’exploration fonctionnelle la plus sensible pour diagnostiquer un RGO. Elle est rarement nécessaire mais peut être trés utile chez le nourrisson et l'enfant.

TRAITEMENT
Il associe
  • des mesures diététiques,
  • Des mesures posturales
  • des pansements gastriques adaptés (Topaal °, Gaviscon °)
  • Des produits gastrokynétiques comme le Primpéran °, le Motilium ° beaucoup plus rarement le Prépulsid °
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons(IPP) sont les produits de référence pour traiter les lésions et les symptômes liés au RGO aussi en traitement d'attaque que d'entretien. Même en l'absence d'hyperacidité gastrique, l'acide chlorhydrique gastrique demeure le principal agresseur de la muqueuse oesophagienne.
    Le but du traitement est donc d'augmenter le pH gastrique au dessus de 4 en particulier pendant la nuit
    L'efficacité des IPP est améliorée par une prise 15 à 30 minutes avant un repas suffisamment calorique pour mettre les pompes à protons en action.
Le traitement initial nécessite une durée de 4 semaiines (parfois 8 semaines)

Avant 60 ans et/ou en l'absence de lésion oesophagienne, on pourra utiliser n'importe quel IPP
  • Oméprazole 10 mg
  • Rabéprazole 10 mg
  • Lansoprazole 15 mg
  • Esoméprazole 20 mg
  • Pantoprazole 20 mg
Si l'endoscopie a montré une oesophagite, les doses sont doublées

Le traitement des récidives peut être continu ou intermittent

En cas d'echec des IPP
La recherche d'hélicobacter pylori peut être licite mais on peut également suspecter une symptomatologie purement fonctionnelle d'hypersensibilité oesophagienne

Voir également SNFGE.ASSO.FR
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente