vulvo vaginite ohayon
LES IRRITATIONS VULVO-VAGINALES
Une mise au point, du point de vue pratique
Dr Ohayon FEMI WEB

Dans la pratique, une patiente qui consulte pour des irritations vulvo vaginales ne peut pas avoir mille choses. C’est, impression personnelle type ordre d’idée, un tiers de candidoses pures, 15% de candidoses associées à un germe banal, opportuniste, type corynebactérie, E. Coli ou steptocoque, un tiers de vaginoses, gardnerella surtout, 15% de salpingites, en ce moment, beaucoup de mycoplasmes et peu de chlamydiae et enfin 5% d’herpès.

La candidose
la symptomatologie est très bruyante. C’est rouge de la vulve au col. Si elle est pure, les leucorrhées sont épaisse, type lait caillé et ça démange plus que ça ne brûle, surtout le soir.
Les pertes posées sur une petite bandelette Ph, ça donne Ph à 4.
Moins pure si elle a traîné, les pertes sont différentes, plus liquides, avec un Ph vers 5.
Voir également Mycoses vulvo-vaginales récidivantes
Voir également Mycoses vulvo-vaginales

Vaginose.
La vulve est rarement très rouge. Le col non plus.
Ca brûle plus que ça ne démange, les pertes sont très abondantes. Elles coulent.
Elles chauffent la fourchette vulvaire. Elles empèsent le linge. Elles sont de couleur blanche, voile de vert ou voile de gris. On y voit des petites bulles, quasi systématiquement.
Elles sentent mauvais ou vraiment fort.
Sur la bandelette ph, 6 facile.
Esculape: Le germe impliqué, Gardenella vaginalis est un anaérobie est généralement sensible au FLAGYL ® et apparenté .

Salpingite.
Facile quand elle flambe.
A la pose du spéculum, la patiente bondit.
Les pertes sont abondantes, colorées, toutes les couleurs sont possibles.
Au toucher, diminution de souplesse évidente et douleur importante, souvent latéralisée.
Moins facile quand elle ne flambe pas encore.
Voir également : Salpingites

Vaginoses ou candidoses à répétition,
Tableau bâtard type candidose avec, toujours, un col violacé, congestif et un Ph intermédiaire, jamais à 3.
Faîtes rechercher, au labo, prélèvement fait sur place, le mycoplasme et le chlamydiae.
Voir également Mycoses vulvo-vaginales récidivantes

L’herpès.
La primo-infection, une vulve enflée, très atteinte. Des vésicules ou pustules ou éraillures d’âge différent et surtout, toujours, un ou des ganglions dans l’aine.
La résurgence. Facile, la lésion comme on la connaît qui a débuté par un petit prurit et là aussi le ou les ganglions dans l’aine.
Voir également : Herpès

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente