Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
MENOPAUSE et TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF
PARLONS CHIFFRE
« Le risque, même faible, doit être expliqué. »

La presse dite "grande" a semé le trouble avec des titres "Le THS donne le cancer du sein".
Les problèmes existent mais seuls les chiffres parlent vraiment et permettent aux femmes et aux médecins de prendre des décisions logiques et motivées.
Certes le THS de la ménopause est remis partiellement en cause mais son abandon, sa mise en route nécessitent explications et accord de patientes bien informées.

Le risque thrombose veineuse profonde
Le risque de thrombose veineuse profonde existe surtout la première année de traitement et peut se compliquer d’embolie pulmonaire.

Sur une période de 5 années, le nombre de cas pour 1 000 femmes
.
50 - 59 ans
60 - 69 ans
Sans THS 3 cas 11 cas
Avec THS 7 cas (+ 4) 20 cas (+ 9

Le risque cancer du sein
Le risque est corrélé avec la durée du traitement .

Sur 1 000 femmes (Etude WHI)
Sans THS 45 cas
Avec 5 années de THS 47 cas (+ 2)


L’étude WHI confirme ce que nous savions depuis 1997, à savoir que le risque de cancer du sein est augmenté d’environ 30 % chez les femmes qui suivent un THS.
Ces données ont été obtenues avec une association de THS très peu utilisée en France (< 1%) et chez un groupe de patientes non représentatif de la population traitée en France
En effet, l'évaluation des risques associés à la prise du THS a été établie à partir de résultats obtenus avec une association d'ECE et de MPA, administrée en continu par voie orale à des femmes américaines âgées en moyenne de 65 ans et ayant un surpoids (dans HERS, plus de la moitié des femmes avaient un Indice de Masse Corporelle supérieur à 27 kg/m2 et dans WHI cet indice était de 28,5 kg/m2, en moyenne).
Les autres associations de THS n'ayant fait l'objet d'aucun essai randomisé en double-insu, on ne dispose pas de données établissant qu'ils constituent une meilleure alternative.

En 1997, l’étude d’Oxford avait ainsi traduit ce risque : pour 1.000 femmes traitées pendant 5 ans, on recense 51 cas de cancer du sein ; pour 1.000 femmes non traitées, 45 cas. C’est donc 6 cas supplémentaires avec le traitement. Ce n’est pas 0, mais c’est un risque faible qui doit donc être relativisé.
Quand à l’étude Million Women Study (MWS) qui est une enquête épidémiologique de fiabilité bien moindre que WHI, elle annonce 12 cas supplémentaires pour 10.000 femmes traitées pendant un an.

Voir également
  • La brochure éditée en 2002 par l'Association Française pour l'Étude de la Ménopause (A F E M ) [Lire]
  • Traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause : Que sait-on en décembre 2002 ? Bulletin d'information du Département de Pharmacologie du CHU de Bordeaux [Lire]
  • L'étude E3N pour des protocoles de THS sans risque [Lire]

  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente