Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Le syndrome des ovaires polykystiques
SOMPK - OMPK

Source : 41èmes Journées Internationales d'Endocrinologie
4 et 5 Juin 1998 - Clinique Henri-Pierre Klotz

Le SOMPK est probablement chez la femme et l'adolescente, l'endocrinopathie la plus fréquente et constitue la principale cause d'anovulation-infertilité et d'hyperandrogénie . La complexité du syndrome explique l'absence de consensus sur sa définition exacte
Il semble toutefois chez les adolescentes, cette endocrinopathie puisse être transitoire et spontanément résolutive (SOMPK de l'adolescente)

L'étiologie exacte des SOMPK est inconnue et probablement multifactorielle avec des interactions entre les différents compartiments ovariens et accompagnée (majorée ?) par des troubles métaboliques ( ++ X syndrome - hyperinsulinisme).

Guide pratique sur le syndrome des ovaires polykystiques pour les adolescentes [Lire] (Center for Young Women's Health)

Esculape : Les traitements seront différents selon qu'il existe ou non un désir de grossesse et resteront souvent purement symptomatiques.
Voir MAJ 2004 -2006 - 2007 - 2015
[Cliquez Ici ]


DEFINITION-CLASSIFICATION
3 abords :
  1. DEFINITION CLINIQUE
    Elle distingue 3 composantes : l'hyperandrogénie, l'anovulation et les dysfonctionnements métaboliques.
    Le syndrome de Stein-Leventhal correspondait à le forme extrême associant : hirsutisme, aménorrhée, obésité et hyperplasie des ovaires
    Dans ses formes frustres, on retrouve des signes d'hyperandrogénie (acné, séboré, implantation masculine des cheveux voire alopécie). L'anovulation est un signe précoce.
    Dans 30 à 50% des cas on retrouve une obésité pouvant parfois se limiter à une anomalie du rapport taille/hanche sans surpoids important (Obésité androïde ( Rapport taille/hanche > 1 pour l'homme et > 0,85 pour la femme)
    Cette modification" androïde " du rapport taille/hanche semble être associé à un résistance à l'insuline entrant dans le cadre d'un syndrome X . Une apparition précoce des signes cliniques - càd immédiatement aprés la puberté - est trés caractéristique du SOMPK mais ll semble toutefois chez les adolescentes, cette endocrinopathie puisse être transitoire et spontanément résolutive (Ovaire polykystique de l'adolescente)


  2. DEFINITION HORMONALE
    Elle est basée sur des anomalies de concentration de LH, FSH et des androgènes d'origine surrénalienne (Sulfate de DHA et 11 bêta hydroxy-androstenedione) et ovarienne (testostérone, androstenedione).
    Tous les SPOK n'ont pas d'anomalie basale de la LH mais les variations nyctémérales peuvent fausser le résultat. On distingue alors les SPOK à LH élevée et les SPOK à LH normale.

    Généralement le test de stimulation par du LH-RH montre une réponse excessive de la 17 OH-progestérone et de l'androstenedione.
    Les dosages d'estradiol, progestérone, prolactine peuvent présenter des anomalies non spécifiques.

    Des dosages d'insuline à l'état basal montrent des taux augmentés chez 75% des femmes obèses avec SPOK (Voir $ d'hyperinsulinémie compensée : SHIC ).
    L'HGPO des patientes atteinte de SPOK montre une intolérance aux glucides chez 10% des femmes minces et 20% des femmes obèses.

  3. DEFINITION PAR MORPHOLOGIE OVARIENNE
    C'est l'apport essentiel de l'échographie transvaginale haute résolution mais nécessite encore un consensus sur les paramètres échographiques utilisables comme critères de diagnostic.
    Elle permet de dénombrer le nombre de follicules, mesurer leur taille et visualiser la structure interne de l'ovaire.
    L'echo-doppler de la vascularisation ovarienne pourrait devenir un élément de diagnostic.
DYSFONCTIONNEMENT METABOLIQUES
L'association d'une résistance à l'insuline et donc d'hyperinsulinisme est demontrée depuis 1970.
L'instauration d'un régime et la perte de poids s'accompagne généralement de la modération des signes cliniques de SOMPK.
A l'inverse, un régime draconien peut induire une anovulation hypothalamique par hypogonadisme hypogonodotrope (Comme dans l'anoréxie mentale ?)

Une étude comparant une groupe d'adolescente en court de puberté avec et sans SOMPK a montré que le groupe développant le syndrome présentait trés précocément un excés de graisse abdominale càd type androïde et (hyperinsulinisme )

DYSFONCTIONNEMENT DES COMPARTIMENTS OVARIENS
Schématiquement, on peut partager les ovaires en 2 compartiments (thèque et granulosa) et associer chaque compartiment à une gonadotrophine spécifique (LH et FSH).
L'hyperandrogénie est liée à un dysfonctionnement de la thèque et l'anovulation à celui de la granulosa.
Actuellement, plusieurs candidats sont à l'étude. Cet un agent stimulerait la thèque (induction de l'hypernadrogénie) et inhiberait la granulosa (anovulation)
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente