SEIN et IRM
Source : : "levy" : laurent.levy@multicable.fr - Message : gynelist@www.jimagine.fr

les indications de l'IRM en pathologie mammaire qui sont actuellement validées sont :
l'IRM n'a pas de place dans le diagnostic des mastodynies.

Elle est en cours d'évaluation dans
---- le diagnostic étiologique non invasif des foyers de microcalcifications mais si sa sensibilité est excellente , sa spécificité est de l'ordre de 50% seulement.Dans cette indication les microbiopsies stéréotaxiques sont plus performantes
---- le bilan d'extension des cancers et la recherche de multifocalité.Mais la mise en évidence de lésions prenant le contraste ne signe pas leur malignité.

Les lésions mises en évidence par IRM , et qui ne seraient pas visibles en mammo ou écho , ne peuvent pas faire , en pratique quotidienne, l'objet de biopsies guidées (les dispositifs de biopsies sous IRM sont des prototypes d'utilisation difficile , en cours d'évaluation)

Au total , en dehors des indications validées ci dessus citées , l'IRM peut , si elle se révéle positive , créér plus de problèmes qu'elle n'en résoud!!

Malheureusement l'annonce par certains médias , notamment magazines féminins , de la possibilité de détecter des tumeurs de quelques millimètres (ce qui est vrai pour les indications validées) a créer un effet"mode" et suscite de faux espoirs .

Enfin il n'en reste pas moins que l'IRM est un outil diagnostique exceptionnel , en progrès constant ,qui nous réserve bien des progrès à venir.
Il ne s'agit pas d'une technique lourde car il s'agit par définition d'un examen ambulatoire , non irradiant ayant permis de supprimer beaucoup d'actes invasifs (seul l'appareil reste lourd !)
Son coût a diminué de 40% en 7 ans (par la baisse progressive du forfait technique).Un examen sur un appareil haut de gammede puissance 1.5 tesla coûte au patient 450francs (le forfait technique étant directement versé par la Sécurité Sociale au centre D'IRM hospitalie ou privé)

IRM : une place de choix dans le cancer du sein
Source: Option/bio 229 - 14 mai 1999

Les anomalies détectées par mammographie lors des campagnes de dépistages ne correspondent que dans 10% des cas à des cancers. (France 25 000 cancer du sein par an)
L'IRM, généralement avec produit de contraste, (un sel de gadolinium) s'est révélée déterminante pour faire la différence entre les cicactices et les récidives de cancer du sein.
L'IRM pourrait également mieux explorer les seins "jeunes" des patientes à risque, (Oncogénétique) préciser le caractère malin ou bénin de lésions découvertes par mammographie et éviter ainsi des biopsies inutiles.

wbm@esculape.com
Sommaire FMC