Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Dépistage du cancer du sein
Des interrogations demeurent

Mars 2009
Breast screening: the facts
or maybe not

(Published 27 January 2009,
BMJ 2009;338:b86
Peter C Gétzsche, director1, Ole J Hartling, consultant2, Margrethe Nielsen, PhD

It may be reasonable to attend for breast cancer screening with mammography, but it may also be reasonable not to attend because screening has both benefits and harms

If 2000 women are screened regularly for 10 years, one will benefit from the screening, as she will avoid dying from breast cancer

At the same time, 10 healthy women will, as a consequence, become cancer patients and will be treated unnecessarily. These women will have either a part of their breast or the whole breast removed, and they will often receive radiotherapy and sometimes chemotherapy

Furthermore, about 200 healthy women will experience a false alarm. The psychological strain until one knows whether it was cancer, and even afterwards, can be severe [Lire]

========================================

C'est peut-être raisonnable de se faire dépister par mammographie, mais c'est peut-être aussi non raisonnable de se faire dépister, car le dépistage a des avantages mais aussi des inconvénients.

Si 2000 femmes sont dépistées régulièrement pendant 10 ans, une seule bénéficiera du dépistage car elle évitera de mourir d'un cancer du sein.



En même temps, 10 femmes en bonne santé deviendront, au fait du dépistage, cancéreuses et seront traitées inutilement. Ces femmes auront une ablation partielle ou totale d'un sein et recevront souvent de la radiothérapie et parfois de la chimiothérapie.

De plus, environ 200 femmes connaitront une fausse alerte. Les conséquences psychologiques jusqu'à ce que l'on sache s'il s'agit d'un cancer ou non, et même après, peuvent être sévères.

========================================

Revoir également : Le dépistage du cancer du sein
Pourquoi le dépistage organisé s’arrête à 74 ans ?
Texte complet : [bluegyn.free.fr]
mardi 23 septembre 2008, par BlueGYN

La Mammographie Bisannuelle 2 incidences en double lecture est efficace entre 50 et 74 ans, le dépistage avant 50 et après 74 doit être pensé d’une autre façon.

Controverse très intéressante des docteurs Pein & Marret dans le dernier numéro de ProfessionGynécologue p.16
  • 1 cancer sur 2 est ciblé par le dépistage entre 50 et 74 ans
  • 1 cancer sur 2 est de ce fait diagnostiqué en dehors de la période des 50 à 74 ans
  • 20% le sont avant 50 ans (Cancers de la femme jeune)
  • 30% après 74 ans ( Cancers de la femme agée)
Pourquoi le dépistage organisé s'arrête-t-il à 74 ans puisque l’incidence du cancer continue d’augmenter régulièrement.

Réponse : Ce n’est pas le dépistage qui s’arrête mais la mammographie de dépistage.

Avant 50 ans le sein est glandulaire et les tumeurs à croissance rapide
Les examens doivent être associés et l’intervalle doit être diminué : Mammo, Echo, IRM

Avant 40 ans seules les femmes à risque génétique doivent être dépistées

Après 74 ans au contraire le sein est graisseux et la Mammographie n’est pas plus performante que l’examen clinique : qui doit être renouvelé tous les ans.

La Mammographie est particulièrement inutile chez les patientes dépendantes, fragiles, surmédicalisées car l’évolution d’un cancer infra-clinique ne compromet pas leur espérance de vie. (Car c’est bien cette question là qui est posée, "Quel est l’intérêt de dépister un Cancer qu’on ne voit pas, qu’on ne sent pas et dont personne ne se plaint ?")

L’examen clinique des seins (Inspection, Palpation) doit être systématique chez les femmes autonomes, solides et saines de plus de 70 ans, car l’évolution du cancer peut compromettre leur espérance de vie.

AU TOTAL

Il faut palper au moins une fois par an les seins des femmes de plus de 74 ans et arrêter de se cacher derrière un pseudo dépistage mammographique "justauboutiste" désorganisé, pour trouver à tous prix un cancer infra clinique qui a peu de chance de changer quoi que ce soit à l’évolution des autres pathologies lourdes associées.

Le médecin est celui qui examine avant de prescrire

.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente