La puberté féminine
Source : Revue du Praticien gynecologie et obstérique N° 67 du 15/11/2002
Pr Charles Sultan (Unité d'endocrinologie-gynécologie pédiatrique - Montpellier)

L'âge moyen des premières règles (ménarche) est actuellement de 12,5 ans (95 % des adolescentes sont réglées avant 14 ans) , l'imprégnation oestrogénique a commencé plusieurs (12 à 18 mois) auparavant.
L'abaissement de l'âge du début de la puberté de 18 mois en 30 ans est donc à l'origine d'une imprégnation oestrogénique plus précoce.

LA PRÉ-PUBERTÉ (Adrénarche)

Le déclanchement cortico-surrénalien entraine une sécrétion d'androgènes, de DHEA. Il existe durant cette période de début de la pilosité pubienne une hyperandrogénie importante associée à une augmentation de synthèse de l'hormone de croissance (GH) et de facteur de croissance (IGF 2 analogue à l'insuline).
Il existe donc durant cette période un hypersinulinisme [Lire]

Cette période est donc à haut risque pondéral et l'obésité - en particulier androïde - préexistante entraine une majoration de l'hyperandrogénie puis de l'hyperoestrogénie

LES PREMIERS CYCLES

Les premiers cycles sont volontiers anovulatoires (et indolores) et irréguliers.
2 ans aprés les premières règles, 90 % des filles présentent des cycles réguliers (Rosenfield). Au delà de 2 ans , les troubles des régles doivent être explorés.

Si les premiers cycles irréguliers s'accompagnent volontiers d'une hyperandrogénie ovarienne fonctionnelle transitoire (acné, prise de poids, etc..), passés 2 ans une échographie pelvienne recherchera un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) .

Le SOPK associe une spanioménorhée (cycles supérieurs à 40 jours), une hyperandrogénie clinique et souvent un surpoids androïde (Rapport taille/hanche > 0,85 pour la femme) .
Le bilan biologique montre également une hyperoestrogénie et une élévation du rapport LH/FSH. L'échographie recherche des microkystes en couronne périphérique associés à une hypertrophie du stroma à bien différencier des ovaires multifolliculaires physiologiques.
Le traitement fait appel soit à un progestatif comme la dydrogestérone (DUPHASTON ° 10) généralement à la dose de 20 mg/J de J16 à J25 ou un nor-prégnane soit en cas d'hyperandrogénie clinique associée à un anti-androgène
Voir également
---- Les kystes ovariens chez l'adolescente
---- Kystes ovariens les orientations echographiques
---- La puberté précoce
---- Les troubles de la puberté
---- Puberté précoce chez les filles Traiter tôt par la metformine semble bénéfique

NB : Plus tard, en cas de stérilité la stratégie thérapeutique sera différente, nécessitant souvent une coelioscopie...

LES RISQUES

Pour le Pr C. SULTAN (Unité d'endocrinologie-gynécologie pédiatrique - Montpellier) : " Au delà de 24 mois il ne faut pas babaliser et négliger des troubles des règles. L'obésité surtout androïde (abdominale), l'hyperandrogénie clinique (acné,amenorrhée, spanioméorrhée), l'hyperoestrogénie clinique (métrorragies et développement excessif des seins) représentent un risque potentiel de développement ultérieur de cancers hormonodépendants (sein, utérus)".
La prise en charge précoce associe un traitement médicamenteux à un suivi diététique. Voir MAJ 2010 : Puberté précoce chez les filles Traiter tôt par la metformine semble bénéfique [Lire]

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente