Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
OVAIRE POLYKYSTIQUE DE L'ADOLESCENTE
Source : Reproduction humaine et hormones N° spécial 5 volume VIII- Août 1995
Didier Dewailly, Christine Cortet-Rudelli 6 CHU de Lille
DATE DE CREATION: 14/07/98

Les modifications ovariennes qui se produisent durant la puberté sont parfois trés proches de ce qui est retrouvé dans le syndrome des ovaires polykystiques mais elles sont généralement plus modérées : mini-SOPK de l'adolescence
Elles représentent dans la plupart des cas une situation transitoire et réversible correspondant à la maturation de l'axe hypothalamo-hypophyso- gonadique. Le risque est grand de porter abusivement (entre 14 et 18 ans ) le diagnostic de SOPMK et d'engager des explorations et des traitements inutiles.

NB NB NB
L'hypothyroïdie est capable de mimer un SOPK et elle doit être éliminée devant un tableau clinique de SOPK. L'hypothyroïdie fruste (ou infraclinique) est définie par une élévation modérée de la TSH avec des taux normaux de T4 libre. [Lire]

Toutefois ces anomalies peuvent persister chez certaines d'entre-elles avec évolution vers un authentique SOPK
Cette évolution est prévisible
  1. ATCD familiaux de SOPK
  2. Notion de prémature adrénarche
  3. Existence d'une obésité, d'une prise de poids, d'un rapport taille/hanche augmenté et/ou d'un acanthosis nigricans témoigant d'un hyperinsulinisme - syndrome X
  4. Existence d'un hirsutisme
  5. La persistance de troubles menstruels plus de 2 ans aprés la ménarche et notamment l'existence d'une aménorhhée le plus souvent secondaire mais également primaire même sans hyperandrogénie clinique
  6. Par l'étude des paramètres hormonaux:
    Les concentrations de LH, testostérone et delta4 androsténedione sont en moyenne significativement plus élevées chez les adolescente à risque de SOPMK autenthique (cycles anovulatoires )
  7. Par la morphologie ovarienne
    Ovaires multifolliculaires ( < 9 mm et réparties sans ordre dans le stroma) sans hypertrophie du stroma ovarien est en faveur d'un mini-SPOK réversible.
    A l'inverse la mise en évidence d'une hypertrophie du stroma ovarien est en faveur du SOPMK ( surface > 6 cm²) et nombreux microkystes en périphérie 10 à 20 par ovaire
  8. La diminution de la SBP (sex binding protein) mérite d'être évalué ( voir : SBP)
Voir également : OPK ou SOPMK
Voir également : DYSTROPHIES OVARIENNES, L'ABORD ECHOGRAPHIQUE

.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente