Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Prurit et grossesse

Toutes les étiologies de prurit peuvent se rencontrer au cours d'une grossesse [Lire] mais trois sont plus spécifiques

Un bilan hépatique comprenant le dosage des acides biliaires totaux sériques et une biopsie avec étude en immunofluorescence directe de toute lésion dermatologique associée permettent de distinguer les trois diagnostics majeurs spécifiques de la grossesse:
  • la pemphigoïde gestationis
  • les dermatites papuleuses et prurigineuses
  • la cholestase gravidique.
La pemphigoïde gestationis est une dermatose bulleuse, acquise, auto-immune, très rare, qui survient au 3e trimestre de la grossesse. Les bulles cutanées apparaissent dans la région péri-ombilicale. La guérison est complète dans le post-partum mais la récidive est systématique au cours des grossesses ultérieures. Le diagnostic repose sur l'immunofluorescence directe. Le pronostic foetal paraît bon mais reste controversé. La corticothérapie systémique est nécessaire dans la plupart des cas.

Les dermatites papuleuses et prurigineuses sont les dermatoses spécifiques les plus fréquentes. L'éruption polymorphe respecte la région ombilicale et débute sur les vergetures abdominales. Les pronostics maternel et foetal sont excellents. Ce diagnostic est un diagnostic d'élimination.

La cholestase gravidique est caractérisée par un prurit isolé s'aggravant jusqu'à l'accouchement et régressant rapidement dans le post-partum. Sa pathogénie, multifactorielle, reste méconnue. L'évolution à distance est soumise à de grandes variations inter-individu. L'élévation importante des acides biliaires sériques, sans être pathognomonique, oriente le diagnostic. Le traitement maternel est symptomatique. Si les risques de prématurité sont accrus, la mortalité périnatale n'est pas augmentée et une expectative armée est souhaitable, favorisant le déclenchement du travail après l'acquisition de la maturité pulmonaire foetale.

============================================

Grossesse et prurit
Regnier S et coll. : A case-control study of polymorphic eruption of pregnancy. J Am Acad Dermatol 2008 ; 58 : 63-7

L’ensemble des dermatoses prurigineuses de la grossesse, en dehors de la pemphigoïde et du prurit cholestatique, ont été regroupées sous le terme d’éruptions polymorphes de la grossesse (EPG) qu’il s’agisse d’urticaires, d’éruptions à type de prurigo ou de folliculites prurigineuses pour citer les plus fréquentes d’entre elles. Ces éruptions surviennent préférentiellement au 2ème et au 3ème trimestre.

Une étude prospective a été conduite, à l’hôpital Tenon, pour rechercher les facteurs prédisposant à la survenue d’une telle éruption. Deux cents femmes enceintes ont été suivies, 40 présentaient une EPG tandis que les autres n’avaient pas de manifestation cutanée.

En analyse multivariée, il apparait que deux évènements sont statistiquement associés à la survenue d’une EPG :
  • un fœtus de sexe masculin
  • un accouchement nécessitant une césarienne.
Il n’y a aucune explication pour de telles associations mais on connaît la prévalence plus forte de certaines autres complications de la grossesse (diabète gravidique ou cholestase hépatique) lorsque l’enfant attendu est un garçon tandis que d’autres travaux antérieurs, parfois contredits, avaient déjà souligné la plus grande fréquence des grossesses avec fœtus masculin en association avec la PUPPP (Pruritic urticarial plaques and papules of pregnancy).

A Suivre...

Dr Patrice Plantin
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente