Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Avlocardyl° (propranolol) et mort foetale in utero (MFIU).
16/05/2007
Dr Catherine Vauzelle
    1) Quelques rappels:
  • Le propranolol est un bêta-bloquant non cardiosélectif, sans activité sympathomimétique intrinsèque (absence de pouvoir agoniste partiel) avec effet antiarythmique.
  • Il est utilisé notamment dans le traitement de l’hypertension artérielle, de certains troubles du rythme et comme traitement de fond de la migraine et des algies vasculaires de la face.
  • Il est également utilisé dans le traitement de certains troubles du rythme cardiaque fœtal.
  • Chez le patient directement traité, les bêta-bloquants peuvent provoquer notamment une hypoglycémie, une bradycardie et une hypotension.

    2) En cours de grossesse:
  • Le propranolol passe le placenta. Les concentrations foetales sont similaires à celles de la mère.
  • Bien que l'utilisation du propranolol en cours de grossesse soit assez répandue, les données publiées chez les femmes enceintes exposées au propranolol pour indication maternelle ne sont pas très abondantes (environ 150 grossesses, dont la plupart au cours des 2ème et/ou 3ème trimestre).
    Ce sont essentiellement de petites études portant sur des patientes traitées pour des pathologies très diverses: HTA (essentielle ou gravidique), troubles du rythme, hyperthyroïdie ou pathologie rénale type glomérulonéphrite. Ces études sont anciennes (1970-80) et d'effectifs restreints (moins de 30 patientes par étude le plus souvent).
    Parmi les issues de ces grossesses figurent des MFIU. Elles sont survenues le plus souvent dans un contexte de pathologie maternelle complexe et/ou difficile à équilibrer (polythérapie fréquente, avec diurétiques). Il n'est pas possible dans ces observations de préciser les parts respectives de la pathologie maternelle, du propranolol et des autres médicaments dans la survenue de ces MFIU.

    3) D'autre part, pour les bêta-bloquants d'une manière générale :
  • Chez les nouveau-nés de mères traitées jusqu’à l’accouchement par un bêta-bloquant, une hypoglycémie, une bradycardie, une hypotension peuvent survenir. Plus rarement il peut s’agir d’une décompensation cardiaque par incapacité d’adaptation à une situation de stress (souffrance fœtale aigue, …).
  • Un risque de retard de croissance intra-utérin (RCIU) ou de petit poids de naissance est évoqué pour les bêta-bloquants, en particulier pour l’aténolol dans l'HTA et lorsque le traitement a débuté tôt pendant la grossesse. Le rôle de la pathologie maternelle est difficile à dissocier de celui du médicament. Cependant la diminution du débit cardiaque maternel entraînée par les bêta-bloquants pourrait être un facteur favorisant.
En conclusion, les données vues plus haut ne permettent pas de conclure que le propranolol augmente le risque de MFIU.

D'une manière générale, son utilisation en cours de grossesse est possible dans les indications pour lesquelles le labétalol TRANDATE ° cp sécables 200mg), bêta bloquant mieux évalué en cours de grossesse, ne convient pas (troubles du rythme, migraine, ...).
En cas de traitement poursuivi jusqu'à l'accouchement, une surveillance de la glycémie et de la fréquence cardiaque du nouveau-né est à prévoir.

.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente