Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
.
ASTHME ET GROSSESSE
Source : AsthmeInfos N° 27 - Leur Site - MAJ 02/2007

L'épidémiologie est claire : à partir de la puberté l'asthme devient plus fréquent chez la femme que chez l'homme ( voir :$ de Yentl)
L'influence de la grossesse (de la ménopause et du THS ) est évidente.
L'asthme est la maladie la plus fréquente de la femme enceinte et concerne 3 à 4 % des grossesses
Son évolution pendant la grossesse est imprévisible : 30% des femmes sont améliorées, 30% aggravées et 30% inchangées.
Dans les asthmes sevères ou l'aggravation est fréquente.
La crainte des médicaments entraîne trop souvent un sous-traitement alors que la maladie asthmatique non controlée augmente les complications maternelles et foetales.

Les risques d'un mauvais contrôle de l'asthme sont supérieurs aux risques entrainés par les médicaments de l'asthme
LES CONSEILS

L'exposition à des taux élevés d'allergènes pendant les 3 premiers mois de la vie augmente les risques pour l'enfant de devenir allergique à ces mêmes allergènes.
Voir : Prévention de l'asthme pour l'enfant

Les allergènes du Chat posent un problème particulier car ils persistent longtemps dans la maison aprés le départ du chat.
Une femme allergique ou ayant des ATCD familiaux d'allergie doit se débarasser de son chat dès qu'elle se sait enceinte.
Un nettoyage en profondeur de la maison est de mise ( aspirateur, nettoyagen tapis, tissus d'ameublement, litterie, etc...)

Dans les familles " asthmatiques ", les enfants qui ont été en contact avec un chat dans les premiers mois de la vie, 40 % présentent des tests positifs aux allergènes de chat avant 2 ans contre seulement 5 % dans les familles sans chat.

Pour l'enfant les risques sont
  • Le retard de croissance multiplé par 2
  • La prématurité (x 1,7)
  • Lorsque la mère est allergique, le risque pour l'enfant de développer un asthme est augmenté d'un facteur 2 à 10
LE TRAITEMENT

La plupart des médicaments de l'asthme peuvent être prescrits pendant toute la grossesse
  • Les antihistaminiques : deux sont à privilégier : cétirizine et lévocétirizine. Voir l'avis du CRAT [Lire]
  • Bêta2 mimétiques inhalés et per os : salbutamol et terbutaline ne présentent pas de danger. Les formes per os (sauf nécessité absolue) sont arrétées 48 heures avant l'accouchement car elles pourraient ralentir le travail.
  • Les corticoïdes inhalés. Leur intérêt est majeur et le rapport bénéfice/risque largement favorable (Idem pour les formes endonasales de la rhinite allergique)
  • Les corticoïdes systémiques (méthylprednisolone +++, prednisone, prednisolone) peuvent être utilisés en période aiguë
  • Les cromones ne posent pas de problème particulier mais leur efficacité est modérée et leur efficacité parait douteuse
  • Les théophyllines sont moins prescrites actuellement. Il persite un doute sur leur tératogénicité.
  • Les atropiniques sont déconseillé par manque de données sur leur inocuité
  • Les antileucotriènes sont probablment sans danger mais déconseillées par manque de données
  • L'immunothérapie spécifique ne peut pas être commencée pendant la grossesse mais peut être poursuivié à dose constante si le traitement est en cours
Il est de bonne règle de ne pas faire des tests cutanés pendant la grossesse.

La mesure régulière du débit expiratoire de pointe doit être pratiquée. La patiente doit connaitre les chiffres " alarme " ( baisse de 30 % / Chiffres initaux )

Les corticoïdes inhalés sont sûrs au cours du premier trimestre de la grossesse
L Blais et coll. Use of inhaled corticosteroids during the first trimester of pregnancy and the risk of congenital malformations among women with asthma. Thorax 2007 ; 62 : 320-8.
Dr Olivier Sanchez

Le but de cette étude était d´évaluer si l´utilisation maternelle de différentes doses de corticostéroïdes inhalés (CSI) pendant le premier trimestre de la grossesse pour le traitement de l´asthme augmentait le risque de malformations congénitales. Une cohorte de 4561 femmes enceintes asthmatiques ayant accouché entre 1990 et 2000 a été constituée. Les cas de malformation congénitale ont été identifiés à partir des bases de données des services médicaux. La dose quotidienne de moyenne de CSI utilisée pendant le premier trimestre a été calculée et classée par catégorie: 0, 1-500, 500-1000 et 1000 mg/j d´équivalent de beclomethasone. Dans la cohorte 418 bébés ont été identifiés avec une malformation congénitale (9.2%), dont 278 ont eu une malformation importante. Environ 40% de femmes utilisaient des CSI pendant le premier trimestre, mais seulement 5.3% des femmes prenaient >500 mg/j. Le rapport ajusté de chance (odds ratio) pour toutes les malformations liées à l´utilisation de CSI pendant le premier trimestre était : 0.77 (IC95% 0.53 à 1.13) pour la dose 1-500, 0.41 (IC95% 0.19 à 0.92) pour 501-1000 et 1.00 (IC95% 0.42 à 2.36) pour > 1000 mg/j. Les chiffres pour les malformations principales étaient respectivement de 0.90 (IC95% 0.64 à 1.24), 0.56 (IC95% 0.22 à 1.43) et 1.67 (IC95% 0.56 à 5.03). Ces résultats confirment donc que l´utilisation des CSI au cours de la grossesse n´est pas contre indiquée.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente