Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LE FROTTIS CERVICAL
Une mise au point, du point de vue pratique
Dr Ohayon FEMI WEB


Le frottis du col. Un geste facile.

On pose un spéculum.
La patiente est couchée sur la table d'examen, talons dans les étriers (pas le pied). La barre horizontale des étriers est plus haute de cinq centimètres environ par rapport à la surface de la table. Ainsi la patiente est obligée d'arrondir un peu le bassin, l'axe du vagin est dirigé vers le haut et on ne se casse pas le cou.

On utilise le pan de drap d'examen qui pend. On le saisit de la main gauche et on s'en sert pour toucher la peau de la patiente. Ainsi, elle ne sent pas le contact de la main et c'est mieux pour nous aussi. On va écarter la lèvre gauche avec la main gauche. Les valves du spéculum fermé vont écarter l'autre lèvre.
Si c'est un cusco, une fois posé, le mecanisme qui sert à l'ouvrir sera diriger vers le haut pour ne pas avoir les doigts sur l'anus.
Si c'est un collin, j'ai l'habitude de positionner la vis à la droite de la patiente et vers bas.

Les deux lèvres sont écartées, le spec est vertical puisqu'il met de côté la lèvre droite, on l'applique sur l'orifice et avant de rentrer on le tourne.
En prenant appui sur les chairs, en principe, ça ne fait pas mal. Une goutte d'un lubrifiant aide bien. C'est peu de chose et ça vous fait une réputation.

Repérer le col, vous savez déjà.
Une fois repéré, on ouvre le spec et on met bien le col au centre, quitte à refermer ensuite un peu le spec quand il est bien visible.

On ne fait pas un frottis lors des règles mais on ne craint pas à frotter pour avoir de la matière à faire examiner. On peut faire un peu saigner, c'est pas trop grave.

On utilise des spatules destinées aux frottis. Pas d'abaisse langue, pas pratique pour frotter la jonction et c'est pas vraiment élégant de casser l'abaisse langue, ça peut blesser.
On mouche le col s'il y a beaucoup de leucorrhées ou une glaire vraiment très abondante, sinon, c'est pas nécessaire.
Vous avez donc une spatule avec un coté « bifide », plus large et l'autre disons mono. Selon la forme du col, la spatule sera utilisée différemment.

Quelque soit la forme du col, on commence par la partie externe, l'exocol parce que la partie interne, l'endocol, est susceptible de saigner et ça gênera le frottis de la partie exo.

Col de nullipare, petit orifice : le côté bifide pour balayer l'exocol.
On en prend une deuxième spatule et on utilise l'autre côté, la pointe, qu'on introduit dans l'endocol et on fait un tour complet.

Col de multipare : le contraire, la partie mono pour l'exocol et la partie bifide sert pour l'endocol.
Selon la forme de l'orifice du col on appliquera au centre la partie fine ou l'autre plus large, et on tourne. Gros orifice, au centre la partie la plus évasée du côté « bifide » et inversement.

Chez la multipare, si on ne voit pas la muqueuse de l'endocol, si la jonction est intériorisée, il faut reprendre le coté mono et le pousser.
Si l'orifice du col est synéchié, ne pas hésiter à mettre une petite brosse ou à confier pour ne pas prendre de risque.

En principe, il faut fixer le plus vite possible. Les puristes disent dès que la lame est faite… Peu d'entre nous sont aussi pointilleux.
J'espère avoir aidé.
Dr Ohayon FEMI WEB

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente