Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES FIBROMES... en bref...

Le fibrome utérin ou utérus fibromateux est souvent une découverte banale lors d'un examen gynécologique.
Ces myomes ou léiomyomes, tumeurs bénignes de l'utérus issues de cellules musculaires lisses, ont une prévalence qui augmente à partir de 30 ans, atteignant 25% entre 40 et 50 ans et 50% après 50 ans. Ils régressent après la ménopause sans traitement hormonal substitutif (THS).
Le fibrome n'est pas grave mais les éventuels symtpomes et leurs conséquences déterminent la stratégie thérapeutique.

NB : Une certitude : la constatation d'un fibrome n'implique jamais de suspecter un cancer. Il n'y a jamais de dégénérescence cancéreuse des fibromes et les fibromes ne favorisent jamais le développement d'un quelconque cancer.

Voir les recommandations 12/2004 de l'AFSSAPS [Lire]

ON NE TRAITE PAS LES FIBROMES ASYMPTOMATIQUES... 50 % des cas)
Les recommandations du CNGOF ( Conseil national des gynécologues et obstétriciens français) [Lire] restent donc pertinentes.

Le fibrome n'est pas grave mais les éventuels symtpomes et leurs conséquences déterminent la stratégie thérapeutique.
NB : Une certitude : la constatation d'un fibrome n'implique jamais de suspecter un cancer. Il n'y a jamais de dégénérescence cancéreuse des fibromes et les fibromes ne favorisent jamais le développement d'un quelconque cancer.

Dès lors que le fibrome est symptomatique, le bilan comprendra
---- NF, VS sidérémie
---- Frottis, mammographie
---- Echographie par voie transvaginale qui precisera le nombre, la taille et l'emplacement (sous-muqueux, sous-séreux, etc...). L'aspect de la muqueuse - volontiers hypertrophiques- et recherchera des poplypes.
---- L'hysterroscopie diagnostique est devenue le second examen à pratiquer. Outre le bilan local, elle autorise une biopsie de la muqueuse surtout indiquée à l'approche de la ménopause.

LE TRAITEMENT MEDICAL
Outre un éventuel apport de fer (anémie associée), les progestatifs garde une place même si leurs indications ont été discutées.
Ils ne sont pas capables de reduire la taille du fribrome mais luttent contre l'hyperplasie endométriale trés fréquente et responsable des saignements

Les analogues de la LHRH sont trés efficaces sur les métrorragies et peuvent obtenir parfois une diminution de la taille du fibrome (ménopause chimique) mais outre le prix, ils provoquent souvent une ostéoporose au delà de 6 mois d'utilisation.

LA CHIRURGIE
Elle n'est envisagée soir aprés echec du traitement médical et la présence de métrorragies soit lorsque la taille du fibrome entraine des compressions des organes de voisinage (voies urinaires surtout)
Diverses techniques et indications sont à discuter : myomectomie, hystérectomie, voie vaginale, voie haute par laparotomie, coelioscopie....

Voir les recommandations 12/2004 de l'AFSSAPS [Lire]

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente