Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Aménorrhées et spanioménorrhées fonctionnelles
[Texte complet/ sfendocrino.org]

Les aménorrhées et les spanioménrrohées fonctionnelles représentent une causes fréquente des troubles des règles et de stérilité. L'origine hypothalamique est au premier rang étiologique alors que cette origine est rare dans l'aménorrhée primaire.

Une grossesse méconnue étant éliminée la cause d'aménorrhée/spanioménrrohée la plus fréquente est l’hyperprolactinémie, vient ensuite le stress organique (dénutrition, exercice physique intense, maladie chronique) ou émotionnel , (dépression, $ post-traumatique, etc...)
Les causes iatrogènes via la prolactine sont certainement la première étiologie à rechercher Voir Hyperprolactinémie iatrogènes [Lire]
D’autres causes hormonales, plus rares, ne doivent pas être méconnues, comme l'hypothyroïdie, l’hypercorticisme, l’hyperandrogénie ou l’hypersécrétion d’hormone de croissance.

Dans tous les cas, même quand le contexte est évocateur, il convient d’éliminer une pathologie organique par une IRM hypophysaire. Les étiologies
  • Hyperprolactinémie primitives (adénome, craniopharyngiome,...) ou iatrogènes ++++
  • Hypercorticisme
  • Hyperandrogénie (En particulier dans les SOPK)
  • l’acromégalie.
  • Causes iatrogènes
  • Causes génétiques
  • Durant les périodes de stress physique, nutritionnel ou de stress émotionnel intense, l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien inhibe l'axe hypothalamo-hypophysoovarien à plusieurs niveaux mais Il existe également une action du stress au niveau surrénalien comme dans le Cushing,
Les causes iatrogènes via la prolactine sont certainement la première étiologie à rechercher Voir Hyperprolactinémie iatrogènes [Lire]

Etiologie nutritionnelle.
Des pertes de poids importantes (BMI < 16) sont associées à un déficit gonadotrope profond. C’est le cas de l’anorexie mentale. Ces patientes ont, à l’échographie, des ovaires de taille normale ou réduite avec quelques follicules.
Un tableau similaire mais beaucoup plus fréquent est observé chez des femmes jeunes apparemment normales (avec un BMI proche de 20, mais dont les apports nutritionnels, en particulier en lipides, sont insuffisants par rapport à leur dépense énergétique.
Ces patientes ont une diminution significative de leur masse grasse qui s’accompagne logiquement d’une baisse de la leptine circulante. Cette baisse pourrait participer à la genèse du déficit gonadotrope fonctionnel. Une preuve très forte de l’implication de la leptine dans la physiopathologie des aménorrhées hypothalamiques fonctionnelles a été apportée par le rétablissement d’une mécanique ovulatoire chez des patientes traitées par la leptine

Rares causes génétiques

C’est le cas de mutations de gènes qui entraînent un défaut de sécrétion ou de fonction de GnRH. Certains de ces gènes sont responsables d’un tableau d’hypogonadisme hypogonadotrope congénital avec anosmie,

Algorithme diagnostique devant une aménorrhée / spanioménorrhée

Pour en savoir plus
Item 296 - Aménorrhée [Texte complet/ sfendocrino.org]
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente