Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L’OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE
Recommandations AFSSAPS - 2006
Texte complet : [Lire] (pdf)

Voir également
---- Ostéoporose (diagnostic, étiologies, densitométrie...)
---- Ostéoporose : bilan biologique initial
---- Traitement de l'ostéoporose AFSSAPS 2004

MAJ 2011
L’AFSSAPS durcit les conditions de prescription du PROTELOS -Ranélate
L’Agence, dans cette lettre aux prescripteurs, limite les conditions de prescription du ranélate de strontium. Désormais, il ne pourra plus être prescrit qu’en cas de risque de fracture important et d’intolérance ou d’allergie aux biphosphonates chez la femme de moins de 80 ans. [Lire]

Le strontium ranélate n'apporte aucun progrès thérapeutique par rapport à l'acide alendronique (Fosamax° ou autre). Depuis sa commercialisation en 2005, ses effets indésirables sont de mieux en mieux connus et justifient en 2011 de ne pas y exposer de patients [Lire]
Afssaps (2007) : Dans les cas rapportés, les symptômes sont apparus dans les 3 à 6 semaines après le début du traitement sous la forme d'une éruption cutanée souvent accompagnée de fièvre, d'une augmentation du volume des ganglions avec augmentation du nombre de globules blancs, et d'effets sur les poumons, le foie, ou les reins. Dans la majorité des cas, l'évolution a été favorable à l'arrêt du Protelos®, et après instauration d'une corticothérapie. [Lire]

RECOMMANDATIONS EN CAS DE FRACTURE CHEZ UNE FEMME MENOPAUSEE
• Ostéoporose : un traitement est recommandé
• Ostéopénie : un traitement n’est pas systématique (sauf si fracture vertébrale ou de l.extrémité supérieure du fémur) ; il est discuté en cas de facteurs de risque associés.

RECOMMANDATIONS EN L’ABSENCE DE FRACTURE CHEZ UNE FEMME MENOPAUSEE
• Ostéoporose : un traitement peut être discuté avant 60 ans • Un traitement doit être discuté entre 60 et 80 ans
• Ostéopénie : un traitement n.est pas recommandé (sauf facteurs de risque importants associés)

Résumé...


STRATEGIE THERAPEUTIQUE DE L'OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE EN CAS DE FRACTURE




STRATEGIE THERAPEUTIQUE DE L'OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE EN L'ABSENCE DE FRACTURE



Rappel
ranélate de strontium Protelos ® [Lire]

Annexe 1
INDICATIONS DE L’OSTEODENSITOMETRIE

Chez la femme ménopausée, il est recommandé de réaliser une ostéodensitométrie devant :
  • la découverte radiologique d.une fracture vertébrale sans caractère traumatique ni tumoral évident,
  • un antécédent personnel de fracture périphérique survenue sans traumatisme majeur (sont exclues de ce cadre les fractures du crâne, des orteils, des doigts et du rachis cervical),
  • des antécédents documentés de pathologies potentiellement inductrices d.ostéoporose en particulier : hypogonadisme prolongé, hyperthyroïdie évolutive non traitée, hypercorticisme et hyperparathyroïdie primitive.

    Une ostéodensitométrie peut également être proposée chez la femme ménopausée, en présence d.un ou de plusieurs des facteurs de risque suivants :
  • des antécédents de fracture vertébrale ou du col fémoral sans traumatisme majeur chez un parent au 1er degré,
  • un indice de masse corporel* < 19 kg/m²
  • ménopause avant 40 ans quelle qu.en soit la cause ou ménopause iatrogénique,
  • antécédent de corticothérapie prolongée (> 3 mois) à la dose de corticoïde équivalent prednisone à 7,5 mg par jour.

    Il n'est pas recommandé de réaliser une ostéodensitométrie chez une femme ménopausée chez laquelle le traitement hormonal substitutif (THM) est indiqué, prescrit à dose efficace (pour assurer une prévention de l’ostéoporose) et est bien suivi.
Lorsque le résultat de l'ostéodensitométrie est normal et qu'aucun traitement n'est institué, une deuxième ostéodensitométrie peut être proposée 2 à 5 ans après la réalisation de la première et ce, en fonction de l'ancienneté de la ménopause, du résultat de la première mesure et de la persistance ou de l'apparition de facteurs de risque.

Annexe 2
FACTEURS DE RISQUE A PRENDRE EN CONSIDERATION POUR L'ESTIMATION DU RISQUE DE FRACTURE, ET LA DECISION THERAPEUTIQUE
    • Indépendants de la densité minérale osseuse :
  • âge +++,
  • antécédent personnel de fracture,
  • corticothérapie ancienne ou actuelle,
  • antécédent de fracture de l’extrémité supérieure du fémur chez les parents du 1er degré,
  • diminution de l’acuité visuelle,
  • insuffisance de masse corporelle (< 19 kg/m2),
  • troubles neuro-musculaires ou orthopédiques,
  • tabagisme,
  • mauvais état de santé ; plus de 3 maladies chroniques,
  • hyperthyroidie,
  • polyarthrite rhumatoïde,
  • cancer du sein,
  • augmentation du remodelage osseux : élévation des marqueurs de résorption.

    • Liés à la densité minérale osseuse :
  • ménopause précoce,
  • aménorrhée primaire ou secondaire,
  • immobilisation prolongée,
  • carence vitamino-calcique.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente