Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
J'ai la mémoire qui flanche...
Source : http://www.cnrs.fr/SDV/M4.html

Avec l'âge, on se plaint plus souvent de trous de mémoire. Est-ce notre mémoire qui devient-elle réellement moins efficace, ou bien est-ce un ensemble de facteurs psychologiques et sociaux qui modifie son fonctionnement?

Quelques éléments de réponse.
  • "Je ne retrouve plus les noms propres, les noms des personnes que je rencontre dans la rue"
  • "Je ne sais plus où j'ai laissé mes clefs"
  • "J'arrive dans une pièce en ayant oublié ce que je suis venu y faire"
  • "J'oublie mes rendez-vous"...

    Certains signes doivent toutefois alerter et faire évoquer une maladie d'Alzheimer ou une autre démence débutante. Ce sont des difficultés dans la réalisation des activités courantes :
    • Mémorisation
      L'oubli de noms d'êtres proches,
      Le fait de placer certains objets à des endroits inhabituels voire aberrants

    • Utilisation du téléphone
      Il n'utilise plus le téléphone de sa propre initiative.
      Il a des difficultés pour rechercher un numéro de téléphone.
      Il ne peut plus ou ne sait plus composer un numéro de téléphone

    • Usage des moyens de transport
      la difficulté à s'orienter" dans des lieux familiers (voisinage, rentrer chez soi)
      Il ne veut plus conduire sa voiture seul.
      Il ne prend plus seul les transports en commun

      .
    • Prise des médicaments
      Il ne peut plus prendre seul ses médicaments (oubli des médicaments, des doses, des horaires…)

    • Gestion du budget quotidien
      Il ne sait plus remplir lui-même un chèque.
      Il ne sait plus régler une facture.
      Il a besoin d'aide pour gérer son budget.
    Voir également : Test de Folsitein ou MMS (Mini Mental Score)

    Environ 80 % des gens de plus de soixante ans, hommes ou femmes, se plaignent de difficultés de mémoire. Ils estiment que leur mémoire actuelle est nettement moins bonne que celle de leur enfance.

    D'après Bernard Deweer, chercheur CNRS au centre hospitalier universitaire Pitié-Salpêtrière, les plaintes citées ci-dessus désignent en général bien plus des troubles de l'attention que des problèmes de mémoire à proprement parler. On oublie où l'on a posé ses clefs parce qu'on le fait sans y prêter attention, ou parce que l'on a été distrait à ce moment-là et que l'on a plus de mal à diviser son attention sur plusieurs sujets à la fois.

    Dans ce que l'on appelle globalement la mémoire, il faut voir en effet trois phénomènes distincts. Il faut d'abord "encoder" l'information, c'est-à-dire, pour utiliser une métaphore informatique, la graver sur le disque dur. Le deuxième aspect est celui du maintien en mémoire. Enfin, il faut évidemment pouvoir récupérer cette information pour l'utiliser à nouveau. Le rappel de l'information sera d'autant plus facile que celle-ci aura été encodée de plusieurs manières différentes : verbale, imagée, motrice, etc. On peut ainsi cerner le souvenir à récupérer par plusieurs voies d'accès.

    Ce qui pêche, en général, lorsqu'on vieillit, ce n'est pas le maintien en mémoire, mais l'attention ou la faculté de rappel. Si l'on oblige le sujet à mémoriser quelque chose, il l'encode, car il est forcé d'y prêter attention. Du coup, le rappel se trouve facilité. Par exemple, si l'on donne à un sujet âgé une liste de noms à apprendre, et que le lendemain on lui demande ce qu'il a retenu ("rappel libre"), ses performances seront médiocres par rapport à celles d'une personne jeune ; si, en revanche, on lui fournit un indice ("rappel indicé"), tel que "dans la liste, il y avait un nom de poisson", le nom en question lui reviendra presque immanquablement. Dans les deux cas, attention et rappel, il s'agit de fonctions de contrôle, exercées par les lobes frontaux de notre cerveau.

    Le vieillissement normal peut-être aggravé par certains troubles psychologiques, comme la dépression ou l'anxiété. Cette dernière est liée à divers problèmes physiologiques (circulation cérébrale, déséquilibre des neurotransmetteurs) qui perturbent les fonctions de contrôle. Par exemple, dans une liste de 20 mots, un sujet jeune s'en remémorera 14 en rappel libre, un sujet âgé non déprimé s'en rappellera 8 et un sujet âgé déprimé entre 0 et 4. La preuve que la dépression agit sur la récupération de l'information, c'est qu'en rappel indicé la performance du sujet âgé déprimé est identique à celle du sujet non déprimé.

    De nombreux facteurs sociopsychologiques peuvent aussi agir sur les peformances de la mémoire. Le départ des enfants, la retraite, bref tout ce qui tend à provoquer ou aggraver l'isolement (et qui apparaît généralement avec l'âge), a pour conséquence la diminution de l'activité du sujet ainsi que celle du réseau social dans lequel il s'insérait. Pour finir sur une note positive, certains chercheurs mettent l'accent sur le fait que la mémoire change avec l'âge : changement de rythme, de centres d'intérêt, de fonction. Progressivement, elle permet de "digérer" tout ce que l'on a vécu jusque-là, de donner une unité à tous les personnages que nous avons été au cours de notre existence.

    Contact : Thierry Pilorge
    Attaché scientifique Service communication Département des Sciences de la Vie CNRS

    Voir également : La maladie d'Alzheimer
    Voir également : Test de Folsitein ou MMS (Mini Mental Score)
    Voir également : Alzheimer - La Prévention
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente