Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Maladie d'Alzheimer
Quels bénéfices à long terme dans le traitement ?

Par aimable autorisation

Janvier 2007

Malgré la publication des résultats de plusieurs études cliniques randomisées montrant l’efficacité des inhibiteurs de la cholinestérase dans le traitement de la maladie d’Alzheimer, malgré l’approbation par les autorités régulatoires à travers le monde et sa large commercialisation, l’intérêt de cette classe de médicaments reste néanmoins controversé. Pour preuve, une étude britannique parue récemment dans la revue Lancet qui remet en cause les résultats optimistes des essais cliniques précédents, au demeurant largement parrainés par l’industrie pharmaceutique. (J Clin Pharm Ther. 2006 Dec;31(6):593-8 cf infra.)

AD2000 Collaborative Group est le nom sous lequel les chercheurs de l’université de Birmingham ont signé cette étude randomisée, en double aveugle contre placebo, réalisée avec une cohorte de 565 patients atteints d’un Alzheimer léger ou modéré. Dans une première phase de 12 semaines, les patients ont été divisés en deux groupes : un groupe contrôle (placebo) et un groupe recevant 5 mg quotidiens de donépézil. Les 486 patients ayant terminé cette première phase ont été randomisés à nouveau soit vers un traitement à base de donépézil (5 ou 10 mg/j), soit vers un placebo. Ce traitement en double aveugle a été aussi long que nécessaire selon les patients (2 à 3 ans). Le critère principal d’évaluation était l’entrée en institution du patient et la progression de son handicap définie par la perte de deux activités basiques parmi six, ou de six activités instrumentales parmi 11 de la Bristol Activities of Daily Living Scale (BADLS).

Les chercheurs ont constaté que, en ce qui concerne les tests de cognition MMSE (mini-mental state examination), les patients traités par donépézil pendant deux ans ont montré des résultats plus positifs de l’ordre de 8,8 points (IC95 : 0,5-1,2 ; p<0,0001). Un écart de 1,0 point a été observé aussi dans ce groupe en ce qui concerne le test BADLS (0,5 à 1,6 ; p<0,0001). Néanmoins, aucun bénéfice significatif n’a été observé dans le groupe traité par donépézil en ce qui concerne le délai d’entrée en institution (42% vs 44% à 3 ans ; p=0,4) ou la progression du handicap (58% vs 59% à 3 ans ; p=0,4). Le risque relatif d’institutionnalisation pour les patients sous donépézil comparés à ceux sous placebo était de 0,97% (IC95 : 0,72-1,30 ; p=0,8) et le risque relatif de progression du handicap de 0,96 (IC95 : 0,74-1,24 ; p=0,7). Aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes en ce qui concerne les symptômes comportementaux et psychologiques, les coûts de prise en charge ou le temps dépensé pour les soins. En outre, aucune différence significative n’a été observée entre les deux bras traités par le donépézil (5 ou 10 mg).

Le Pr Richard Gray, un des membres du AD2000 Collaborative Group, conclut ainsi : « basé sur nos résultats, les cliniciens et ceux qui payent les soins dispensés aux patients atteints de la maladie d’Alzheimer doivent se poser des questions sur le bien fondé de la poursuite de ce type de traitement ». Dans un commentaire publié sur la page 2100 du même numéro du Lancet, le Dr Lon Schneider, de l’université de Californie du Sud, enfonce le clou : « les résultats de cette étude sont incompatibles avec les innombrables études observationnelles sponsorisées par l’industrie pharmaceutique ainsi que leurs discours marketing qui font l’apologie des inhibiteurs de la cholinestérase. Par exemple, des messages qui prétendent que le donépézil stabilise le déclin cognitif ou qu’il augmente les délais d’institutionnalisation des patients de 2 à 5 ans se révèlent comme improbables à la lumière des résultats de l’AD2000 ».
Dr Marco Dutra Référence

Long-term effects of antidepressants on cognition in patients with Alzheimer's disease.
Caballero J, Hitchcock M, Beversdorf D, Scharre D, Nahata M.
College of Pharmacy, The Ohio State University, Columbus, OH 43210, USA.
J Clin Pharm Ther. 2006 Dec;31(6):593-8.

PURPOSE: Approximately 25-40% of patients with Alzheimer's disease (AD) may develop depression. Antidepressants are typically used to treat depression in this population. However, their effect on cognition has been rarely studied and the results are conflicting. In addition, the long-term effects of antidepressants on cognition have not been studied. Therefore, the objective of the study was to evaluate the effects on cognition in patients with AD treated with antidepressants for at least 9 months.

METHODS: Data on antidepressant use over a minimum period of 9 months were retrospectively collected for patients with AD receiving cholinesterase inhibitors. Data on cognition were analyzed to compare those taking antidepressant therapy and those not receiving antidepressants.

RESULTS: Ninety-nine of 210 patients met our inclusion criteria. Fifty-eight patients were prescribed an antidepressant (e.g. selective serotonin reuptake inhibitors (SSRIs), newer generation antidepressants). Sertraline (mean dose: 82 mg/day) and citalopram (mean dose: 35 mg/day) were the most commonly prescribed antidepressants. The baseline mean Mini Mental State Examination (MMSE) score was 16.32 with an average annual rate of cognitive decline of 2.55 for patients receiving antidepressants compared with 16.59 (P = NS) and 2.27 (P = NS) for those not taking antidepressants.

CONCLUSIONS: Our small sample data indicate no differences in baseline MMSE scores and cognitive decline between the two groups, suggesting antidepressants did not contribute significantly to cognitive decline over a utilization period of at least 9 months.

Voir également :
  • Tests d'évaluation de la mémoire pour la pratique et liens [Lire] (Esculape)
  • Maladie d’Alzheimer : La désinformation pharmaceutique [Lire]
  • Deux études mettent en doute l'efficacité du Reminyl dans le traitement de la maladie d'Alzheimer [Lire] (Afssaps)
  • Quelle place pour les anticholinestérases dans la maladie d'Alzheimer ? [Lire] (Pr J.L Monstatruc - 10/2005)
  • DONEPEZIL - ARICEPT ° dans la Maladie d'Alzheimer [Lire] (La Revue Prescrire)
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente