Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Les vaccinations en 2004
Comité technique des vaccinations, groupe de travail permanent de la
section des maladies transmissibles du Conseil supérieur d'hygiène de France.
(www.sante.gouv.fr).

Ce sont les adultes surtout qui sont concernés par les nouveautés du calendrier vaccinal 2004, publié par le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire ». Il recommande la vaccination contre la coqueluche des futurs parents et celle contre la varicelle des professionnels de santé et en contact avec la petite enfance (en revanche, il ne retient pas la vaccination généralisée à partir de 12 mois). La revaccination par le BCG est abandonnée.

Voir également le calendrier 2004 des vaccinations de l'enfant à l'adulte [Lire]

Coqueluche : Bébés contaminés par leurs parents.

De récentes études épidémiologiques évaluent autour de 600 en moyenne chaque année le nombre de cas de coqueluche chez les nourrissons de moins de 5 mois, avec une létalité de 1,7 %. Dans plus d'un tiers des cas - et peut-être même la moitié -, les bébés ont été contaminés par leurs parents.
Des épidémies sont aussi survenues chez des personnels hospitaliers s'occupant de la petite enfance, avec un risque de contamination nosocomiale.
    D'où la recommandation de vacciner
  • les professionnels de santé et sociaux au contact avec les tout-petits
  • les adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir (chez l'enfant, la durée de la protection vaccinale est d'une dizaine d'années, chez l'adulte on n'a pas de données).
En cas de grossesse, on vaccinera le père et les enfants qui ne sont pas à jour pour cette vaccination durant la grossesse de la mère et cette dernière le plus tôt possible après l'accouchement.

Dans l'attente de la mise sur le marché d'un vaccin monovalent, il est recommandé d'utiliser le vaccin TdCaPolio à l'occasion du rappel décennal diphtérie-tétanos-polio ou tétanos-polio que le calendrier vaccinal prévoit pour les adultes. On ne donnera pas plus d'une dose et en aucun cas pendant la grossesse.
Si on n'a pas d'information sur le délai à respecter par rapport à une vaccination tétanique, diphtérique ou poliomyélitique, aucune donnée de la littérature n'a été retrouvée quant à des effets délétères sévères s'il est inférieur à dix ans.

Rougeole-oreillons-rubéole
La vaccination associée rougeole-oreillons-rubéole est recommandée pour les garçons et les filles. La vaccination contre la rougeole peut être pratiquée plus tôt, à partir de l'âge de 9 mois pour les enfants vivant en collectivité, suivie d'une revaccination six mois plus tard en association avec les oreillons et la rubéole.
En cas de menace d'épidémie dans une collectivité d'enfants, on peut vacciner tous les sujets supposés réceptifs, à partir de l'âge de 9 mois. La vaccination immédiate peut être efficace si elle est faite moins de 72 heures après le contact avec un cas.

Rappels et rattrapages
  • Pour la coqueluche, la primo-vaccination doit être pratiquée de préférence avec le vaccin à germes entiers ; le vaccin acellulaire peut cependant être utilisé. Le rappel à 16-18 mois peut être pratiqué indifféremment avec le vaccin à germes entiers ou le vaccin acellulaire. Un rappel est recommandé, depuis 1998, entre 11 et 13 ans et doit être réalisé avec un vaccin acellulaire, en même temps que le troisième rappel diphtérie, tétanos et polio.
  • Entre 3 et 6 ans, une deuxième vaccination associant rougeole, oreillons, rubéole est recommandée pour tous les enfants en raison du risque important de survenue d'épidémies de rougeole, particulièrement chez les adolescents. Pour les enfants de plus de 6 ans, il faut s'assurer qu'ils ont été vaccinés au moins une fois contre les trois maladies ; dans le cas contraire, une dose de vaccin triple associé sera administrée entre 11 et 13 ans.
  • Chez les adolescentes et les jeunes femmes non vaccinées, la vaccination contre la rubéole est recommandée, par exemple lors d'une consultation de contraception ou prénuptiale.
Varicelle : pas de vaccination généralisée.

Pour les experts, il paraît donc plus raisonnable de recommander la vaccination des adultes n'ayant pas d'antécédents de varicelle dans les cas suivants
  • Après une exposition à un patient avec éruption (dans les 3 jours)
  • au début des études médicales et paramédicales
  • pour les personnels de santé à l'embauche ou, à défaut et en priorité, dans les services accueillant des personnes à risque de varicelle grave
  • pour les professionnels en contact avec la petite enfance
  • pour les personnes en contact étroit avec des immunodéprimés.
Il est souligné que toute vaccination contre la varicelle chez une jeune femme en âge de procréer doit être précédée d'un test négatif de grossesse.

Voir mise au point AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE [Lire]

BCG et test tuberculinique.

La vaccination contre la tuberculose est obligatoire (articles L.3112-1 du Code de la santé publique) chez les enfants accueillis en collectivité (y compris chez une assistante maternelle).
Le nouveau calendrier vaccinal confirme la suppression de la revaccination par le BCG en population générale et chez les professionnels exposés à la tuberculose .
L'intradermo-réaction à la tuberculine à 5 Unités ne sera plus pratiquée à titre systématique mais seulement dans les cas suivants :
  • pour vérifier l'absence de tuberculose avant la primo-vaccination (sauf pour les nouveau-nés)
  • dans l'enquête autour d'un cas de tuberculose ; comme aide au diagnostic
  • comme test de référence pour la surveillance des professions à risques.
Pompiers et BCG
Les pompiers doivent être inscrits sur la liste des professions soumises à l'obligation vaccinale par le BCG. Depuis les années 1990, relèvent les experts, leurs sorties pour secours à victime sont de plus en plus nombreuses, représentant désormais près de la moitié des interventions. Et ce sont ces interventions qui les exposent le plus à la contagion. Ils sont aussi souvent les premiers à intervenir auprès des populations précaires, chez lesquelles les taux d'incidence de la tuberculose sont particulièrement élevés.

Hépatite B
La vaccination contre l'hépatite B peut être commencée à partir de l'âge de 2 mois 2 injections à un mois d'intervalle, (sauf le cas des enfants nés de mère antigène HBs positif, chez qui elle doit être impérativement faite à la naissance). la 3 e entre 5 et 12 mois après la 2 e injection
Pour les parents qui souhaitent que leur enfant soit vacciné contre l'hépatite B en même temps que les autres vaccins, les vaccins combinés hexavalents peuvent être utilisés (cf protocole hexavalent).

Hépatite A et grippe

Les nouvelles recommandations concernent aussi les vaccinations contre l'hépatite A et contre la grippe.

La vaccination contre l'hépatite A est désormais recommandée aussi aux patients porteurs d'une maladie chronique du foie avant décompensation.

Celle contre la grippe au personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et au personnel de l'industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs.

Calendrier de vaccination avec vaccins hexavalents
s 2 mois Vaccin hexavalent Diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire , poliomyélite, infections invasives à Haemophilus influenzae b, Hépatite B
3 mois Vaccin pentavalent a¢* Diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire , poliomyélite, infections invasives à Haemophilus influenzae b
4 mois Vaccin hexavalent Diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire , poliomyélite, infections invasives à Haemophilus influenzae b, Hépatite B
16 à 18 mois Vaccin hexavalent Diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire , poliomyélite, infections invasives à Haemophilus influenzae b, Hépatite B

Document complet
http://www.invs.sante.fr/beh/2004/28_29/beh_28_29_2004.pdf

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente