Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Somnolence post-prandiale
Les glucides vous dis-je !!

AVril 2009

Deux théories mais dans les deux la consommation de glucide demeure à l'origine du phénomène
Hypothèse métabolique

La somnolence après le repas s'observe de façon plus nette chez les sujets qui ont un indice de masse corporelle (IMC trop élevé, donc chez les sujets présentant un Syndrome métabolique ou chez les diabétiques de type II .
Cette somnolence serait induite par un pic d'insuline important.

Ce pic d'insuline fait intervenir le métabolisme de la Leptine qui est une hormone présente dans le tissu adipeux. Cette leptine augmente après le repas ( d'autant plus que le pic insulinique est élevé) ce qui participe à la sensation de satiété mais qui induit également le sommeil.

Un taux de leptine élevé chez les personnes en surcharge pondérale pourrait donc expliquer la tendance à la somnolence post-prandiale surtout si le repas a été riche en glucides.

Hypothèse sérotoninergique

Cette hypothèse plus récente résoud en partie les contradictions soulevées par l'hypothèse métabolique.

La théorie de Wurtman relie l'ingestion de glucides et l'induction de la synthèse de sérotonine cérébrale. Elle permet de mieux comprendre les effets comportementaux d'une alimentation hyperglucidique.

Un repas riche en glucides provoque une sécrétion d'insuline : cette hormone, par un mécanisme agissant sur la liaison du tryptophane à l'albumine, augmente le transfert de ce précurseur direct de la sérotonine au niveau cérébral. Il en résulte une augmentation de la synthèse de sérotonine . Ce mécanisme est invoqué pour expliquer le phénomène de satiété, mais peut aussi rendre compte de la somnolence post-prandiale, car la sérotonine est un des acteurs de l'endormissement.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente