OBESITE - SURPOIDS
La nécessité d'une approche globale

Source : http://www.uvp5.univ-paris5.fr/UV_MED/AC/Amenu.asp?NSuj=93

En clinique, l'estimation de la masse grasse repose sur le calcul de l'indice de masse corporelle (IMC). Cet indice est le rapport du poids (exprimé en kg) sur le carré de la taille (exprimée en mètre).

Chez l'adulte, l'obésité est définie par un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 30 kg/ m2.
Voir également : IMC
Voir également : Obésité Chronique d'une catastrophe annoncée

Chez l'adulte, l'adiposité abdominale est associée à des complications métaboliques et vasculaires. Le tour de taille est l'indice anthropométrique le plus simple pour estimer l'importance des dépôts adipeux abdominaux. Un tour de taille de plus de 90 cm chez la femme et de plus de 100 cm chez l'homme caractérise l'obésité abdominale.
Voir également le syndrome métabolique

Chez l'enfant, il est proposé de définir l'obésité par des valeurs d'indice de masse corporelle situées au-delà du 97éme centile en se référant aux abaques qui figurent dans le carnet de santé (version 1997).

Anamnèse pondérale:
• le poids de naissance, l'âge au début de la prise de poids,
• les circonstances déclenchantes de la prise de poids,
• le poids maximum et minimum à l'âge adulte ,
• le poids maintenu sous régime; le poids de "forme" ,
• rechutes et des récidives et leur contexte ,
• l'évolution pondérale récente
L'évaluation des consommations alimentaires :
• densité calorique de l'alimentation (notamment la teneur en lipides) et des boissons ( alcool et boissons sucrées)
• prises alimentaires extraprandiales
• désordres du comportement
• tendance à la sous-estimation des apports caloriques
• analyse des signaux et circonstances déclenchant la prise alimentaire.
L'évaluation de la dépense énergétique reste, en clinique, approximative
  • Activité professionnelle
  • Activité famillialle
  • Activités de loisirs
  • Appréhender le comportement alimentaire d'un patient est très difficile car:

    Un comportement alimentaire est pathologique si il est répétitif et enferme l'espace psychologique de l'individu. Il traduit alors une souffrance pathologique.
    S'il est franchement pathologique, une orientation vers le psychiatre est nécessaire

    S'il s'agit de désordre alimentaire, l'attitude est différente.
    Lors de l'enquête alimentaire, plutôt que de faire une "comptabilité calorique",il faut d'essayer de trouver les signaux déclencheurs du comportement alimentaire : sont-il répétitifs ?, constituent-ils une réponse comportementale à une situation de dépression, d'anxiété, de conflit ? (car alors l'action thérapeutique ne va pas se focaliser uniquement sur le régime, mais aussi sur le comportement !)

    Le comportement alimentaire n'est pas seulement un comportement prandial.

    Une séquence comportementale présente des phénomènes : pré-ingestifs, ingestifs, et post- ingestifs.
  • "ingestifs" est ce que le médecin sait le mieux manier (repas, calories, satiété etc.)

  • "pré-ingestifs" (souvent ignorés si on se limite à une simple "comptabilité calorique")
    ---- acquisition de la nourriture - pulsions d'achat récompense
    ---- le choix des aliments
    ---- le stockage des aliments à risque au domicile
    ---- la préparation des plats

  • "post-ingestifs" : de nombreuses personnes consomment 50% de leur apport alimentaire en dehors des repas ! Leur prescrire un régime au moment des repas est un non sens. . (Il faut parfois 1 an afin de découvrir le trouble du comportement alimentaire !)
  • Voir également : Obésité de l'enfant six conseils pour les protéger
    Voir également : Obésité de l'enfant La mauvaise influence des pubs TV
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente