Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente
Prise en charge des morsures humaines
Sources : http://www.pharmacorama.com - Infectiologie.com - Infectio-lille.com

La prise en charge des morsures humaines est assez comparable à celle des morsures de chat ou de chien . Elle associe des soins locaux, éventuellement immunisation contre le tétanos et peut nécessiter l'administration d’antibiotiques.


En cas de suspicion d’une morsure par une personne infectée par le VIH ou atteinte d’hépatite ou une personne inconnue Il est nécessaire de rechercher une contamination virale
(Hépatites, HIV essentiellement)
et donc de consulter immédiatement (idéalement dans les 4 heures) un service spécialisé comme dans le risque sexuel [Lire]

Voir également Morsures et griffures

Parmi les morsures humaines, celles au niveau des mains s’infectent le plus souvent. Il peut également s'agir de lésions lors d’un coup de poing sur la bouche.
Des complications infectieuses telles arthrite septique, ténosynovite et ostéomyélite sont rapportées dans 25 à 50 % des cas.

Les infections sont dans ce cas le plus souvent polymicrobiennes. Les germes aérobies les plus fréquents sont les streptocoques et S. aureus. Des germes Gram-négatif et des germes anaérobies se retrouvent plus souvent dans les morsures humaines que dans celles d’origine animale. Eikenella corrodens est un germe Gram-négatif anaérobie facultatif qui peut être présent dans la plaque dentaire, et qui est retrouvé dans presque 30 % des infections provoquées par un coup de poing.

Anoter que les plaies causées chez une personne par ses propres dents sont dues le plus souvent à une chute ou à une crise épileptique: les plaies au niveau des muqueuses ou de la langue présentent un faible risque d'infection, tandis que les plaies mucocutanées ou les lésions perforantes s'infectent dans 30 % des cas.

TRAITEMENT LOCAL

Rinçage immédiat et abondant à l’eau, nettoyage de la plaie , désinfection, débridement.
Il est alors nécessaire de décider si la plaie doit être fermée (il n'y généralement pas urgence à le faire)
Les plaies au niveau des mains ne seront de préférence pas refermées.

TETANOS

Les morsures humaines, comme les morsures animales, comportent un risque élevé de tétanos.
Uné vérification du statut vaccinal ou une immunisation immédiate par gammaglobulines + rappel doit être proposé en cas de doute

TRANSMISSION DE MALADIES.

Les morsures humaines peuvent provoquer la transmission de certaines maladies telles l’actinomycose, la syphilis, la tuberculose, l’herpès, l’hépatite B et C, et le VIH.
Bien que chez 44 % des patients infectés par le VIH, le virus soit secrété à un moment donné ou l’autre dans la salive, le risque de transmission du VIH suite à une morsure humaine reste peu élevé, pour autant qu’il n’y ait pas eu de contact avec le sang de la personne séropositive.

En cas de suspicion d’une morsure par une personne infectée par le VIH ou atteinte d’hépatite ou une personne inconnue , la plaie doit être immédiatement soignée de manière adéquate (en utilisant par ex. de la polyvidone iodée à 1 % qui est active contre ces virus). Il faut consulter comme pour un rique sexuel [Lire]Des tests viraux adaptés doivent être effectués immédiatement, et répétés après 6 mois. Il existe des recommandations sur le traitement antiviral prophylactique après exposition éventuelle au virus VIH, au virus de l’hépatite B ou C ; la décision d’instaurer un traitement prophylactique doit être prise par un spécialiste en la matière donc dans un CHU.

LES ANTIBIOTIQUES

Un traitement antibiotique est certainement indiqué en cas de signes d’infection, et un traitement prophylactique ne doit pas être instauré de manière systématique mais n’est nécessaire que dans certaines situations à risque telles morsures au niveau des mains, lésions perforantes, plaies datant de plus de 8 heures ou plaies chez certaines personnes à risque élevé (par ex. patients diabétiques ou immunodéprimés).

Si un traitement antibactérien est prescrit, il doit être orienté contre les germes Gram-positif, E. corrodens et les germes anaérobies.

Etant donné que jusqu’à 50 % des germes isolés dans des plaies par morsure humaine produisent des ß-lactamases, l’association d’amoxicilline et d’acide clavulanique pendant 3 à 5 jours est un bon choix.

Chez les personnes allergiques aux antibiotiques ß-lactames, la doxycycline est, comme pour les morsures de chat et de chien, une bonne alternative; la clindamycine en association avec une fluoroquinolone ou avec le co-trimoxazole, est une autre possibilité.
.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente