Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Mobilisation pour les antivitamines K
Préférer la warfarine (Coumadine ®)

Sang Thrombose Vaisseaux. Vol. 12, Numéro 6, Juin - Juillet 2000 : 347-9, Editorial
L. Drouet, J.-N. Fiessinger, B. Boneu, H. Decousus.
MAJ 2003 - 2015

Les antivitamines K (AVK) représentent une classe thérapeutique dont l'utilité et l'efficacité sont largement démontrées mais qui sont toujours difficile à manier.
En France, on estime que 400 à 550 000 patients sont traités par AVK chaque année

Parmi les indications des AVK, deux tiers sont prescrits pour une cause cardiaque et un tiers pour une cause veineuse.
NB NB
Attention au paracétamol.
Il a, en effet, été mis en évidence une interaction méconnue entre paracétamol et warfarine. Plusieurs études montrant cette interaction ont été publiées depuis 1968. Elle reste cependant largement méconnue aux USA (1,2), et en France et n'est généralement pas signalée. Il semble qu'elle doive être étendue aux autres AVK Et ils conseillent de vérifier l'INR une à deux fois par semaine durant l'usage du paracétamol. L'administration de paracétamol à un patient peut modifier l'INR dans les 48 heures, mais son importance varie selon les patients et les conditions alimentaires et pathologiques. La prise de 4 cp. de 325 mg par jour pendant au moins une semaine augmente de 10 fois le risque d'un INR>6 par rapport à ceux n'en prenant pas. [Lire]

MAJ juin 2015
Fluindione / Warfarine
Le risque de néphropathie tubulo-interstitielle immunoallergique.
La fluindione (Préviscan) est l'AVK le plus utilisé en France (81,4 % des bénéficiaires). Ce choix paraît donc particulièrement discutable en raison de ce profil particulier d'EI rénaux de ce médicament qui n'apporte pas d'avantage démontré par rapport à la warfarine.
En mai 2014, le comité technique (CT) de pharmacovigilance de l’ANSM a rapporté les résultats dune étude du CRPV de Lyon sur les risques non-hémorragiques des AVK. Les atteintes les plus fréquemment rapportées sont dermatologiques (36,6%) et rénales (33,3%). La warfarine (Coumadine) se distingue par une incidence plus élevée d'EI dermatologiques (58,3% des cas vs 32.8% pour la fluindione). En revanche, les atteintes rénales sont plus fréquentes avec la fluindione (Préviscan) (36,7% des cas vs. 12,5% des cas avec la warfarine) Le rapport souligne aussi la gravité de l’atteinte rénale liée à la prise de fluindione: néphropathie tubulo-interstitielle immunoallergique.
[Lien / grangeblanche.com]

Dans cette classe thérapeutique nous disposons de cinq molécules inégalement prescrites : le Previscan ® qui représente deux tiers des prescriptions, le Sintrom ® un quart, la Coumadine ® 10 % et l'Apegmone ® et la Pindione ® quelques pour cent.

A une époque où la médecine devrait n'être qu'« evidence based », on est surpris que la warfarine (Coumadine ®), l'AVK coumarinique à durée de vie la plus longue soit si peu utilisée par les médecins français.
En effet, tous les essais cliniques contrôlés disponibles dans la littérature internationale et de référence surlesquels reposent les indications des AVK (maladie thromboembolique veineuse, prothèses valvulaires cardiaques, fibrillation auriculaire, infarctus du myocarde...) ont été réalisés avec la seule warfarine (Coumadine ®) qui en conséquence est le seul AVK de référence au niveau internationial

Compte tenu du fait que la Coumadine ® est l'AVK de référence international, les protocoles de recherche clinique internationaux évaluant ou incluant un AVK n'utilisent que la warfarine. La participation à ces protocoles implique donc spécifiquement l'utilisation routinière de cette molécule.

la Coumadine ® est commercialisée en France sous deux dosages :
---­ des comprimés roses sécables à 2 mg
---­ des comprimés blancs sécables à 5 mg.
L'ensemble confère une facilité d'adaptation et d'administration tant pour les patients très sensibles qui ont besoin de petites doses exactes ou pour les patients relativement résistants.

1. Hemker HC, Frank HLL. The mechanism of action of oral anticoagulants and its consequences for the practice of oral anticoagulation. Haemostasis 1985 ; 15 : 263-70. 2. Hirsh J, Dalen JE, Anderson DR, Poller L, Bussey H, Ansell J, Deykin D, Brandt JT. Oral anticoagulants : mechanism of action, clinical effectiveness, and optimal therapeutic range. Chest 1998 ; 114 (5 suppl.) : 445S-69S. 3. http://www.john-libbey-eurotext.fr/articles/stv/12/6/347-9/index.htm#accueil

Préviscan 20 mg = Coumadine 7 mg
SIntron 4 mg = Coumadine 7 mg
(http://www.fmcdinan.org/article-19752877.html)


MAJ 02/2003
Forte réduction des thromboses et embolies
grâce à l'anticoagulant warfarine

25 février 2003

La prise à petite dose, mais à long terme, du médicament warfarine est très efficace pour la réduction du risque de caillots sanguins, ont annoncé mardi des chercheurs américains en décidant d'interrompre une étude, tant l'effet de cet anticoagulant est jugé probant.

L'étude menée sur un groupe de patients sujets aux thromboses veineuses et à l'embolie pulmonaire, recevant une faible dose de warfarine (INR entre 1 et 2 semble-t-il - à confirmer) à long terme "s'est traduite par un bénéfice si élevé pour les patients, sans effets indésirables significatifs", que l'Institut national pour le coeur, les poumons et le sang (NHLBI) américain a décidé d'arrêter l'étude avant son terme.

L'étude menée pendant quatre ans a montré une réduction de 64% des cas de thromboses veineuses et embolies pulmonaires chez les participants à l'étude, comparés à ceux qui recevaient un placebo, sans risque d'hémorragie majeure.

Le détail de l'étude sera publié le 10 avril prochain dans la revue américaine The New England Journal of Medicine, qui l'a rendue publique en avance en raison de l'importance de ses résultats pour traitement des malades.
nejm.org

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente