Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
AVC ISCHEMIQUE - AIT
Eviter la récidive

MAJ 06/2006

NB : : Il est nécessaire qu'une attitude identique soit adoptée aprés un accident ischémique transitoire (AIT)

« A »pour antiplaquettaire ou aspirine
« B » pour médicament anti-hypertenseur pour diminuer la pression artérielle (« Blood pressure » en anglais)
« C » pour médicament anti-cholestérol (atorvastatine) même chez les patients normocholestérolémiques.

Prévention vasculaire après un infarctus cérébral (IC)
ou un accident ischémique transitoire (AIT)

Recommandations HAS 06/2008 [Lire] (pdf)


Cas particulier de la fibrillation auriculaire (FA) [Lire] (MAJ 2010)

Contrôle tensionnel
Il demeure primordial.
Etude PROGRESS (association périndopril-indapamide) [Lire]
Etude ALLHAT [Lire] pour les Inhibiteurs calciques (Amlodipine)
Etude HOPE : Le risque relatif de récidive d'AVC a diminué de 31 % + hypothèse selon laquelle l'IEC a eu des effets vasoprotecteurs Etude HOPE

AVC lié à l'athérome
Tous les facteurs de risques nécessitent une prise en charge par la diététique, l'hygiène de vie globale et l'arrêt du tbac ++++
Les antiagrégants plaquettaires sont indiqués.
---- Aspirine 75 à 100 mg +++ (cf infra)
---- clodiprogel ????
---- Asasantine ???
---- AVK (cf infra) et indications des AVK
---- Statines [Lire] et en particulier voir l'étude HPS
Dans les études sur les statines, Il existe une réduction significative des AVC non hémorragiques (cf infra).
Les experts sont favorables à la prévention secondaire des AVC par les statines. ( Esculape : et pour les AIT)

AVC d'origine cardiaque :
Le plus souvent par Fibrillation auriculaire
L'aspirine de la phase aiguë est remplacé par les antivitamine K (AVK) sauf pour les patients incapables de gérer ce type de traitement ou sujets à des chutes fréquentes. Dans ces cas, l'aspirine est maintenu

===============================

Warfarine ou aspirine pour la prévention de la récidive de l’AVC ischémique?
Mohr JP, Thompson JL, Lazar RM et al.
Warfarin-Aspirin Recurrent Stroke Study Group. A comparison of warfarin and aspirin for the prevention of recurrent ischemic stroke.
N Engl J Med 2001;345:1444-51
http://www.minerva-ebm.be/articles/fr/2004/6-2004/6-2004_Warfarine.html

Question : Pour des patients ayant connu un premier épisode d’accident vasculaire (AVC) ischémique et ne présentant ni sténose carotidienne ni cardiopathie emboligène, la prévention secondaire doit-elle privilégier les agents anticoagulants (warfarine) par rapport aux antiagrégants (aspirine)?
Conclusions et recommandations pour la pratique :
Chez les patients ayant présenté un AVC, sans sténose carotidienne, ni fibrillation auriculaire, ni allergie à l'aspirine, l'aspirine à une dose de 75 à 100mg/24h 6 reste le premier choix pour prévenir une récidive d'AVC.
Texte complet : http://www.minerva-ebm.be/articles/fr/2004/6-2004/6-2004_Warfarine.html

============================================

Une avancée majeure dans la prévention de la récidive de l’attaque cérébrale
Edito novembre 2006 - http://www.attaquecerebrale.org/index.php?id=51

Une grande étude réalisée par des scientifiques du monde entier, appelée l’étude SPARCL, vient de démontrer qu’après une première attaque cérebrale l’on peut réduire le risque d’avoir une autre attaque cérébrale de 30% et celui d’avoir une attaque cardiaque de 40% simplement en prenant un traitement par atorvastatine 80 mg par jour. L’atorvastatine est un médicament anti-cholestérol, l’un des plus efficaces actuellement commercialisé.

Cette étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, le plus prestigieux journal médical, est l’avancée la plus significative en matière de prévention de la récidive de l’attaque cérébrale depuis 20 ans. Jusqu’à ce jour, nous savions que nous pouvions diminuer le risque d’attaque cérébrale de 20% grâce à un traitement par un médicament antiplaquettaire (aspirine –dont le nom commercial est Kardégic ® ou Aspegic ®- Plavix ® ou Asasantine ®) qui diminue la formation des caillots sanguins, et de 40% avec la prise d’un traitement contre l’hypertension artérielle qui diminue la pression artérielle.

Ainsi, le message d’espoir pour tous les patients qui ont eu une attaque cérébrale, est que le risque d’en avoir une autre peut être réduit de 80% si l’on suit les mesures de prévention suivantes : arrêter de fumer (cela divise immédiatement le risque par deux), traiter au mieux un diabète si l’on est atteint de cette maladie, contrôler son poids autant que possible, pratiquer régulièrement du sport ou au moins une activité physique régulière, suivre un traitement par un médicament antiplaquettaire, un traitement contre l’hypertension artérielle, et désormais, à cause de l’étude SPARCL, un traitement anticholestérol par atorvastatine 80 mg par jour.

Un moyen simple pour se souvenir de cette association médicamenteuse est de retenir l’ « ABC » de la prévention de l’attaque cérébrale : « A » pour médicament antiplaquettaire ou aspirine, « B » pour médicament anti-hypertenseur pour diminuer la pression artérielle (« Blood pressure » en anglais), et « C » pour médicament anti-cholestérol (atorvastatine). Un grand merci -car nous leur sommes tous redevables- à ces 4731 patients qui ont accepté de participer à l’essai thérapeutique SPARCL pendant 5 ans sans savoir s’ils prenaient le traitement par atorvastatine ou le placebo. Cette méthode est la seule façon de démontrer l’efficacité d’un nouveau traitement. L’altruisme de ces 4731 femmes et hommes va permettre aux futurs patients atteints d’attaque cérébrale (1 millions chaque année en Europe de l’ouest) de bénéficier d’un nouveau traitement qui va réduire de 30% leur risque de refaire une attaque cérébrale.
L’attaque cérébrale peut être prévenue et guérie !
Professeur Pierre Amarenco

Référence : Amarenco P, Bogousslavsky J, Callahan A 3rd, Goldstein LB, Hennerici M, Rudolph AE, Sillesen H, Simunovic L, Szarek M, Welch KM, Zivin JA; Stroke Prevention by Aggressive Reduction in Cholesterol Levels (SPARCL) Investigators. High-dose atorvastatin after stroke or transient ischemic attack. N Engl J Med. 2006;355(6):549-59

Prévention secondaire du risque d’AVC La 32e Conférence internationale sur l’AVC San Francisco, Californie / 7-9 février 2007 -------------------------------------------------------------------------------- De nouvelles analyses de l’essai SPARCL (Stroke Prevention by Aggressive Reduction in Cholesterol Levels) sont venues ajouter du poids à la conclusion de la première analyse, à savoir qu’un traitement hypocholestérolémiant par une statine réduit le risque d’AVC récurrent chez les patients normocholestérolémiques. Selon les premiers résultats présentés l’année dernière, l’atorvastatine administrée à raison de 80 mg une fois par jour a permis de réduire le risque d’AVC de 16 % (taux de risque [HR] de 0,84 ; IC à 95 % : 0,71-0,99 ; p=0,03) chez des patients ayant déjà subi un AVC ou une ischémie cérébrale transitoire. Cette réduction a été obtenue malgré un taux moyen de C-LDL d’environ 3,4 mmol/L au départ. L’une des deux nouvelles analyses de SPARCL a confirmé une protection importante, même chez les patients qui présentaient d’emblée au moins une sténose carotidienne. Chez ces patients qui ont reçu une statine plutôt qu’un placebo, les probabilités d’intervention de revascularisation subséquente, notamment d’endartériectomie carotidienne, étaient moins élevées. Selon l’autre nouvelle analyse, la légère augmentation des AVC hémorragiques – qui est ressortie d’une analyse rétrospective des données initiales dans le groupe de traitement actif – tient en grande partie, comme le voulait l’hypothèse de travail, aux facteurs de risque initiaux, dont les antécédents d’AVC hémorragique ou l’âge avancé.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente