Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
VIRUS TTV
transfusion transmitted virus

Paris, le 23 juillet 1998

COMMUNIQUE DU MINISTERE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE
LE SECRETAIRE D'ETAT A LA SANTE

Deux études réalisées en Grande-Bretagne publiées dans la revue médicale THE LANCET du 18 juillet 1998, apportent des données nouvelles sur un virus dénommé TTV (transfusion transmitted virus).
Ce virus à ADN, non enveloppé, a été découvert il y a un an au Japon chez un malade transfusé.
Sa caractérisation virologique n'est pas achevée. Il n'est actuellement détectable que par des techniques expérimentales de biologie moléculaire (recherche de l'ADN du virus).

D'après les résultats de ces études portant sur des effectifs limités, ce virus a été détecté :

  • chez des donneurs de sang réguliers écossais (1,9% pour 1000), chez des malades atteints de déficit de coagulation ayant reçu des dérivés sanguins dans la période précédant la mise en oeuvre de procédures d'inactivation (27% sur 84), chez des hémophiles ayant reçu des produits inactivés (5% sur 19) ;

  • chez des patients atteints de diverses maladies chroniques du foie (25% sur 72) et chez des membres du personnel hospitalier ayant des tests hépatiques normaux servant de population contrôle (10% sur 30), différence de fréquence statistiquement non significative (étude de NAOUMOV et collaborateurs)
    63% des 24 patients porteurs du virus avaient des antécédents de transfusion sanguine ou de toxicomanie par voie intraveineuse (étude de NAOUMOV et collaborateurs).

  • Ce virus est donc fréquent. Dans l'état actuel des connaissances scientifiques, la présence de cet ADN viral dans le plasma conduit à approfondir la question du ou des modes de transmission et de la pathogénicité éventuelle de ce virus, dont on ne sait pas s'il est à l' origine de maladies.
    D'autres exemples existent déjà de portage de certains virus sans maladie, tel le cytomégalovirus.

    Pour évaluer l'impact de ces données scientifiques, la Direction générale de la santé a réuni le 23 juillet un groupe d'experts et les agences concernées (Agence française du sang, Agence du médicament, Etablissement français des greffes, Réseau National de Santé Publique).
    A l'issue de cette réunion, il a été décidé d'organiser, en liaison avec les autorités sanitaires d'autres pays, une veille scientifique permanente pour apporter les réponses les plus rapides possible aux différentes questions soulevées.

    Ces études permettront de déterminer s'il y a lieu de prendre des mesures spécifiques de sécurité sanitaire."
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente