>atherosclerose fmc2
Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
ATHEROME : La piste infectieuse
Source : DANDEEP Gupta et coll.: Circulation, 1997; 96 : 404-407

Athérogénèse : la piste infectieuse, par chlamydia pneumoniae n'est pas abandonnée.
En 2003, cette piste n'a débouché sur des données ou thérapeutiques reconnues.

Le suivi de 220 hommes ayant présenté un IDM.
Les patients ont été répartis en 3 groupes selon la présente d'anticorps antichlamydiae pneumoniae (AcCP):
---- G1 : 59 patients : pas d'AcCP
---- G2 : 74 patients : AcCP entre 1/8 et 1/32
---- G3 : 80 patients : AcCP > 1/64. Dans ce groupe, 72 patients ont conservé des Ac élevés de façon persistante.
60 d'entre eux ont été randomisés pour recevoir de l'azithromycine 500 mg pendant 3 jours (n=28), 6 jours (n=12) ou un placebo (n=20)
L'efficacité de traitement antibiotique a été controlée à 6 mois par le taux d'AcCP : 43 % des patients traités avaient un taux < 1/16 contre 10 % dans le groupe placebo.

Le risque de récidive ischémique
La fréquence de récidive des accidents cardio-vasculaires a été étudiée su 18 mois.
  • Dans le groupe sans traitement antibiotique, le risque augmente avec le taux d'AcCP.
    G1 : 7 %
    G2 : 15 %
    G3 : 30 % et 25 % dans le sous groupe randomisé recevant le placebo.
    Soit un risque relatif G1/G3 multiplié par 4,2 (p=0,03)
  • Dans les 2 sous-groupes G3 traité par l'antibiotique : 8 % de récidive seulement contre donc 25 % dans le sous-froupe G3 placebo. Il n'existe pas de différence significative entre les trts de 3 ou 6 jours.
    Les récidives ischémiques sont apparues réduite d'un facteur 5
    Paradoxalement, la protection obtenue n'est pas limitée aux patients diminuants leurs taux d'AcCP

  • L'inflammation chronique : une explication possible
    Une hypthèse serait que la colonisation des plaques d'athérome par le chlamydia penumoniae fragilise les plaques par un processu inflammatoire local.
    Des travaux montrent une infiltration intense de macrophages dans les zones de rupture des plaques athéromateuse. Le trt par macrolide, en éradiquant le germe, pourrait réduire ce processus inflammatoire et contribuerait à stabilser les plaques.

    Conclusion ?
    Ces données demandent à être confirmée mais elles ouvrent un axe de prévention secondaire par antibiothérapie voire vaccination anti-chlamydia.

    Voir également : Athéroscérose - Oxydation
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente