Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Source : Glurorama N° 36 Laboratoire Lipha Santé - Dr J.C Crave et Dr M Pugeat

La corrélation entre hyperandrogénie féminine, hyperinsulinisme, intolérance au glucose, SPOK a été décrite pour la première fois en 1921 ( diabète des femmes à barbe ) par Achard et Thiers.

La SBP, synthétisée dans le foie, a pour rôle de moduler l'action des hormones sexuelles.
La testostérone se présente sous 2 formes : une forme active libre et une forme inactive liée à la SBP.
Une baisse de la SBP circulante peut représénter la seule anomalie et dans plus de 80 % des cas les patientes présentes un surpoids.
Cette diminution de la SBP entraine une biodisponibilité accrue de la testostérone pour les tissus cibles et pourrait expliquer l'hirsutisme clinique ( malgré une testostéronémie totale normale ) rencontrée 50 % des obésités féminines.

Au cours du SPOK , la baisse de la SBP sous l'effet de l'hyperinsulinisme a été décrite et les auteurs proposent la concentration plasmatique de SBP comme marqueur de l'hyperinsulinisme et/ou insulinorésitance.
Le Syndrome X nous semble être l'illustration de ces données sur la SBP.



CONSEQUENCES THERAPEUTIQUES
Le régime hypocalorique est une thérapeutique efficace pour augmenter le taux de SBP et diminuer la production d'androgènes au cours des SPOK.
Dans l'anoréxie mentale il existe une SBP élevée qui diminue rapidement lors de la réalimentation. .
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente