Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente

Syndrome sérotoninergique

Source : Paracelse :1995

Il correspond à un excès de sérotonine au niveau des neurones cérébraux.
L'étiologie est médicamenteuse

Semiologie

Chez un patient sous antidépresseur ou TS
  • La forme bénigne se manifeste par des nausées, une agitation, un comportement agressif, des paresthésies
    L'évolution est favorable en quelques heures après l'arrêt de l'ISRS
    Cette forme peut passer inaperçue si le diagnostic n'est pas évoqué

  • La forme grave est un ensemble de manifestations psychiques, motrices et végétatives :
    • Agitation, confusion, hypomanie
    • Tremblements, myoclonies
    • Hypertonie diffuse avec hyperréflexie ostéotendineuse, puis rigidité musculaire avec ses conséquences (difficulté respiratoire, trismus gênant l'intubation, rhabdomyolyse...)
    • Mydriase (parfois aréactive), sueurs profuses, hyperthermie, frissons
    • Augmentation de la pression artérielle, tachycardie, tachypnée

  • Des critères diagnostiques ont été établis par Sternbach en 1991 :
    • Survenue de 3 symptômes parmi les suivants lors d'une mise en route ou de l'augmentation posologique d'un traitement sérotoninergique : troubles du comportement (confusion ou hypomanie), agitation, myoclonies, hyperréflexie, hypersudation, frissons, tremblements diarrhée, incoordination, fièvre
    • Elimination d'une autre étiologie en particulier infectieuse ou métabolique
    • Pas de traitement neuroleptique mis en route ou majoré avant l'apparition des symptômes

  • Diagnostic différentiel avec un syndrome malin des neuroleptiques, une intoxication aiguë par les IMAO non sélectifs ou la strychnine

Physiopathologie

L'objectif pharmacologique d'un traitement antidépresseur est d'augmenter le taux des monoamines (dopamine, sérotonine, noradrénaline) au niveau de la transmission synaptique.

C'est ce que réalisent :
  • Les IMAO en inhibant le catabolisme de ces amines
  • Les antidépresseurs imipraminiques en inhibant la recapture post synaptique de la dopamine, sérotonine et noradrénaline
  • Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS) paroxétine, fluoxétine...
L'excès de sérotonine peut apparaître :
  • Quelques heures à quelques jours après le début d'un traitement augmentant l'activité sérotoninergique
  • Quand un IMAO-A (toloxatone, moclobémide) est administré avec un ISRS, ce qui est contre indiqué
  • Lors d'une administration successive d'un IMAO-A et d'un ISRS, avec un intervalle libre trop court. L'intervalle libre recommandé est de 2 semaines sauf dans le sens fluoxétine IMAO-A, mais il existe une grande susceptibilité individuelle
  • Lors d'une intoxication aiguë, quelques heures après l'ingestion simultanée d'un imipraminique ou un IMAO-A et d'un ISRS

Traitement

  • Dans les cas sévères, ventilation assistée après intubation avec sédation (midazolam) voire curarisation si les benzodiazépines sont inefficaces pour traiter l'hypertonie
  • Habituellement, bonne évolution en 1 à 2 jours avec un traitement symptomatique précoce et bien conduit. Des décès ont été rapportés

Paracelse:Copyright©1995 (France).
Mise à jour le 19-09-1996
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente