Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
SEROTONINE - DEPRESSION -BOULIMIE - ETC...

Mode ? Réalité ?
La sérotonine ( précurseur= tryptophane) est un neuromédiateur essentiel dans la dépression mais également dans certains troubes du comportement comme la boulimie, l'agressivité.
Il faut noter que dopamine et noradrénaline sont également impliqués dans tous ces phénomènes.
Il est possible qu'une séquence physiologiques à départ sérotoninergique rétablisse in fine une transmission sur plusieurs voies neuromédiatrices ( dopaminergique, noradrénregique ).
L'activité sérotoninergique d'une molécule reste primordiale mais doit - pour être efficace - également comporter une dimension noradrénergique et dopaminergique.
Enfin, outre cet effet en cascade, un neuromédiateur ne possède que les effets autorisés par les recepteurs cellulaires.
Ils sont en grande partie génétiquement définis. Cette donnée essentielle explique probablement les suceptibilités individuelles au risque dépressif comme aux traitements ( efficacité et EI )

OESTROGENES ET SEROTONINE
Les dépressions de la ménopause et du post-partum , périodes de chute des taux d'oestrogènes, suggèrent une relation de cause à effet.
G.Fink et B summer ( Nature 1996, 383 : 306 ) ont pu démontrer que l'élévation de la concentration plasmatique en oestrogènes entrainait une hausse significative des récepteurs sérotoninergiques.

FIBROMYALGIE ET SEROTONINE
Les troubles du sommeil et la sérotonine semblent impliqués dans le Fibromyalgie - SPID ainsi que dans le $ de fatigue chronique ( forme de dépression d'épuisement ??? ).

ALCOOLISME ET SEROTONINE
Une relation entre consommation d'alcool et le contenu cérébral en sérotonine a été démontrée même chez les alcooliques non déprimés.
Toutefois seuls les " petits consommateurs semblent favorablement influencés par un trt sérotoniergique ( citalopram - fluoxétine )

SPM ET SEROTONINE
Commenting on the Steiner study, Rubinow and Schmidt noted that the results are consistent with the notions that PMS is a type of atypical depression and that serotonin has a role in regulating the variations in mood, impulsivity, appetite, and other forms of behavior that fluctuate in relation to the menstrual cycle in PMS. They also noted that PMS symptoms have not been linked to cyclic variations in the concentrations of ovarian hormones. (Rubinow DR, Schmidt PJ. N Engl J Med. 1995; 332: 1574-1575.)

SEXUALITE ET SEROTONINE
Gobalement l'effet est plutot négatif : baisse de la libido et troubles de l'éjaculation :cliquez ICI

AGRESSIVITE et SEROTONINE
25ème congrés annuel de la société des Neurosciences - San Diego 1995
Un lien parait désormais établi entre de faibles taux sanguins de sérotonine et les comportements agressifs. Cette relation a pu être retrouvée aussi chez les alcooliques " anti-sociaux ", les indivdus au comportement impulsifs et chez les autistes
Un régime pauvre en tryptophane ( précurseur de la sérotonine ) entraine une augmentation significative de l'agressivité ( Moeller. Houston) mais avec des variations individuelles ( Mutation d'un gêne codant l'un des récepteurs ??)
Esculape: Ces données paraissent en contradiction avec la clinique des surdosages en sérotonine
L'autsime semble également être concerné par les taux sanguins de tryptophane ( C. MacDouglas. Ecole de Médecine. Faculté de Yale ).

SEROTONINE & BÊTA BLOQUANT
ß-Blockers (e.g. propranolol, pindolol+) Les EI / sommeil :
  • Nightmares
  • Vigilance
    Sleep disruptive effects increase with lipid solubility of individual drugs Selective ß1 adrenergic antagonism Interaction with neurotransmitters, e.g. serotonin
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente