Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente

HYPERTROPHIE BENIGNE DE LA PROSTATE
HBP - ADENOME DE A PROSTATE

Voir également : PSA Totale et Libre (Intérêt dans le diagnostic différentiel
Voir également : HBP - Synthèse pratique Sémiologie, bilan, trt - 09/1998
Voir également : Prise en charge diagnostique et thérapeutique de l'hypertrophie bénigne de la prostate (ANAES-2003)
Voir également : Alpha1-bloquants à indications urologiques
Voir également : HBP : Notions nouvelles en 2003
Voir également : Hypertrophie bénigne de la prostate Nouvelles recommandations - 97ème Congrès Français d'Urologie - Paris - 12/2003
L'HBP et son traitemenr bénéficient actuellement d'une nouvelle analyse décomposée en 3 composantes qui se superposent à différents degrés chez les patients:
---- Augmentation du volume de la prostate évaluée par le TR et l'échographie transrectale.
---- Les symptômes du bas appareil urinaire qui ne sont pas spécifiques de l'HBP
---- L'obstacle à l'évacuation vésicale dont l'origine n'est pas seulemement prostatique.

De plus, le score de sévérite des symptômes et donc la décision thérapeutique inclut - enfin - l'analyse de la gêne ressentie par le patient. Les résultats montrent que pollakiurie, nycturie, miction impérieuse et incontinence sont les plus gênants.
On peut estimer que 50 % des hommes > 50 ans ont des troubles mictionnels.

Il est important de noter l'importance de l'effet placebo qui atteint 30 à 50 % sur au moins un symptôme avec un indice de satisfaction de 40 % à 6 mois.

Des facteurs prédictifs préthérapeutiques de l'efficacité d'un traitement spécifique seraient nécessaires.
Ces facteurs pourraient être le volume, l'âge, le débit urinaire maximal, le volume résiduel, le rapport débit-pression, l'état endocrinien voire l'histologie des fibres musculaires.
Actuellement tres peu de facteurs prédictifs ont actuellement été associés à des traitements spécifiques Ils représentent l'avenir du traitement de l'HBP
Il est toutefois nécessaire de pratiquer un dosage du PSA avant traitement puis tous les ans.

NB :
¤¤¤¤ Une faiblesse du jet mictionnel est considérée comme un symptôme typique d'HBP. Hors ce phénomène apparait avec l'âge quelque soit l'état de la prostate et chez les femmes. Une défaillance de la contractibilité du détrusor pourrait être impliqué (miction à faible pression).
¤¤¤¤ Les impériosités mictionelles serait également dues aux contractions non inhibées du détrusor.
L'hypertonie urétérale parait plus rare.
¤¤¤¤ La polyurie nocturne est un symptôme qui devrait être exclus pour le diagnostic d'HPB car fréquent, il peut être impliqué dans d'autres étiologies ( Pr Tage Hald - Copenhague).

Voir ensuite : HBP - Synthèse pratique (sémiologie, bilan, traitement 09/1998)
Voir MAJ : PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE DE L’HYPERTROPHIE BENIGNE DE LA PROSTATE (AMAES-2003)
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente