Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
POLYARTHRITE RHUMATOÏDE
MAJ 2003, 2004, 2010

LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE en 100 questions Une mine d'information

DIAGNOSTIC
D'abord clinique puis biologique.
Le dosage des anticorps antipérinucléaires et anti-kératine est donc indispensable au diagnostic des formes dites séronégatives pour lesquelles les facteurs rhumatoïdes n’ont pas été retrouvés

MAJ 2010
Gonflement articulaire, CRP et AC anti-CCP suffisent à évoquer une PR
EULAR - ACR 2010

L'IRM est un examen extraordinaire qui même en l'absence de marqueurs positifs pour affirmer le diagnostic de rhumatisme inflammatoire car on y voit des inflammations multiples de la synoviale qui ne se voient pas dans l'arthrose
Voir : Le marqueurs de la PR (Infos 05/2000 et MAJ 11/2003)
Voir Univ Lyon 1
Voir Polyarthrite Rhumatoïde : traitement de fond (MAJ 11/2000)
Voir Médicaments de la polyarthrite rhumatoïde en 2004

Antagonist TNF
Un inhibiteur compétitif du TNF sur le récepteur cellulaire confirme l'amélioration symptomatique ( 75%) et une réduction sensible des douleurs (60%)
NEJM 17/09/1997 : Voir Enbrel ©;

Comstock GW et al., Annals of the Rheumatic Diseases 1997; 56 : 323-5
Serum concentrations of alpha-tocopherol, beta-carotene and retinol preceding the diagnosos of rheumatoid arthritis ans systemic lupus erythematosus
De faibles niveaux d'antioxydants représenteraient un facteur de risque pour la PR et le LED
En moyenne les taux sanguins de bêta-carotène des patients qui ont developpé une PR étaient 29 % plus faible que ceux des sujets sains.

Extraits du 60ème congrés de l'American College oh Rhumatology

RECHERCHES
De nombreuses recherches sont en cours : système HLA, TCR, TNF, les facteurs de croissance (bFGF, VEGF,PDGF), les sous populations lymphocytaires ( hyperstimulation des TH1 et déficit des TH2), etc ..
Plusieurs auteurs ont étudié la caractère pseudo-tumoral du pannus expliquant l'envahissement et la destruction du cartilage. Il se caractérise , comme les cellules tumorales, par un déficit d'apoptose ( mort programmée - voir le dossier Télomérase).

THERAPEUTIQUES :
Voir Polyarthrite Rhumatoïde : traitement de fond (MAJ 11/2000)

La Salazopyrine (SZP) a été confirmée par de nombreux auteurs dans la PR débutante en insistant sur son efficacité, sa bonne tolérance mais son incapacité à prévenir les atteintes articulaires.
L'association SZP-méthotrexate (MTX) a également retenu l'attention..
Une trithérapie SZP (2g/j), MTX (7,5 mg par semaine pendant 40 semaines) et prednisone (60 mg/j au depart , réduite à 7,5 mg/j en 6 semaines pendant 7 mois). Aprés un an de traitement, les auteurs ont souligné la bonne tolérance, l'efficacité, le taux de 70% de répondeurs et l'effet préventif sur l'apparition des lésions osseuses. La nécessité de prévenir l'ostéoporose cortico-induite a également été soulignée.
A noter encore que l'intérêt des monoclonaux TNFalpha réside dans son association avec le MTX pour éviter les phases d'échapement de la maladie.

AVAKINE ®
Anciennement cA2 ofrre un trt inédit pour de la PR avec 60 % de réponse en monothérapie et en association avec le méthotréxate à faible dose.
L'AVAKINE neutralise le TNF et détruit les cellules qui le fabriquent.

Polyarthrite rhumatoïde : gare aux virus ! (24/08/199) Parmi différents virus, le virus Epstein-Barr (EBV) représente un candidat potentiel comme agent responsable du déclenchement d'une polyarthrite rhumatoïde. Un récent travail expérimental d'une équipe allemande conforte cette notion, en démontrant la présence fréquente du génome viral d'EBV dans des prélèvements de synovite rhumatoïde (29 recherches positives sur 84, contre 8 sur 81 contrôles). De plus, la coexistence du groupe HLA DR4 et de la trace intra-synoviale de EBV donnait un odds ratio de 41 pour le fait d'être atteint de polyarthrite rhumatoïde. Une explication pourrait provenir d'un phénomène de mimétisme moléculaire résultant d'une communauté de séquence d'acides aminés entre une glycoprotéine (gp110) de EBV et certains sous-types de HLA DR4.
Saal et al. Arthritis Rheum 1999 ; 42 : 1485.

Etanercept en association avec le méthotrexate pour l’arthrite rhumatoïde
Klareskog L, van der Heijde D, de Jager JP et al.
Lancet 2004;363:675-81.

Analyse par I. Ravelingien, P.Van Wilder, P.Verschueren, R.Westhovens - Minerva-f 2005;4(2):19-21

Question clinique
Quelles sont l’efficacité et la sécurité d’une association thérapeutique d’étanercept et de méthotrexate en comparaison avec ces deux produits en monothérapie chez des patients atteints d’arthrite rhumatoïde?

Conclusion
Cette étude confirme la plus-value d’un traitement par association d’étanercept et de méthotrexate versus méthotrexate ou étanercept en monothérapies chez les patients présentant une arthrite rhumatoïde ne répondant pas suffisamment à un DMARD (autre que le méthotrexate). Un traitement précoce et intensif est recommandé. Le méthotrexate reste le traitement de base, les preuves étant insuffisantes pour un traitement initial par une association de DMARDs (1) conventionnels. Une place pour les traitements anti-TNF doit momentanément être réservée, au vu du coût de traitement élevé, des modalités actuelles de remboursement et des effets indésirables non connus à long terme, aux patients résistants au traitement.
[Texte complet] (http://www.minerva-ebm.be/articles/fr/2005/2-2005/2-2005_rhumatoide.htm)
(1) DMARD : Disease Modifying Anti-Rheumatic Drugs.Sont nommés ainsi, les médicaments indiqués dans l’arthrite rhumatoïde et qui, en plus de leur effet symptomatique favorable, réduisent l’activité de cette maladie.
(2) DAS : Disease Activity Score. Le DAS est une mesure de l’activité de l’arthrite rhumatoïde et évalue le nombre d’articulations douloureuses et gonflées, la vitesse de sédimentation et la sévérité de la maladie évaluée par le patient sur une échelle visuelle analogique. Le score varie de 0 à 10: un score >5,1 signifie un taux d’activité élevé, un score <3,2 une activité faible et un score <1,6 une rémission.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente