Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES DYSPNEES AIGUES DE L'ENFANT
L'angoisse à 2 heures du matin !
Une laryngite fébrile qui résiste
à une injection de corticoïde est peut être une épiglottite

Potentiellement grave en particulier chez le nourrsson, elle nécessite un suivi rapproché dans les heures qui suivent l'épisode voire l'hospitalisation " facile ".
Les bronchiolites sont en augmentation alors que les épiglottites à Haemophilus deviennent rares grâce à la généralisation de la vaccination
Chez l'enfant, le larynx est la zone la plus sensible et la plus étroite des voies aériennes.

Quelques points rapides :
---- Âge : risque +++ avant 6 mois
---- Depuis quand ? Traitement en cours ? Nouveau médicament ?
---- $ fébrile
---- Signes de gravité ?
---- Est ce une bronchiolite ou une crise d'asthme ?
---- Est-ce une laryngite ?
---- Est-ce une épiglottite ?

.
LES SIGNES DE GRAVITE
---- Avant 6 mois
---- $ fébrile majeur
---- Voix étouffée ( Donald Duck )
---- L'enfant est assis, penché, bouche ouverte ou couché sur le coté tête fléchie. Souvent hypersyalorhhée associée.
---- Dyspnée prolongée accompagnée de tirage sus-sternal et sus-clavicualie. Il peut disparaitre par épuisement
---- Sueurs, tachycardie, troubles de la concience par hypercapnie.
---- Pâleur puis Cyanose
---- Irrégularité respiratoire à type de pause par épuisement

ETIOLOGIES
.

LES DYSPNEES DES RHINOPHARYNGITES

Banales, sans gravités, elles sont :
---- Inspiratoires généralement sans tirage
---- La voix est nasonnée.
---- La respiration buccale compensatrice
Un sifflemment inspiratoire peut en imposer pour un $ asthmatiforme mais l'auscultation lève l'ambiguité.

Le trt associe une DRP, mouche bébé, lavage du nez et des antihistaminiques et fluifiants per os

Retour

.

LES DYSPNEES LARYNGEES

Source: Le Généraliste N° 1806- 17/10/1997. Dr Sylvie DIEU-OSIKA - Hôpital Jean-Verdier, Bondy

Chez l'enfant, le larynx est la zone la plus sensible et la plus étroite des voies aériennes.
Une laryngite fébrile qui résiste
à une injection de corticoïde est peut être une épiglottite


DYSPNEES LARYNGEES
---- Dyspnée inspiratoire.
---- Tirage sus-sternal et sus-claviculaire.
---- Toux rauque avec stridor (bruit aigu en cas d'obstacle glottique ou sus-glottique) ou cornage (bruit grave, sourd en cas d'ostacle sous-glottique)
Voir :
Les laryngites de l'enfant

LES SIGNES DE GRAVITE
---- Avant 6 mois
---- $ fébrile majeur
---- FR > 80/minute ou au contraire bradypnée < 15/minute
---- Irrégularité respiratoire à type de pause par épuisement
---- Tirrage sus-sternal, sous-sternal, intercostal et battement des ailes du nez
---- Voix étouffée ( Donald Duck )
---- L'enfant est assis, penché, bouche ouverte ou couché sur le coté tête fléchie. Souvent hypersyalorhhée associée.
---- Dyspnée prolongée.
---- Sueurs, tachycardie, troubles de la concience par hypercapnie.
---- Pâleur puis Cyanose

Ils imposent de suspecter une épiglottite aigue à Haemophilus influenzae :
Il existe alors un risque de mort brutale si on examine l'enfant ou si on l'allonge

---- Laisser l'enfant dans la position qu'il a spontanément choisi
---- Ne pas utiliser d'abaisse langue.
---- Une hospitalisation par transport médicalisé ( SAMU Pédiatrique).
Voir : Epiglottite aiguë
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente