Du bon usage de l'hypnose en Médecine praticienne.

Docteur Victor SIMON
Institut de Médecine Psychosomatique, d'Hypnose clinique et de Thérapie brève
26 Parvis Saint Michel . 59000. Lille. France


Texte publié dans le Journal de Formation Médicale Continue .
NORFORMEDIA N° 2 . Juillet 1997.


Régulièrement, la "une" des revues hebdomadaires affiche "HYPNOSE", avec en second plan un regard mystérieux et quelques cercles concentriques symbolisant l'Hypnose et ses mystères.
Il y est souvent fait un amalgame grossier entre la suggestion utilisée dans les spectacles, et l'Hypnose thérapeutique telle qu'elle fut toujours utilisée en Médecine.

Déjà au XVIII ème et XIX ème siècle, Messmer et Braid, puis plus près de nous, Bernheim et l'Ecole de Nancy, Charcot à La Salpêtrière, avaient mis au point des modes d'intervention thérapeutique en Médecine et en Chirurgie.

Souvenons-nous que l'Hypnose était alors la seule psychothérapie, et que Freud utilisait, comme ses contemporains, l'Hypnose. Ce fut un échec thérapeutique avec une célèbre patiente qui le conduisit à inventer la psychanalyse, tandis que ses collègues et amis, Ferenczi notamment, conservèrent l'utilisation de l'Hypnose, en psychothérapie notamment.

L'Hypnose est-elle une psychothérapie seulement ? Est-ce un état modifié de conscience ? Que se passe-t-il au cours d'une séance d'Hypnose ? Dans quel but, et comment obtenir un résultat définitif et quelles en sont les indications ?

Il est important de savoir que l'état hypnotique est un état banal dans lequel nous entrons et évoluons plusieurs fois par jour spontanément. Il peut s'agir d'un état de rêverie : lecture passionnante, émission de télévision, voyage dans un train, film. Le sujet se déconnecte de la réalité environnante, tout en étant présent ici, mais aussi ailleurs, là-bas !

Ne réprimandez donc plus vos enfants quand ils regardent un feuilleton à la télévision, et que vous les appelez trois fois de suite pour dîner : ils sont tout à fait bien élevés, ils vous entendent parfaitement, mais ils sont "en transe hypnotique" spontanée. Leur temps de réaction dépend de leur état de concentration à ce moment-là.

Ce phénomène est très utile, il permet au Médecin d'utiliser chez le patient cette faculté spontanée à entrer en Hypnose . C'est cette modification de l'état de conscience que l'on appelle "état hypnotique", le terme "transe hypnotique" étant celui qui fut utilisé en premier, tout comme l'angine de poitrine définissait en fait une coronarite. A la différence de celle-ci, l'état hypnotique est un phénomène physiologique spontané et normal. Le but du Médecin est de cultiver et entretenir ce phénomène naturel, à la demande du patient, dans un but thérapeutique. C'est ce qui rend cette nouvelle hypnose tout à fait éthique.

Il s'agit, sans suggestion intrusive, et en respectant intégralement son écologie psychique, d'aider un sujet à trouver des solutions à un niveau inconscient, et d'accéder à ses ressources profondes. Ce faisant, il peut alors résoudre le ou les problèmes qui le bloquent.

Ce travail peut se faire pendant une session, au cours de laquelle, par le biais d'une conversation banale, ou l'évocation d'un souvenir agréable, le sujet peut accéder à cet état hypnotique.

Au cours de ce travail, il se fait un réaménagement psychique qui permet au patient de trouver une solution à son problème.

Cette nouvelle Hypnose, dont Milton Erickson, psychiatre américain fut l'initiateur, permet aussi d'aborder une multitude de troubles en médecine, en chirurgie, et d' agir sur la composante psychosomatique de bon nombre d'affections.

De multiples expériences en laboratoire de physiologie ont montré que de très nombreuses fonctions étaient modifiées dans le sens de la régulation lors d'une séance d'Hypnose : rythme respiratoire et cardiaque, tension artérielle, spasmes bronchiques, tonus sympathique et parasympathique, tonus musculaire, sécrétion acide gastrique, sensibilité viscérale digestive, vasodilatation, vasoconstriction. Il a même été constaté de façon régulière une diminution du temps de saignement, et les médecins et chirurgiens qui utilisent l'analgésie hypnotique, sont toujours impressionnés par l'absence de saignement du champ opératoire.

Chez les grands brûlés, il est constaté que l'Hypnose permet non seulement l'analgésie et la mobilisation précoce du sujet, mais surtout diminue de façon constante les fuites hydro-électrolytiques et la déperdition plasmatique. Elle est largement utilisée dans les services de brûlés des Hopitaux militaires français.

Les indications de l'Hypnose en pratique quotidienne:

- En obstétrique , on utilise l'effet analgésique sur les douleurs de l'accouchement, ainsi que sur le rythme des contractions utérines.

- En stomatologie et chirurgie dentaire, elle facilite les soins dentaires en permettant un meilleur contrôle de la douleur, du saignement, de la salivation et permet de mieux lutter contre l'anxiété, les réflexes nauséeux, le bruxisme...

- En Anesthésie , il est possible de diminuer l'anxiété pré-opératoire, et même de pratiquer certaines interventions sans recourir à l'anesthésie générale, comme cela est pratiqué couramment, pour thyroïdectomie, au C.H.U de Liège.

- En Rhumatologie et Traumatologie , l'Hypnose est un appoint précieux, augmentant le confort des patients sur la douleur et la mobilité. Dans les algodystrophies, des résultats spectaculaires ont été observés permettant une reprise de l'activité.

- Pour les brûlés , la suggestion de froid, au début, va bloquer les réactions réflexes associées, permettre une analgésie pendant les soins, et éviter de nombreuses anesthésies générales.

- En pathologie vasculaire : certaines hypertensions artérielles, Maladie de Raynaud.

- En Pneumologie : l'asthme plus particulièrement.

- En Dermatologie: eczéma, psoriasis, verrues, prurit et toutes les affections psychosomatiques.

- En Sexologie : tous les dysfonctionnements sexuels.

- En O.R.L. : acouphènes, vertiges, dysphonies, laryngospasme.

- En Neurologie : migraines, insomnies, tics, stress, anxiété, peur, phobies, agressivité, le traitement de la douleur.

- En Psychiatrie , toutes les névroses, les troubles du comportement : alimentaire, anorexie, boulimie, alcoolisme, toxicomanie, phobies sociales, dépressions, névrose post-traumatique.

- En Psychothérapie : manque de confiance, timidité, préparations aux examens et concours, problèmes scolaires, professionnels, problèmes relationnels de couple mais aussi de la famille,

- En gastro-entérologie : dyskinésies oesophagiennes, côlon irritable, troubles somatiques et fonctionnels digestifs , toutes les composantes psychiques des affections psychosomatiques que sont la Recto-colite hémorragique, la Maladie de Crohn, l'ulcère gastro-duodénal.

- En Médecine du sport : la visualisation et anticipation en hypnose sont utilisées pour améliorer les performances.

- En Nutrition : pour la thérapie de l'obésité ou de la maigreur.

- Chez le malade cancéreux : utilisation de la visualisation en hypnose pour augmenter l'action de la chimiothérapie ou des greffes de moelle osseuse. Il est reconnu que l'hypnose permet d'augmenter les réactions de défenses immunitaires et modifie de taux d'Interleukine 2.

- En psychothérapie ericksonienne : la perspective qui sous-tend l'oeuvre d'Erickson consiste à aider l'intégration personnelle et le développement des patients, en facilitant les mécanismes inconscients qui travaillent en permanence à notre équilibre.

Cette liste non exhaustive pourrait paraître, aux yeux de certains, un catalogue relevant d'une approche "touche à tout".

Il faut avoir vu s'opérer ces changements dans la vie de nos patients, pour comprendre que l'Hypnose est un puissant outil thérapeutique, qui, manié avec un grand respect de l'Autre, et l'éthique qui est la nôtre, peut être utilisé par chacun d'entre nous dans de nombreuses indications.

Les médecins qui l'utilisent au cours de leur pratique quotidienne, constatent combien l'Hypnose leur est utile en consultation, en visite et même en urgence.

L'action au niveau somatique est reconnue par de nombreux travaux. Elle permet une approche psychosomatique de la maladie, et apprend au patient à mieux contrôler ses symptômes et leurs conséquences par l'apprentissage de l'auto-hypnose, notamment.

Pour contacter l'auteur, cliquez ici

Pour aller sur son site, cliquez ici.

wbm@esculape.com
Sommaire FMC