Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
HEMATURIE
Macroscopiques ou par découverte fortuite ( Les faux positifs sur bandelette sont rares ), elles peuvent avoir une étiologie évidente ou au contraire nécessiter un bilan.
Toute hématurie doit être " étiologiquement documentée ".
Classiquement, on distingue en première analyse, l'hématurie initiale (uréthro-prostatique), terminale (vésicale) ou totale (parenchyme rénal ou tout l'arbre urinaire)
Le cancer de la vessie superficiel peut ainsi bénéfier d'un trt conservateur


MAJ 2009
NB : le terme d'hématurie visible ( HV ) doit remplacer celui d'hématurie macroscopique, celui d'HNV ( symptomatique ou non ) le terme d'hématurie microscopique.
BIlan d'une hématurie non visible ( HNV ) en Médecine Générale. [Lire]

    ETIOLOGIES EVIDENTES
  • Infection urinaire(bactérie et virus) - Urétrite aigue
  • Lithiase urinaire

    ETIOLOGIES IATROGENES
  • Aspirine, AINS, AVK (+++ Elles peuvent révélatrices d'une pathologie)
  • Sondes, chirurgie, radiothérapie

    ETIOLOGIES RENALES
  • Glomerulo-néphrite et nephrites interstitielles post-streptococcie
  • Glomérulonéphrite post-rhinopharyngite banale avec protéinurie de faible abondance mais surtout une micro-albuminurie généralement liée à une néphropathie à IgA type maladie de Berger, plus rarement une maladie des membranes basales, $ d'Alport). Le plus souvent, il existe une notion plus ou moins méconnue d'épisodes de hématurie macroscopique et il persiste une hématyrie microscopique et une micro-albuminurie.
  • Purpura rhumatoïde
  • Syndrome néphrotique : la présence d'une hématurie doit faire craindre une thrombose des veines rénales (echo-doppler en urgence)
  • Polykytose rénale
  • Cance du rein ( seulement dans 30 % des cas )
  • Drépanocytose
  • Hématurie d'effort (à distance de l'effort (5è6 jours) micro-albuminurie, créatininémie, UIV normales)
  • Hématurie récurente bénigne par anomalie de la membrane basale
  • Maladie de Berger
  • Vascularite, Lupus, tuberculose


    LES ETIOLOGIES VESICALES
  • Cancer de la vessie (fumeur > 50 ans +++)
  • Bilharziose urinaire
  • Cystite interstitielle

    AUTRES
  • Tous les types de purpura (++ thrombopéniques)
  • Leptospirose
  • Endométriose
  • Prostatite ( aiguë ?)
  • Adénome de la Prostate (exceptionnellement)
  • Tabagisme
  • Ouvrier de l'industrie des colorants
BILAN INITIAL
---- Nfs, VS, CRP, iono, créatininémie, glycémie
---- ECBU, protéinurie des 24 heures
---- Micro-albuminurie, Compte d'Addis-Hamburger
---- ASP, Echographie des voies urinaires

BILAN COMPLEMENTAIRE
---- Cytologie urinaire
---- UIV, cystoscopie, PBR,....

Pour en savoir plus NephroHUS
Informations générales : http://www.medinfos.com/principales/fichiers/pm-uro-hematurie.shtml

Evaluation of asymptomatic microscopic hematuria in adults
Groosfeld G.D. et al.Urology, 57 : 604, 2001)

La détection de traces de sang dans l'urine lors d'un examen de routine , en particulier en médecine du travail lors d'un test avec une bandelette trempée dans l'urine, correspond à une "hématurie microscopique"
La première chose à faire en cas de test à la bandelette est de vérifier la présence de sang par un vrai examen au laboratoire (car les bandelettes sont parfois faussement positives).

En cas d'hématurie microscopique, le risque d'une maladie urologique (calcul, polype, malformation vasculaire ...) est plus élevé en cas de tabagisme, de troubles urinaires irritatifs (envies fréquentes d'uriner, envies pressantes), d'exposition à des substances chimiques, d'infection urinaire, d'antécédent de radiothérapie pelvienne, et chez les patients de plus de 40 ans.

Si l'un au moins de ces facteurs est présent, une évaluation urologique complète doit être faite
  • une imagerie du haut appareil (l'urographie intraveineuse ou le scanner sont les méthodes de choix),
  • une cytologie urinaire (recherche de cellules anormales dans les urines)
  • Cystoscopie
La présence de protéïnes dans les urines, d'une insuffisance rénale et/ou la prédominance de globules rouges anormaux dans l'urine doivent faire demander l'avis d'un néphrologue.

Si l'évaluation initiale est négative, des contrôles doivent être faits à 6, 12, 24 et 36 mois, comprenant un examen des urines à la recherche d'une infection, une cytologie urinaire et la mesure de la tension artérielle.
Si les résultats sont négatifs pendant cette période, aucun suivi urologique n'est nécessaire.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente