Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
.
SIDA - FEMMES ET INFECTIONS PAR LE VIH

Source : SIDANET.ASSO.FR Le site francophone de référence avec une actualisation fréquente


Infection par le VIH et grossesse

Le conseil auprès d'une femme ou d'un couple désirant entreprendre une grossesse est toujours difficile ; le médecin doit prendre en compte différents éléments, tant médicaux que psychologiques et sociaux.
Le bilan immunologique et virologique fournit des éléments d'appréciation sur le risque de transmission materno-foetale.

Le taux de transmission materno-foetale (TMF) au cours des 500 à 600 grossesses menées à terme en France chaque année par des femmes infectées par le VIH se situait entre 15 et 20 %.
En 1996, depuis la généralisation du traitement par l'AZT, il se situe autour de 5 %. Il est plus élevé chez les femmes ayant un déficit immunitaire important (moins de 200 lymphocytes CD4 par mm³ ).
Une charge virale élevée accroît également le risque de transmission, mais on ne peut pas définir une valeur seuil au-dessous de laquelle le risque de transmission serait nul.

L'allaitement, source possible de contamination, est contre-indiqué.

Toutes ces informations doivent être clairement données à la femme séropositive enceinte ; c'est à elle ou au couple de décider de la poursuite de la grossesse.
Voir également : Grossesse et HIV

Prévention de la transmission maternofoetale du VIH pendant la grossesse
L'essai ACTG 076/ANRS 024 a démontré que l'AZT (débuté entre la 14e et la 34e semaine de grossesse et poursuivi durant l'accouchement) réduisait des 2/3 la TMF (8,3 % contre 25,5 %) sans toxicité majeure.
Ce traitement prophylactique s'est rapidement généralisé en France, dans les mêmes conditions que celles de l'essai clinique, avec des résultats comparables (5 % de TMF par rapport à 14-20 % antérieurement en France).
Toutefois la zidovudine n'est pratiquement pas efficace chez les femmes traitées par l'AZT avant leur grossesse.

Le devenir des enfants non infectés ayant reçu de l'AZT pendant la grossesse pose problème, bien que les données à court terme soient rassurantes.
Pour permettre dans le futur, si nécessaire, des études cas-témoin, un registre des femmes ayant reçu des antirétroviraux durant la grossesse a été mis en place à partir du 6 octobre 1995 dans les pharmacies hospitalières.


NB : Infection par le VIH chez la femme
L'histoire naturelle est peu différente de celle observée chez l'homme, mais la maladie de Kaposi est particulièrement rare.
La contraception hormonale ne favorise pas la replication virale.
Les infections gynécologiques (candidoses vaginales, salpingites) sont fréquentes. Un examen gynécologique régulier est nécessaire pour ne pas méconnaître les lésions dysplasiques du col utérin et les condylomes.
L'association entre infection par le VIH et cancer cervical intraépithélial est connue ainsi que le rôle de certains papillomavirus dans la genèse de ces cancers.

Un examen gynécologique systématique comportant un frottis doit être pratiqué tous les six mois, complété au moindre doute par une colposcopie.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente