Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
CHLAMYDIA PNEUMONIAE

Germe intracellulaire, le rôle de Chlamydiae pneumoniae (C.P) dans la maladie asthmatique ( initiateur ou révélateur ) est de plus en plus suspecté/discuté .
Il atteint l'enfant comme l'adulte et beaucoup d'infections paraissent bénignes et asymptomatiques.
On estime que CP est responsable de 5 % des bronchites aigues et 9 % des crises d'asthme de l'adulte.
La clinique est trés proche de celles d'infections par Mycoplasma pneumoniae . La radio poumon peut être évocatrice.
Le traitement est le même : Les principales familles d'antibiotiques actives sont les tétracyclines, les macrolides et apparentés et les fluoroquinolones pendant 2 à 3 semaines

Il a également été suspecté dans la maladie coronarienne ( J.of American College of Cardiology 06/1996), pancréatites aigues, péricardite, myocardite, encéphalite, méningite, sarcoïdose, érythème noueux

NB : Toujours évoquer la coqueluche et apparentés [Lire]
Voir également : les toux prolongées adultes et enfants
*****************

C.P. et La Maladie asthmatique

Source: 5èmes rencontres de Pneumologie - Nice Janvier 1996
Revue de Pneumologie Clinique Vol 53 Supllément Septembre 1997

L'étude princeps de D. Hahn et al (JAMA 1991; 266:225-230) sur la relation cp-asthme montre :
---- Il existe une relation statistique entre sibilance et infection à CP
---- Une possibilité d'initiation d'un asthme chronique dans les suites d'une infectionaigue par CP.
---- Une réponse possible de l'asthme au trt antibiotique adapté

Toufefois, les experts concluent à la nécessité d'études complémentaires aussi bien chez l'adulte que chez l'enfant.

ESCULAPE
En pratique il nous parait licite d'évoquer une infection à CP ( Rx - Sérologie ) et/ou de faire un trt d'épreuve . Eventuellement associée à une recherche de Mycoplasma pneumoniae
L'interprétation des sérologies (MIF +++, Elisa ) reste délicate et parait nécéssiter IgG, IgM et IgA ( les IgM sont absente
  • Echec d'une amoxicilline à J4-5 sur bronchopneumopathie : associer un macrolide
  • Asthme récent de l'adulte, plus souvent bronchite avec sibilants chez un patient non asthmatique
  • Déstabilisation " inexpliquée " d'un patient asthmatique même en l'absence de contexte infectieux patent (Adulte, enfant)
  • Toux prolongée inexpliquée ( équivalent "asthmatique", hyperréactivité bronchique )
  • Exacerbation d'une BPCO : 5 à 15 % des cas. L'echec d'une antibiothérapie inactive sur le CP et le mycoplasme doit donc faire remplacer/associer un macrolide. ( NB: sensibilité inconstante aux fluoroquinolones sauf OFLOCET ? ).


The Journal of American College of Cardiology (06/1996)
Chlamydiae pneumoniae est présente dans 79 % des artères coronaires athéromateuses et seulement dans 4 % dans les coronaires saines. La piste microbienne - sans remettre en question le rôle du LDL cholestérol - mérite d'être explorée
On ne peut exclure toutefois que le C.P profite du milieu athéroscléreux pour se développer sans en être la cause.


The Link Between Chlamydia pneumoniae and Atherosclerosis
There is a growing body of evidence suggesting that coronary artery disease is caused by an infectious agent. The leading candidate is Chlamydia pneumoniae, based on seroepidemiologic and histopathologic studies.
[Infect Med 14(5):380-382,392,426, 1997]
READ THE FULL TEXT ARTICLES: Medscape.com



MALADIE THROMBOEMBOLIQUE ET CHLAMYDIAE : NOUVELLE ASSOCIATION ?
Thrombos Haemost 2000; 83: 887-91
Cette étude cas-témoins porte sur 176 patients ayant une maladie thromboembolique et 196 témoins appariés. Les auteurs ont mis en évidence chez 54 % des sujets atteints de maladie thromboembolique la présence de d'anticorps IgG anti-Chlamydiae pneumoniae ; ce chiffre est de 15,9 % chez les contrôles.



Une bactérie pourrait favoriser l'apparition de la maladie d'Alzheimer LOS ANGELES 12 nàvembre 1998 (AP) -- La présence d'une bactérie dans les cellules cérébrales pourrait augmenter le risque de survenue d'une maladie d'Alzheimer, affection qui se caractérise par des pertes de mémoire telles que les actes les plus banals de la vie de tous les jours deviennent problématiques.

Selon une étude présentée dans le cadre du congrès de la Société des neurosciences, qui vient de se tenir à Los Angeles, des autopsies pratiquées sur du tissu cérébral de personnes ayant souffert de la maladie d'Alzheimer a permis de retrouver des Chlamydia pneumoniae. Cette bactérie, habituellement présente dans les sinus et les bronches, se trouvait au niveau des régions du cerveau atteintes par cette maladie dégénérative.

``Cette présence est inattendue. Pour parvenir dans le cerveau, la bactérie doit franchir une barrière de protection'', a expliqué Brian Balin, chercheur à l'université Allengheny des sciences de la santé à Philadelphie.
Zaven Khachaturian, spécialiste de grande renommée de la maladie d'Alzheimer, trouve cette découverte extrêmement intéressante. ``Elle devrait nous permettre de comprendre comment se déclenche le processus dégénératif'', estime-t-il. ``Est-ce la présence de Chlamydia pneumoniae qui favorise l'apparition de la maladie ou, au contraire, les lésions occasionnées au niveau du cerveau par la maladie d'Alzheimer favorisent-elles son entrée dans la cellule?'', s'interroge Zaven Khachaturian.
Pour aboutir à cette conclusion, Brian Balin et son équipe ont trouvé des fragments d'ADN de bactérie dans les échantillons cérébraux de 17 ou 18 personnes atteintes d'Alzheimer. A l'inverse, l'analyse de 18 ou 19 cerveaux de personnes indemnes de la maladie n'a montré aucune trace de la fameuse bactérie. Les cellules infectées par la Chlamydia pneumoniae fabriquent des substances capables de faire face à l'infection. Mais ces substances appelées cytokines peuvent endommager les cellules nerveuses.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente