Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES VOYAGES EN AVION

Le voyage aérien crée des contraintes physiques et psychologiques et expose certains patients à différents risques de santé.
Les facteurs qui sont en cause sont la dépression barométique, la baisse de pression en oxygène, la déshydratation, l'immobilité, la fatigue, le stress, les variations de température. Enfin, les décalages horaires et les horaires "fantaisistes" des repas et collations en vol doivent également pris en compte en particulier pour les patients diabétiques.

LA PRESSURISATION DE LA CABINE
Pour des raisons techniques, la préssurisation de la cabine appelée " altitude cabine " correspond pour la majorité des avions modernes à une altitude comprise entre 1800 et 2200 mètres d'altitude. C'est cette altitude qui doit guider pour une éventuelle contre-indication au voyage et/ou des précautions particulières.
Seuls les plongeurs risquent une maladie de décompression en cas de plongée récente d'où la règle d'un délai de 24 heures entre la plongée et le voyage en avion.

La baisse de pression d'oxygène reste modérée (20 à 25%) mais peut entrainer une chute rapide de la saturation en hémoglobine chez un patient hypoxique au sol, décompenser une insuffisance respiratoire, cardiaque ou coronarienne



INSUFFISANCE RESPIRATOIRE
La désaturation en oxygène de l'hémoglobine peut atteindre des valeurs inquiétantes et nécessiter l'adiministration d'oxygène supplémentaire.
En cas d'urgence, l'avion dispose de sources délivrant un débit d'oxygène de 2 à 4 litres/minute.

PATHOLOGIE OCULAIRE
La dépression barométrique augmente le volume gazeux.Le risque existe essentiellement sur un oeil récemment opéré ou traumatisé. La chirurgie à globe ouvert du segment postérieur avec utilisation de gazs représente une contre-indication absolue jusqu'à résorbtion qui peut prendre plusieurs mois.
Un décollement de rétine impose le report du voyage.
La sécheresse de l'air peut poser qques problèmes aux porteurs de lentilles
En cas de pathologie vasculaire (HTA, diabète) l'hypoxie peut aggraver une uvéite, des lésions rétitiennes, créer un oedème voire une hémorragie.
Rappel : Le risque de glaucome aigu par fermeture de l'angle est également important
Dans tous les cas, les traitements à prendre à heure régulière ne doivent pas être oubliés

LES TROUBLES ABDOMINAUX
Les variations de volumes des gazs coliques peuvent être certes inconfortables mais sans danger.
En cas d'intervention chirurgicale récente ou de coelioscopie, un délai raisonnable doit être accordé.
Il faut particulièrement veiller aux apports hydriques chez les bébés, les personnes agées et en cas d'antécédent de lithiase urinaire.

LES TROUBLES ORL ET PULMONAIRES
Une sinusite, une otite voire un simple rhume peuvent entrainer des lésions baritraumatiques trés douloureuses.
Un pneumothorax récent ou des bulles d'emphysème imposent le report du voyage aérien.

VOLS LONG COURRIER ET RISQUE THROMBO-EMBOLIQUE
Le risque de phlébite est augmenté par:
  • Les vols supérieurs à 6 heures (92% des embolies pulmonaires ont eu lieu lors de vols > 6 heures)
  • Il existe une prédominance féminine (73%) alors que les voyageurs masculins sont majoritaires.
  • la position assise prolongée
  • l'absence de mobilisation
  • La déshydratation
  • L'hypoxie
  • L'âge
  • L'insuffisance veineuse

    Les maladies thombogènes (cancer, insuffisance cardiaque ) sont pourtant absentes dans 68 % des cas

    La prévention passe par des mesures comportementales simples (contraction des mollets, flexion-extension des pieds, déambulation régulière..), l'hydratation, le port de contention élastique pour les sujets à risque veineux.

    Dans des cas plus rares - insuffisance veineuse majeure, ATCD de phlébite, d'embolie pulmonaire - l'injection quelques heures avant le départ d'une calciparine à dose préventive - peut être conseillée malgré l'absence de consensus.



    CONTRE-INDICATIONS
    AU VOYAGE EN AVION

      CARDIO VASCULAIRES
    • IDM < 6 semaines ( 8 à 24 semaines pour certains auteurs ).
    • OAP < 2 semaines
    • Angor non stabilisé
    • Hypertension artérielle pulmonaire
    • Cardiopathies congénitales

      RESPIRATOIRES
    • CV (capacité vitale ) < 50 %
    • VMS < 40 l/mn
    • PCO2 > 50 mm Hg
    • PO2 < 55 mm Hg

      ORL
    • Sinusite, otite, mastoïdite aigues récentes
    • Chirurgie otologique récente.

      OPHTALMOLOGIQUES
    • Ulcère cornéen non cicatrisé
    • Chirurgie < 2 semaines
    • Kératite évolutive

      DIGESTIVES
    • Chirurgie < 2 semaines
    • Hypertension portale avec varices oesophagiennes
    • Coelioscopie < 8 jours
    • Ulcère hemorragique < 3 semaines

      GYNECO-OBSTETRIQUE
    • Grossesse normale > 35 semaines
    • Grossesse pathologique HTA, MAP nécéssite plus de restriction.
    • Accouchement < 8 jours
    • Hemorragie génitale < 8 jours
    • NNE < 8 jours
    • NNO en " mauvaise santé "

      INFECTIEUSES
    • Tuberculose
    • Coqueluche

      TRAUMATIQUES
    • Chirurgie < 2 semaines
    • Sous Plâtre < 48 heures. Au delà, le membre doit être surélévé avec anticoagulation efficace.

  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente