Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
ANDROPAUSE
Déficit androgénique lié à l'âge (DALA)

P. Costa (Service d'urologie-andrologie CHU Nîmes)
- 13ème rencontres Nancéiennes de gynécologie-obstétrique - Nancy)

Voir également : 17 Recommandations pour la prise en charge du DALA [Lire] (Progrès en Urologie (2004))

L'hypogonadisme masculin est une réalité. De nombreuses études ont démontré la diminution de la testostérone totale avec l'âge (1% par an dès l'âge de 30 ans) et la testostérone libre à partir de 35 ans mais un peu plus prononcée (1,5% par an). Cette diminution progressive présente des variations individuelles importantes.

La pourcentage d sujet ayant une testostérone totale inférieur à la normale du sujet jeune
  • 7 % entre 40 et 60 ans
  • 22% entre 60 et 80 ans
Mais si on refère à la teststérone biobisponible, 50 % des hommes de plus de 50 ans pourraient être concernés

Voir également L'andropause

SEMIOLOGIE
---- Diminution du volume du sperme, testicules plus petits, plus mous
---- Infertilité croissante.
---- Ejaculation retardée ou précoce.
---- Défaut de concentration, d'agressivité.
---- Tendance dépressive avec irriabilité, bouffées d'anxiété, troubles du sommeil
---- Prise de poids en particulier graisse abdominale.
---- Les cheveux deviennent plus fins, plus fragiles.
---- Bouffées de chaleur, transpiration excessive.
---- Endormissement post-prandial.

BIOLOGIE
Si le dosage de la testotérone totale suffit pour le sujet jeune, chez le sujet âgé seul le dosage de la testostérone biodisponible est fiable.
L'hypogonadisme doit être confirmé par un dosage de la LH

En pratique ;
---- hypotestostéronémie + LH élevée signent une atteinte testiculaire. Le traitement supplétif peut être envisagé
---- hypotestostéronémie + LH normale ou abaissée peuvent traduire une pathologie de l'axe hypothalamo-hypophysaire. Un dosage de la prolactine est nécessaire

TRAITEMENT
Il nécessite l'élimination d'un cancer de la prostate (TR, PSA, rarement échographie) et une NF à la recherche d'une polyglobulie
Surveillance: NF et PSA à 3 mois puis tous les 6 mois pendant 2 ans puis une fois par an. Une augmenation annuelle de 0,2 à 0,5 ng/ml est habituelle. Une augmentation plus importante doit attirer l'attention
La supplémentation sera diminuée si l'hématocrite > 52 % et arrété si > 55 % En cas d'HBP (adénome), les troubles mictionnels seront d'abord traités.
  • Le traitement per os : L'undéconoate de testostérone (PANTESTONE °) nécessite 2 à 3 prises journalières qui doivent se faire au moment des repas.

  • Les injections IM : L'énanthate de testostérone (ANDROTARDYL °) permet d'augmenter les taux plasmatique pendant 2 à 3 semaines. Le taux de testostéronémie peut être controlé le matin du jour de l'injection et espacer ou rapprocher les injections.

  • La voie transdermique En attendant les patchs, il existe un gel hydro-alcoolique (ANDROGEL sachet) en une application par jour (épaules, avant-bras, abdomen).
    Il est possible de modifier la posologie par un dosage de la testostéronémie. Le gel n'est remboursé par la CGGS (08/2004)
CONTRE-INDICATIONS
  • Le cancer de la prostate.
    A noter toutefois, que le traitement substitutif ne semble pas augmenter le risque de voir apparaitre un cancer de la prostate
  • Le cancer du sein
  • Polyglobulie
  • Hyperprolactinémie
  • Insuffisance cardiaque sevère

    PRECAUTIONS
  • Adénome de la prostate.
    Sous traitement, le volume de la prostate augmente avec possibilité d'agravation modérée des troubles mictionnels
  • Apnée du sommeil
  • Hyperlipidémie
  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente