bilan thyroïdien les pièges -endocrino
LES PIEGES DES BILANS HORMONAUX THYROÏDIENS
Xèmes Journées toulousaines de Biologie Médicale - Juin 1998
Intervention de R. Sapin - Hôpital de Hautepierre Strasbourg

De nombreuses discordances du couple TSH-T4 peuvent être imputées à des conditions physiologiqies ou pathologique mais les conditions de prélèvement, qualité des échantillons, sa conservation, etc... sont également fréquemment impliquées.

Voir également : Anticorps thyroïdiens
Voir également : Hyperthryroïdie

LES PRINCIPALES DISCORDANCES D'ORIGINE PHYSIOPATHOLOGIQUES
TSH abaissée et T4L normale
Envisager :
  • Une hyperthyroïdie à T3L isolée
  • Une hyperthryroïdie frustre et notamment l'automatisation d'un goïtre multinodulaire
  • Un début de traitement d'une hyperthyroïdie
  • Une origine iatrogène (corticoïdes, dopamine IV)
  • Une grossesse. Chez prés de 5% des femmes à la fin du premier trimestre en raison de l'action TSH like de la sous unité alpha des gonadotrophines. Voir Grossesse et Thyroïde
  • TSH et T4L abaissées
    Envisager :
  • Une insuffisance hypophysaire
  • Une atteinte grave de patients atteints de maladies générales sévères .
  • TSH normale et T4L abaissée
    Envisager une diminution de l'activité biologique de la TSH dans l'insuffisance hypophysaire vraie
    T4L isolément élevée
    Envisager :
  • Un traitement par l'amiodarone ou par l'héparine
  • Un trt substitutif par le lévothyrox°
  • Un état de résistance périphérique aux hormones thyroïdiennes
  • TSH et T4L élevées
    Envisager :
  • Un adénome thyréotrope sécrétant
  • Un état de résistance périphérique aux hormones thyroïdiennes
    Un diagnostic différentiel peut être établi par l'imagerie hypophysaire ou par dosage de la sous-unité alpha de la TSH


  • Lors de l'analyse, l'existence anticorps anti TSH, anti-hormone thyroïdienne (AAHT) T4 ou T3 se rencontrent, suivant la méthode les taux peuvent être sur ou sous évalués.
    Même si ces problèmes ont été évités, outre - pour mémoire - une erreur de transcritption, les résultats doivent être accompagnés d'un intervalle de référence établi de préférence à partir d'un recrutement local.

    Enfin, le prescripteur doit garder en mémoire que l'intervalle donné correspond à l'intervalle 95% et donc qu'un résultat extérieur mais proche d'une limite peut être tout à fait normal.

    La dysthyroïdie fruste est définie par une anomalie confirmée mais isolée de la TSH, témoin d'une anomalie du fonctionnement thyroïdien dont les répercussions cliniques sont très variables.
    Une bonne connaissance des antécédents et des traitements en cours est indispensable pour interpréter une anomalie isolée de TSH.
  • L'hyperthyroïdie fruste avec TSH isolément abaissée est hautement probable chez une femme âgée, porteuse d'un goitre avec une tachyarythmie.
  • La réalisation d'une scintigraphie thyroïdienne est indiquée en cas de TSH abaissée. En revanche le test à la TRH n'a qu'un intérêt limité. [Lire]
  • L'hypothyroïdie fruste avec élévation modérée et isolée de la TSH entre 5 et 10 mU/L est probable s'il existe des anticorps antithyroïdiens et des perturbations lipidiques.

    En l'absence de marqueurs non hormonaux du fonctionnement thyroïdien, la clinique garde une place primordiale. Un état clinique convaincant justifie un traitement d'épreuve transitoire et évalué.
    Un suivi biologique et clinique régulier (tous les 6 mois) est indiqué en cas d'anomalie isolée de la TSH.
    Source : Jean-Louis Schlienger, Rémy Sapin, Service de médecine interne, CHU Hautepierre, avenue Molière, 67098 Strasbourg cedex. (http://www.lesechos.fr/medical/sem37.htm#b)

  • Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente