HYPERTHYROÏDIES INFRACLINIQUES ou FRUSTRES
Sources : La Revue Prescrire Mai 2003 N° 239 - http://www.epidaure.com - MAJ 2012

DEFINITION
Elle correspond à des données biologiques : TSH abaissée, T3 et T4 libres normales sans signe clinique d'hyperthyroïdie. Les chiffres doivent être confirmées par une seconde analyse et en dehors de toute cause extrathyroïdienne potentielle (grossesse, dépression, corticothérapie, certains médicaments, etc..)
Voir également hyperthyroïdes
Voir également Les pièges du bilan thryroïdien

L'HTF est fréquente surtout à partir de 60 ans : 1% des hommes et 1,5 % des femmes et toutes les étiologies thyroïdiennes peuvent être en cause (Basedow, Hashimoto, de Quervain, surcharge en iode, goitre multinodulaire, etc..)

Que l’examen clinique retrouve ou non un goître nodulaire, la scintigraphie est licite voire indispensable. Elle permettra de préciser le caractère fonctionel des lésions et d'évoquer le risque de cancer de la thyroïde de nodule hyperfixant extinctif ou non

LES RISQUES
Ils sont mal évalués
  • Passage à une hyperthyroïdie franche : rare chez l'homme, il peut atteindre 5 % chez une femme porteuse d'un goitre multinodulaire
  • Fibrillation auriculaire rique inférieur à 3 %
  • Ostéoprose
  • Mortalité. Il semble exister l'existence d'une augmentation de la mortalité (niveau de preuve faible) sans préjuger de l'efficacité d'un traitement éventuel.
  • Une seule étude épidémiologique évoque un risque augmenté de démence
Le risque de fibrillation auriculaire existe même pour les hyperthyroïdies infracliniques
L’hyperthyroïdie infraclinique ou fruste, définie comme une diminution de la TSH (thyroïd stimulating hormone) s’accompagnant d’un taux de thyroxine libre dans les limites de la normale, était, elle aussi, associée à une augmentation du risque de FA. Ce risque de FA augmente avec la diminution de la TSH ce qui confirme la nécessité de la surveillance cardiaque des sujets présentant une hyperthyroïdie infraclinique ou une fonction thyroïdienne à la limite haute de la normale.
Selmer C et coll. : The spectrum of thyroid disease and risk of new onset atrial fibrillation : a large population cohort study. BMJ 2012;345:e7895 [Lire] (bmj.com)


TRAITEMENTS
Pour la revue Prescrire (Mai 2003 N° 239) "la première décision à prendre est de ne pas traiter avec une surveillance clinique et biologiques (3 ou 6 mois)."

Si l'anomalie persite et si elle est associée à une anomalie de la glande, un traitemment peut être proposé.
  • Iode radioactif sur un goitre multinodulaire avec risque d'hypothyroïdie définitive et trés faible augmentation dur isque de cancer
  • Chirugie et antithyroïdiens de synthèses exposent à des complications plus sevères
Dans tous les cas, on ne sait pas si le traitement modifie la mortalité et/ou l'incidence des complications (FA, fracture ostéporotique)

CONCLUSION PROVISOIRE
Chez les personnes âgées, l'HTF expose probablement à des risques légèrements accrus de fibrillation auriculaire et/ou d'ostéoporose. La prescription d'un traitement n'est jamais urgente et son opportunité évaluée cas par cas.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente