HYPOGLYCEMIE
chez l'adulte non diabétique

Dr H. Raybaud - 11/2000

Chez un patient non diabétique des épisodes confirmées d' hypoglycémie peuvent avoir plusieurs origines :
  • Le jeune...
  • L'hypoglycémie réactionnelle postprandiale plus ou moins remise en question dans le cadre plus large d'un tableau, encore mal compris de syndrome postprandial : hypersécrétion d'hormones gastro-intestinales, hypotension postprandiale], hyperventilation... voire crise de spamophilie secondaire
  • Hypoglycémie médicamenteuses ou toxiques (cf infra)
  • L'hypothyroïdie
  • l'insuffisance surrénalienne primitive
  • l'insuffisance corticotrope
  • l'insuffisance antéhypophysaire
  • L'insulinome
  • Les auto-anticorps antirécepteur de l'insuline ( le plus souvent sur un terrain connu d'auto-immunité.)
  • Les auto-anticorps anti-insuline ( le plus souvent présent sur un terrain connu d'auto-immunité.)
  • Hypoglycémie multifactorielle dans le contexte d'une maladie chronique grave ou une atteinte aiguë multisystémique : cachexie, cause médicamenteuse, insuffisance rénale ou hépatique, défaut de glycogénolyse et de néoglucogenèse hépatiques en cas d'insuffisance hépatique terminale (hépatocarcinome, cirrhose, métastases), inhibition aiguë de la néoglucogenèse hépatique lors d'un état de choc ou d'un syndrome septique aigu, etc.
  • Hypoglycémies médicamenteuses et toxiques
    De nombreux médicaments (en dehors des médicaments hypoglycémiants) peuvent être responsables d'hypoglycémie Les plus fréquemment en cause sont :
  • certains anti-arythmiques tels que la cibenzoline (Cipralan®) et le disopyramide (Rythmodan®)
  • le dextropropoxyphène, seul principe actif de l'Antalvic®, associé au paracétamol dans le Di-Antalvic® et à d'autres principes dans le Propofan® ;
  • les bêtabloquants non cardio-sélectifs qui surtout augmenteraient les effets de l'insuline ;
  • les antidépresseurs sérotoninergiques (fluoxétine) qui stimuleraient directement les cellules bêtapancréatiques, les IMAO
  • la pentamidine, toxique pour les cellules bêta, le cotrimoxazole (Bactrim®)
  • les dérivés de laquinine
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion (à confirmer). Dans tous les cas le risque de déclencher une hypoglycémie reste lié au un terrain : insuffisance rénale, dénutritiondiarrhée prolongée, infection sévère, polypharmacothérapie, etc...
  • L'alcool est également capable d'entraîner une hypoglycémie en inhibant la néoglycogenèse hépatique chez un sujet souffrant de dénutrition ou simplement à jeun.
  • Pour en savoir plus Devant une hypoglycémie chez l'adulte non diabétique

    Accueil Nouveautéswbm@esculape.com Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente