Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Une hémoglobine A1c supérieure à 5.8% pourrait servir de base au dépistage du diabète
Buell C et al. Utility of A1c for diabetes screening in the 1999-2004 NHANES population. Diabete Care 2007 ; 30 : 2233-2235.
Pr Philippe Chanson

Dans la mesure où l´hémoglobine A1c reflète la glycémie moyenne des 3-4 mois précédents, les repas (heure et richesse en glucides) ne constituent pas le même problème que lors de la mesure de la glycémie à jeun et il est donc tentant d´utiliser cet outil pour dépister le diabète.

Reprenant les données de l´étude NHANES 1999-2004, des chercheurs californiens ont analysé l´hémoglobine glyquée et la glycémie afin de savoir quelle était la relation entre les deux et essayer de connaître quel était le meilleur niveau d´hémoglobine glyquée permettant de faire dépister le diabète.

Une hémoglobine glyquée (HbA1C) > 5.8 % possederait une bonne sensibilité (86 %) et d´une bonne spécificité (92 %) dans la population générale.

Ces données restent bien sûr à valider mais elles permettraient de s´affranchir du problème lié à la nécessité de prélever la glycémie à jeun pour faire le diagnostic de diabète, au moins en dépistage. Une hémoglobine glyquée supérieure à 5.8 % pourrait alors amener à mesurer la glycémie soit à jeun soit à l´occasion d´une HGPO pour confirmer le diagnostic de diabète.

Esculape
L'utilisation de l'HbA1C comme dépistage du DNID semble largement plus logique que la glycémie à jeûn trop sensible au repas précédent. De plus elle intégre les glycémies post-prandiales dont l'importance demeure sous estimée [Lire] et parait être importante dans le syndrome métabolique et le surpoids

A suivre...
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente