Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES RÉTINOÏDES ET LE VEGF

En décembre 1998 - une étude publiée dans le Journal of Investigative Dermatology1 présente le mécanisme d'action des rétinoïdes2 sous un angle nouveau. Ce travail de recherche, auquel est associé le CE.R.I.E.S., a été mené sous la direction du Dr. Erwin Tschachler, Professeur de Dermatologie à l'Université de Vienne en Autriche et Directeur Scientifique du CE.R.I.E.S., et a été l'objet du Prix Aesca3 1998.

Les conclusions de l'étude permettront sans doute de mieux comprendre et soigner des affections cutanées telles que le psoriasis, les ichtyoses, l'acné, la rosacée ou le photovieillissement. Par ailleurs, elles devraient avoir des répercussions importantes sur la recherche cosmétique en approfondissant les connaissances des mécanismes qui contribuent au maintien d'une peau saine.

L'équipe du Pr. Tschachler a traité des cultures de kératinocytes humains normaux, les cellules de la peau qui constituent l'ultime barrière cutanée, avec trois rétinoïdes7. Elle a ensuite mesuré la production d'une protéine sécrétée par les kératinocytes, le VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor – Facteur de croissance endothélial vasculaire).
L'équipe du Pr. Tschachler a découvert que les rétinoïdes réduisent la production du VEGF de 46 à 58 %. Elle a également constaté que les rétinoïdes inhibent la production du VEGF à des concentrations cutanées faciles à atteindre par des traitements appliqués localement et par voie orale. Les chercheurs ont donc émis l'hypothèse selon laquelle l'inhibition du VEGF contribuerait à l'effet thérapeutique des rétinoïdes.

" Le VEGF a plusieurs rôles biologiques importants ", a expliqué le Pr. Tschachler. " Par exemple, il limite la prolifération des cellules endothéliales, active la formation de nouveaux vaisseaux sanguins et accroît la perméabilité vasculaire. Ce faisant, le VEGF contribue au maintien d'une peau saine et favorise la cicatrisation ".

" Le VEGF intervient également dans la pathogénèse des affections cutanées telles que le psoriasis, l'eczéma de contact, les maladies cutanées bulleuses8, les verrues vulgaires et l'éphithélioma spinocellulaire9", a ajouté le Pr. Tschachler. " Dans ces cas, la production du VEGF est supérieure à la normale et le VEGF joue un rôle actif dans le déclenchement de ces maladies : il augmente la perméabilité des vaisseaux sanguins qui irriguent la peau, attire les cellules inflammatoires et les cellules endothéliales dans la peau et favorise l'angiogénèse. Comme les rétinoïdes atténuent certaines de ces pathologies, nous avons évalué leurs répercussions sur la production du VEGF ".

" Les travaux de recherche que nous avons menés nous portent à croire que les rétinoïdes inhibent activement la production du VEGF par les kératinocytes humains normaux ", a déclaré le Pr. Tschachler. " Ce phénomène pourrait expliquer en partie les effets thérapeutiques des rétinoïdes dans les affections telles que le psoriasis, qui se caractérisent par la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, ou la rosacée, qui comporte des œdèmes du visage, des rougeurs (ou érythèmes) et une dilatation des vaisseaux sanguins superficiels (télangiectasies). Les conclusions de cette étude permettent de mieux comprendre ces affections et leur traitement ainsi que les mécanismes qui contribuent au maintien d'une peau saine ".

" Nous effectuons actuellement de nouvelles expériences afin d'étudier ce phénomène et de trouver des explications à d'autres actions des rétinoïdes, notamment le traitement du photovieillissement ", a conclu le Pr. Tschachler.

Voir également : Angiogenèse : les perspectives (Traitement anticancéreux)
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente