Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
HERPES OROFACIAL - HERPES LABIAL
Bouton de fièvre

L'herpes orofacial est une infection - généralement benigne - de la peau et/ou des muqueuses du visage (œil exclu) par un virus Herpes simplex (HSV). Il est le plus souvent signalé comme un "bouton de fièvre". L'infection est chronique et pourra réapparaître périodiquement, volontiers au même endroit du visage

En France on estime que un Français sur trois a présenté des lésions herpétiques ("bouton de fièvre") soit environ 18 millions de personnes dont moins de 10 % semblent en connaitre l'origine virale.

On distingue deux virus herpès : HSV1 et HSV2. C'est HSV1 qui est très majoritairement responsable des localisations orofaciales (tandis que les deux virus se partagent les localisations génitales avec jusqu'à 40 % d'herpès génitaux dus à HSV1).
La transmission du virus herpès se fait généralement par contact direct mais une transmission indirecte est possible car si le virus ne survit que quelques heures en milieu sec il peut persiter jusqu'à 72 heures en milieu humide (serviette ou gant de toilette.par exemple).

SEMIOLOGIE

La primo-infection peut prendre 3 aspects :
  • Etre totalement asymptomatique
  • Forme classique localisée (bouton de fièvre) : Bouquet de lésions vésiculaires souvent ombiliquées, rapidement érosives puis croûteuses. Le regroupement des lésions réalise le « bouquet herpétique », aux contours polycycliques, très évocateur.
  • La gingivostomatite aiguë de l'enfant Dans 25 à 30 %, apparition d'une gingivostomatite aphtoïde intrabuccale, douloureuse et fébrile pouvant empecher toute alimentation.
Les récurences prennent généralement l'aspect du classique bouton de fièvre volontiers précédées de brulure modérée voire de prurit. Il existe des facteurs déclanchants : fièvre, l'exposition solaire, le stress, etc... Le nombre de récurences annuelles est trés variables. Le traitement préventif ne sera envisagé qu'au delà de 6 récurences par an.
La guérison est obtenue en quelques jours.

LES FORMES COMPLIQUEES

L'herpès peut venir compliquer une dermatose préexistante (syndrome de Kaposi-Juliusberg), le plus souvent un eczéma atopique plus rarement une dermite séborrhéique, des brûlures, la gale ou d'impétigo...
L'herpès est la première cause d'érythème polymorphe.

LES FORMES GRAVES

Les formes graves d'herpès orofacial surviennent en règle générale sur un terrain prédisposé.
  • Chez l'immunodéprimé. Les lésions peuvent être extensive et s'accompagnent de signes généraux, voire de manifestations viscérales (pharyngite, œsophagite, pneumopathie, hépatite...).
  • Chez le nouveau-né, l'herpès expose à de graves complications viscérales (méningo-encéphalite, pneumopathie, hépatite).
  • Chez la femme enceinte, la survenue d'une primo-infection herpétique orofaciale, surtout au troisième trimestre, expose au risque d'hépatite herpétique parfois fulminante.
TRAITEMENT

Voir également : Recommandation ANAES Prise en charge de l'herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues) [Lire]

L'aciclovir (Zovirax cp à 200 mg et solution buvable à 200 mg/5 ml destinée aux enfants de plus de deux ans)* qui nécessite 5 prises par jour et peut être utilisé pendant la grossesse

La forme simple (Bouton de fièvre) ne nécessite un traitement per os (Aciclovir (200 mg x 5 par jour 5 à 10 jours) que dans les formes importantes et/ou socialement invalidantes.
Les traitements antiviraux locaux n'ont pas fait la preuve de leur utilité clinique. Un antiseptique doux parait préférable

La gingivostomatite herpétique necessite un traitement , dès le diagnostic évoqué, par l'aciclovir per os (200 mg x 5 par jour) ou par voie intraveineuse si la voie orale est impossible (5 mg/kg x 3 par jour ou 250 mg/m2 x 3 par jour) pendant cinq à dix jours. Ce traitement est assorti de mesures symptomatiques de lutte contre la douleur (lidocaïne visqueuse) et de réhydratation.
NB : le ZELITREX n'a pas d'AMM dans l'herpès orofacial


Le traitement curatif des récurrences par aciclovir per os n'est pas recommandé car il n'est bénéfique ni en terme de délai de guérison ni en terme de durée des symptômes douloureux. Il en est de même des traitements topiques (aciclovir, antiseptiques...), dont aucun n'a fait la preuve de son efficacité.

Le traitement préventif des récurrences par aciclovir per os (exception faite des récurrences induites par le soleil qui relèvent seulement de l'application d'un stick labial écran solaire) est indiqué chez les patients présentant plus de six récurrences par an avec retentissement socioprofessionnel important (400 mg x 2 par jour). Le traitement doit être maintenu pendant au moins six mois, voire un an.

LES PRECAUTIONS

Au quotidien en cas de poussée, pour limiter les risques de transmission :
- ne pas embrasser les nouveau-nés, les enfants en bas âge, les atopiques, les immunodéprimés, les femmes enceintes ;
- ne pas toucher, gratter les lésions ;
- ne pas partager brosse à dents ou linge de toilette ;
- ne pas se frotter les yeux ou les paupières ;
- ne pas avoir de rapports sexuels orogénitaux.

Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente