Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Eczématides - Dartres
Pityriasis alba

Les eczématides, également dénommées dartres ou pityriasis alba par les Anglo-Saxons, réalisent des macules érythémato-squameuses bien limitées, évoluant vers une dépigmentation post-inflammatoire. Elles s’observent au cours de la dermatite atopique où elles représentent l’un des critères diagnostiques mineurs d’Hanifin et Rajka. Elles surviennent aussi en dehors de tout contexte d’atopie.

Les eczématides apparaissent le plus souvent chez l’enfant entre 3 et 16 ans mais sont également décrites chez l’adulte. La lésion est arrondie ou ovale et mesure 0,5 à 2 cm de diamètre. Des eczématides de grande taille se voient parfois sur le tronc. Chaque lésion évolue en plusieurs phases et plusieurs éléments d’âge différent peuvent coexister chez un même patient. La lésion initiale est érythémateuse.

L’intensité de l’érythème est variable ; il est souvent discret, rosé ou à peine visible. L’érythème est plus marqué en bordure et celle-ci est légèrement en relief. L’intensité de l’hyperkératose sus-jacente est également très variable. La surface peut être crouteuse par endroit.

Le prurit est modéré ou absent.

L’érythème laisse progressivement place à une dépigmentation, et la lésion évolue vers une macule hypopigmentée finement squameuse, puis tout à fait lisse. À ce stade, les eczématides sont plus visibles en été, en raison du bronzage, et chez les sujets à peau pigmentée. Les eczématides sont souvent multiples. Chez l’enfant, elles prédominent sur le visage (régions péribuccales, joues, menton).

Chez l’adulte, les eczématides affectent préférentiellement le tronc, les épaules et les parties supérieures des bras. Une forme extensive de pityriasis alba a été décrite chez l’adulte, comportant des lésions hypopigmentées généralisées, symétriques, prédominant sur la partie supérieure du corps [2].

La durée d’évolution est extrêmement variable. Elle se prolonge le plus souvent sur plusieurs mois, avec une tendance à la récidive jusqu’à la puberté.

Diagnostic différentiel

Les formes initiales érythémato-squameuses peuvent faire discuter un psoriasis, une dermatophytie ou encore un eczéma nummulaire (mais érythème plus marqué et prurit). Un vitiligo voire une lèpre tuberculoïde peuvent être évoqués devant des macules hypopigmentées.

Traitement

Le traitement des eczématides est assez décevant. Il est important de faire comprendre que les lésions, et notamment les macules hypopigmentées, motif fréquent de consultation, disparaissent spontanément après une durée variable d’évolution.

En cas de dermatite atopique associée, il est toujours utile de lutter contre la xérose à l’aide d’émollients et en supprimant les facteurs irritants externes (détergents, laine, sécheresse de l’air ambiant).

Le caractère sec et squameux des eczématides peut être amélioré par des émollients simples ou par un topique kératolytique. Chez l’enfant, les crèmes à base d’AHA ou contenant 10 à 20 p. 100 d’urée peuvent être proposées sur le visage et le corps.
L’huile de cade (Laccoderme ®) est intéressante sur les lésions nettement kératosiques.

Les eczématides présentant une composante inflammatoire peuvent être améliorées par un topique à base de cuivre et de zinc ou par une corticothérapie locale de niveau 3 sur le visage et 2 sur le corps.
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente