Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Opération "Octobre rose"
Pas si simpliste

2011

En 2006, Communiqué de presse de la Revue Prescrire
Dépistage mammographique des cancers du sein : Une balance bénéfices-risques peu favorable
Les femmes doivent être bien informées des bénéfices prévisibles (modestes), des risques, des limites et des incertitudes, de cet examen. [Lire]

Octobre rose: vous reprendrez bien un peu de désinformation ?
Dans certains pays, le Royaume-Uni pour ne pas le citer, on informe les femmes honnêtement sur les avantages et les inconvénients, les bénéfices éventuels et les risques potentiels, du dépistage du cancer du sein par mammographie.En France, non. Pensez... En France, on est contre le cancer. Contre ce qui est mal, pour ce qui est bien. On ne va pas, en plus, réfléchir, ou informer. [Lire] (enattendantH5N1)

British Medical Journal
"Pour 2000 femmes invitées au dépistage pendant dix ans, un décès dû au cancer du sein sera évité mais dix femmes en bonne santé seront surdiagnostiquées. Ce diagnostic par excès conduira à 6 tumorectomies inutiles et à 4 mastectomies non justifiées et placera 200 femmes dans une situation de troubles psychologiques liés aux investigations suivantes. Ainsi, le pourcentage de femmes survivantes à 10 ans sera de 90,2 % si elles ne se sont pas prêtées au dépistage et de 90,25 % dans le cas contraire." [Lire] (BMJ)
La question est donc
Faut-il continuer à traiter 10 femmes pour rien
pour en sauver une ?
Et c'est aux femmes en âge du dépistage qu'il faut la poser
pas aux médecins

Décider librement
Alors que, comme chaque année en octobre, l’infantilisante et commerciale propagande rose déferle pour inciter au dépistage du cancer du sein par la mammographie, le Formindep publie trois articles importants pour rappeler le B-A BA de la décision de santé dans une société démocratique : permettre aux personnes concernées de décider en toute liberté sur la base de données fiables. [Lire] (formindep.org)

Lettre à un médecin coordinateur du dépistage par mammographie qui me veut du bien mais qui m’informe mal.
Monsieur le médecin coordinateur du dépistage organisé du cancer du sein,
Vous m’avez adressé une invitation au dépistage organisé du cancer du sein. Ce dépistage m’est donc adressé comme à toutes les femmes de ma tranche d’âge. Cette année, divers éléments m’ayant interpellée, j’ai voulu connaître les données actuelles de la science à propos du dépistage systématique du cancer du sein par mammographie avant de me décider. Voici le résultat de mes recherches [Lire]

Cancer du sein : Epidémie ou surdiagnostic ?
L'augmentation du surdiagnostic de cancer du sein qui entraîne des traitements inutiles et dangereux consécutifs au dépistage y est estimée à 76% chez les femmes de 50 à 64 ans. An Investigation of the Apparent Breast Cancer Epidemic in France [Lire]
Selon le BMJ, si 2000 femmes sont dépistées régulièrement pendant 10 ans, une seule bénéficiera du dépistage car elle évitera de mourir d'un cancer du sein. En même temps, 10 femmes en bonne santé deviendront, au fait du dépistage, cancéreuses et seront traitées inutilement. 200 seront inquietées inutilement. [Lire] (BMJ)
Pas facile...

Et si on osait parler argent...
Sauf erreur de ma part, le coût du dépistage est, par personne dépistée, de 100 € pour les examens et leur interprétation (67 € à 165 € selon la réalisation ou non d'un bilan complémentaire) et de 30 € pour les missions assurées par le centre de coordination. La rémunération des radiologues est effectuée directement par les caisses d'assurance maladie sur le tarif de 66,42 € pour une mammographie bilatérale et de 41,58 € pour une échographie des seins. Ce tarif est fixe, que les examens soient réalisés sur prescription médicale ou dans le cadre des campagnes de dépistage et, pour les mammographies, qu'elles soient conventionnelles ou numériques.
Selon diverses sources (BMJ, Cochrane, etc..), pour sauver une vie il faut dépister 2000 femmes pendant 10 ans, soit un total de 10 000 mammographies (une tous les deux ans) soit un coût moyen de 1 million d'euros... si on rajoute les traitements inutiles qui pourraient être faits à 10 femmes et les examens complémentaires inutiles faites à 200 femmes le simple coût financier de cette vie sauvée explose.
Je sais la vie n'a pas de prix.... au Sahel, elle ne vaut rien.

A noter également
Près d'un tiers des Français, 29% environ, ont dû renoncer à se faire soigner, faute d'argent ces derniers mois contre 11% il y a deux ans, selon un sondage CSA pour Europ Assistance [Lire]

"Mammography Saves Lives" Slogan Doesn't Tell Full Story
"There is no doubt that screening mammography has generally been oversold" in invitations to screening and in campaigns from cancer societies and other interest groups everyw here in the w orld w here this has been studied, Dr. Jorgensen said.
The result is that women "trust screening to reduce their risk of dying from breast cancer to an extent that is in no way scientif ically justif ied," he continued. We would all like to believe that a woman's life will be saved by mammography "if a cancer that she did not know about is detected at screening," he said. "But in fact, the likelihood that the woman in question will be diagnosed with breast cancer unnecessarily is 10 times greater." [Lire]

Cancer screening and informed consent. A new French exception?
Ignoring the obligation to make balanced information regarding screening advantages and disadvantages is not only unethical, it also ignores evidence based medicine; risk information improves knowledge and allows for increased informed choices, without affecting the uptake of screening [Lire]

David Elia n'est pas un sein.
J'écoute hier matin David Elia sur Europe 1, il est consultant de la station, et il fait l'apologie de la mammographie à l'occasion de l'opération (que le terme est bien choisi) Octobre Rose
Je suis effondré : est-ce que David Elia a un cerveau ? [Lire] (docteurdu16)

Le dépistage organisé du cancer du sein dans la tourmente danoise.
Le dépistage organisé du cancer du sein mis en place à Copenhague en 1991 n'aurait eu aucun effet sur la mortalité des femmes par cancer du sein.
C'est la conclusion d'une étude publiée par le British Medical Journal. L'équipe de chercheurs danois a comparé les variations annuelles de décès par cancer du sein à Copenhague et dans une autre région danoise offrant un dépistage organisé depuis 1993 à celles observées dans les régions sans dépistage. Et les chiffres sont troublants : les femmes concernées par le dépistage avaient bénéficié d'un baisse de la mortalité par cancer du sein de 1% par an dans les régions où le dépistage était proposé et de 2% par an dans les régions sans dépistage ! [Lire]

An Investigation of the Apparent Breast Cancer Epidemic in France Screening and incidence trends in birth cohorts
L'augmentation du surdiagnostic de cancer du sein qui entraîne des traitements inutiles et dangereux consécutifs au dépistage y est estimée à 76% chez les femmes de 50 à 64 ans. Les auteurs de l'étude concluent que l'épidémie de cancer du sein n'est pas réelle Elle s'explique par l'intensification du dépistage. [Lire]

PS
Moi aussi j'aurai aimé avoir des certitudes
Dr H. Raybaud
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente