Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
S A R T A N S
http://www.pharmacovigilance-toulouse.com.fr/

Quelle place pour les antagonistes de l’angiotensine II dans le traitement de l’HTA ?
(E. Garrigue, A.Pathak)

Dans l’essai LIFE étudiant le bénéfice du losartan (Cozaar ° ) par rapport à l’aténolol dans l’HTA compliquée d’hypertrophie ventriculaire gauche, les auteurs concluent à une meilleure efficacité du losartan sur la prévention de la morbi-mortalité (Lancet, 2002, 359,1004). Cependant, le critère de jugement était un critère combiné (c’est-à-dire composite et dans tous les cas non validé) associant mortalité cardiovasculaire, AVC et IDM. Le seul bénéfice pour le losartan porte sur la réduction du nombre d’AVC. De plus, le losartan a été utilisé dans 90% des cas en association avec l’hydrochlorothiazide. Cet essai confirme qu’à ce jour, les seuls médicaments ayant démontré leur efficacité sur la morbi-mortalité dans la prise en charge de l’HTA restent les b-bloquants et les diurétiques. Etude LIFE [Lire]

HTA : Un diurétique thiazidique reste la référence
La Revue Prescrire (Avril 2003 N° 238)
Un diurétique thiazidique reste la référence en première intention chez la plupart des hypertendus. L'efficacité préventive sur la mortalité cardiovasculaire a été retrouvée dans tous les sous-groupes de l'étude ALLHAT y compris celui des biabétiques de type 2.
La place des autres antihypertenseurs en prévention cardiovascualire, et en particulier celle des antagonistes de l'angiotensine II (sartans) est finalement restreinte.



Attention à la prescription d’antagonistes de l’angiotensine II chez l’insuffisant cardiaque
(E. Garrigue, A.Pathak)

L’essai Val-HeFT a évalué l’intérêt d’adjoindre le valsartan (Tareg®, Nisis®) au traitement conventionnel de l’insuffisance cardiaque dans un essai contrôlé contre placebo (N Engl J Med, 2001,345,1667). Les critères de jugement étaient la mortalité et un critère combiné associant mortalité, arrêt cardiaque ressuscité, utilisation de médicaments inotropes ou vasodilatateurs IV durant plus de 4 heures. Le bénéfice porte uniquement sur les signes fonctionnels et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque. Aucun effet n’est observé sur la mortalité et l’analyse en sous-groupes montre une surmortalité dans le groupe recevant IEC et b-bloquant. Ainsi, la place du valsartan reste limitée aux insuffisants cardiaques sans b-bloquant, groupe qui ne devrait idéalement plus exister étant donné les recommandations d’utilisation de ces médicaments dans le traitement de cette pathologie.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente