Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
MEDECINES TRADITIONNELLES
En Europe, la saignée fut pratiquée pendant des siècles...

Jusqu'à 80 % des populations des pays en développement s'en remettent à la médecine traditionnelle pour les soins de santé primaires, par tradition culturelle ou faute d'autres alternatives.
Dans les pays riches, nombreux sont ceux qui ont recours à divers types de remèdes naturels en partant du principe que ce qui est naturel est sans danger.
Cette croyance n'est pas partagée par l'OMS, qui a enregistré en 20 ans, plus de 10.000 cas de complications chez des patients traités par les médecines dites « traditionnelles, complémentaires ou alternatives ».

Esculape D'autre part, on peut sans hésiter ajouter aux victimes des accidents les innombrables echecs et "pertes de chance" des pratiques naturelles... et noter également que la médecine moderne a également un large éventail d'effets secondaires potentiellement graves
    Voir également
  • Dix moyens pour éviter de se faire avoir par les charlatans
  • www.charlatans.fr.st/ (Lien externe)
  • Pharmacologie du placebo ou copie locale [Cliquez ici]
  • Information - Publicité médicale : Tourt ce qui brille n'est pas or
  • A efficacité égale, un vieux médicament vaut mieux qu'un nouveau : Proverbe médical :-))
  • Nouveauté n'est pas synonyme de sécurité... ni d'innovation !!!
  • Évaluation des médicaments : au service de qui ? (La Revue Prescrire Numéro 239, mai 2003)
  • Les publicités trompeuses sur les médicaments nuisent à la santé et font gaspiller de l'argent

    Principes directeurs de l'OMS relatifs à l'information du consommateur sur l'usage rationnel des médicaments traditionels, complémentaires et alternatifs

    Questions que les consommateurs doivent se poser
    • Le traitement est-il adapté à la maladie ou à l'affection dont ils souffrent ?
    • Le traitement est-il susceptible de prévenir, de soulager et/ou de guérir les symptômes ou de contribuer de toute autre façon à améliorer la santé et le bien-être du consommateur ?
    • Le traitement ou les médicaments à base de plantes sont-ils dispensés par un praticien de médecine traditionnelle, complémentaire ou alternative qualifié ou autre praticien possédant une formation adéquate, les compétences et les connaissances voulues, et de préférence accrédité et diplômé ?
    • La qualité des produits ou médicaments à base de plantes a-t-elle été vérifiée et quelles sont les contre-indications et précautions à respecter ?
    • Le prix des traitements ou médicaments à base de plantes est-il compétitif ?
    Politiques pouvant être mises en place par les pouvoirs publics
    • Veiller à fournir aux consommateurs des informations suffisantes sur l’efficacité et l’innocuité des produits ainsi que les contre-indications Instituer des filières adaptées pour permettre aux consommateurs de signaler les réactions indésirables aux médicaments et les faire connaître
    • Organiser des campagnes de communication pour apprendre aux consommateurs à discerner la qualité des services qu’ils reçoivent
    • Faire en sorte que les praticiens soient dûment qualifiés et accrédités
    • Encourager les échanges entre praticiens traditionnels et classiques
    • Autoriser le remboursement par les assurances des thérapies et des produits non conventionnels pour lesquels on dispose d’une base de connaissances valable
    Structures et méthodes du système de santé susceptibles de promouvoir une amélioration de la qualité et de la sécurité
    • Elaboration de normes de qualité et de recommandations thérapeutiques pour assurer l’uniformité dans un système de santé particulier
    • Normalisation des critères de formation et de compétence pour les praticiens afin d’accroître la crédibilité des pratiques traditionnelles ou alternatives et la confiance des consommateurs
    • Collaboration entre dispensateurs de soins classiques et traditionnels ou complémentaires afin d’améliorer les résultats du traitement, mais aussi de promouvoir la réforme du secteur de la santé
    • Organisation des tradipraticiens ou praticiens de la médecine alternative afin de mieux structurer les mécanismes d’autoréglementation
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente