Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
Pourquoi
la vaccination contre les virus HPV
me pose problème

Dr H. Raybaud - 11 octobre 2008 - MAJ 11/2013

Voir également sur Esculape : Gardasil °: Vaccin pour le Cancer du col de l'utérus

Dans la presse médicale internationale

Human Papillomavirus Vaccination - Reasons for Caution (NEJM)
Despite great expectations and promising results of clinical trials, we still lack sufficient evidence of an effective vaccine against cervical cancer. Several strains of human papillomavirus (HPV) can cause cervical cancer, and two vaccines directed against the currently most important oncogenic strains (i.e., the HPV-16 and HPV-18 serotypes) have been developed. That is the good news. The bad news is that the overall effect of the vaccines on cervical cancer remains unknown. As Kim and Goldie1 point out in this issue of the Journal, the real impact of HPV vaccination on cervical cancer will not be observable for decades. [Lire]

Computer modeling rather than "real world" data
The conclusion, published in the Aug. 21 issue of the New England Journal of Medicine , is based on computer modeling rather than "real world" data, leading some experts, including the authors of a related editorial, to question the advisability of implementing widespread vaccination programs.
"There's a lot of uncertainty in the data, and we had to make a lot of assumptions about the vaccine's properties," Kim explained.
"We made very optimistic assumptions, and we haven't looked at the vaccine long enough to know how these assumptions will bear out." [Lire]

MAJ 2013
Gardasil : Intérêt ? Risques ? Dangers ?
(atoute.org)
Retour sur le vaccin contre le virus HPV à l'occasion d'une plainte récente.
Quelles sont les preuves, en 2013, de l'intérêt des vaccins contre les virus du cancer du col de l'utérus ? Quels sont les risques et les dangers avérés de ces vaccins ? Nous ne savons toujours pas en 2013 si ce vaccin épargne des vies ou des cancers invasifs. Certes, une telle démonstration demande un suivi très long (10 à 20 ans) car le cancer du col se développe souvent lentement, mais face aux sommes engagées et aux incertitudes sur les risques liés à cette vaccination, il semble qu'un peu de patience aurait pu être de mise. L'accident constaté chez Marie-Océane est dans doute la rencontre d'une forte stimulation antigénique due aux protéines virales du vaccin et ses adjuvants, avec des composants de son système nerveux qui présentaient par malchance une parenté avec les antigènes du virus ou une forte sensibilité aux adjuvants. Après des millions de vaccinations depuis 6 ans, les problèmes graves rapportés et éventuellement imputables au vaccin sont exceptionnels [Lire]
Revoir
Gardasil : des précisions supplémentaires de CMT sur la vaccination. +++ [Lire]

Mon problème...

Dans l'état actuel de mes connaissance , je vois 3 scénarios possibles et équivalents à considérer dans 20, 30 ans....
  1. Les jeunes filles vaccinées à 14 ans ont moins de cancer du col
  2. Les jeunes filles vaccinées à 14 ans ont autant de cancer du col
  3. Les jeunes filles vaccinées à 14 ans ont plus de cancer du col
Les partisans de la vaccination ont fait le pari (?) de la première hypothèse, mais je suis assez rétrograde pour pencher vers le "primum non nocere " de nos maîtres. La seule unanimité reste sur la nécessité de pratiquer des frottis de dépistage tous les 3 ans ce qui peut paraître un peu paradoxal....

Devons nous simplement "croiser les doigts" pour que le troisième scénario ne survienne pas ???
Je note également que l'ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu ) du vaccin Gardasil ° a été noté III (trois) c'est à dire "Amélioration modeste en termes d'efficacité thérapeutique et/ou de réduction des effets indésirables" [Lire]

En effet, je ne doute pas de l'efficacité du GARDASIL sur l'éradication de deux virus oncogènes (ce qui correspond dans toutes les bonnes études à un résultat intermédiaire) mais je m'interroge sur la projection purement théorique qui affirme que cette éradication diminuera à terme le nombre de cancer du col. (Quoique...voir quand même : VRBPAC Meeting
La question se pose également de la promotion possible des autres virus oncogènes....(cf infra) et du risque à vacciner une femme déjà porteuse du virus HPV [Lire]

En résumé, il me semble pour le moins discutable que des générations de jeunes filles participent à une "expérimentation à grande échelle ".
Quelle seraient nos excuses si le troisième scénario survenait .... dans 20 ans??

Enfin et pour conclure, une partie de la communauté médicale internationale s'interroge également et demande - pour le moins - un moratoire car elle hésite à cautionner et adopter la vaccination chaque année de milliers voire de millions de très jeunes filles sans une garantie de résultat. [Lire]

Très cordialement.
Dr H. Raybaud

Pour information
Le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France précise par ailleurs
  • Que la mise en place d'un simple dépistage organisé dans certains pays d'Europe du Nord a permis de réduire l'incidence et la mortalité du cancer du col de 80% donc bien plus que le vaccin et pour un coût bien moindre
  • Que l'impact du vaccin sur l'incidence et la mortalite du cancer du col uterin ne deviendra apparent qu'a long terme, dans 15 a 25 ans ;
  • Qu'il serait possible que, si les femmes vaccinées se faisaient moins dépister, l'incidence et plus encore la mortalité du cancer du col de l'utérus augmentent, le vaccin n'étant pas efficace vis-à-vis d'environ 30% des cancers
  • Qu'il ne peut être exclu que l'effet du vaccin ne soit que transitoire du fait de l'émergence d'autres génotypes d'HPV oncogènes, venant remplacer les génotypes 16 et 18 ;
  • Que la durée de la protection octroyée par le vaccin, évaluée sur une population restreinte d'environ 100 femmes et sur les données immunologiques, est d'au moins 5 ans, mais que la durée de la protection à long terme ne peut être encore connue.
  • Que si un rappel de ce vaccin devait s'avérer nécessaire et si certaines femmes négligeaient d'y recourir, il existerait un risque de décalage de l'incidence du cancer du col vers un âge plus avancé (les femmes vaccinées risquent d'avoir plus de cancer que les non vaccinées si elles se font moins dépister et si elles ne font pas de rappel alors que le frottis seul est très peu coûteux, et efficace…) [Texte complet]
NB NB NB NB
Je serais ravi de changer d'avis.
Vos réponses argumentées seront mises sur le site [Contact]

PS : Pour mémoire
Le Distilbène ° ...
le Vioxx, encensé par les leaders d'oppinion, a été précipitamment retiré.
L'intérêt de la vaccination généralisée des adultes contre l'hépatite B reste encore à démontrer.
La cerivastatine qui lavait plus blanc que blanc, a été retirée du marché
Le THS (ou THM) panacée féminine pendant des décades devenue "potion du diable"

=============================================

Par ailleurs...

Trop de questions demeurent également sans réponse. http://www.minerva-ebm.be
  • L’introduction d’un vaccin contre certains sérotypes viraux ne va-t-elle pas ouvrir une niche pour d’autres types de virus 9 ?
  • La protection est-elle à vie ? Un booster (ou plusieurs) sera-t-il (seront-ils) nécessaire(s) et dans quel délai ?
  • L’âge précis de la vaccination (pour quel groupe cible ?) n’est pas encore déterminé par consensus 10.
  • En plus des filles, les garçons doivent-ils être vaccinés ?
  • Des simulations sur ordinateur ont calculé, aux E.-U. que la vaccination des fillettes lors de leur douzième année, entraînerait une réduction de 61% de l’incidence de cancer du col de l’utérus. La vaccination des garçons n’apporterait qu’une réduction supplémentaire de 2,2% mais avec un surcoût fort important et ne semble donc pas indiquée 11.
  • De tels résultats ne sont cependant pas transposables dans des pays sans dépistage du cancer du col.

    Des questions demeurent également au sujet de l’information aux patients et concernant l’impact de la vaccination.
  • Le vaccin sera-t-il accepté par les parents et par les enfants 12,13 ?.
  • Quels messages adresser aux patients, la proposition de vaccination insistant sur le fait qu’une infection de survenue fréquente, sexuellement transmissible, cause le cancer du col utérin ?
  • Cette vaccination modifiera-t-elle le comportement, les personnes vaccinées se sentant mieux protégées et s’exposant à des activités sexuelles plus à risque avec les conséquences possibles au niveau des autres MST ?
  • Les femmes vaccinées participeront-elles encore aux examens gynécologiques systématiques, alors qu’une partie substantielle des sérotypes viraux à haut risque ne sont pas inclus dans le vaccin ?
  • Les femmes qui développeront malgré tout un cancer se sentiront-elles stigmatisées ?
Malgré ces questions pertinentes, l vaccin HPV quadrivalent a été accepté tant par la FDA aux E.-U. (juin 2006) que par l’EMEA en Europe (septembre 2006) et est désormais disponible en Belgique.
[Texte complet]
http://www.minerva-ebm.be
Plus d'information :
  • HPV Vaccin contoverse
  • http://www.gardasil.fr/
  • http://www.cancerducol-infos.fr/ (Cervarix °)
  • Dois-je me faire vacciner ou faire vacciner ma fille contre le papillomavirus (HPV) ? ( Martin Winckler)
  • http://www.gardasil.fr/
  • Human Papillomavirus Vaccination — Reasons for Caution (NEJM)
  • Gardasil ® HPV Quadrivalent Vaccine - VRBPAC Meeting (Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee )
  • « Cancer du col de l'utérus Le frottis plus efficace que le vaccin » (Claude Beraut)
  • Cervical Cancer Vaccine Worth the Cost: Study (HON)
  • .Gardasil et Cervarix sur la sellette en Allemagne

    ..
  • .
    Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente