Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente

Source : http://charlatans.info
Douze questions à poser
lorsqu'on évalue l'une des "médecines douces"

Dr. Dominic Larose.

Chaque jour apparaissent de nouvelles théories médicales et de nouvelles thérapies. Comment faire pour démêler les innovations sérieuses et bienvenues des prétentions farfelues et dangereuses ? Ce questionnaire pourrait nous y aider.

1 - Y a-t-il un "inventeur" ? Et est-il le seul à détenir les preuves de l'efficacité de cette thérapie ?

2 - Est-ce que la thérapie prétend couvrir l'ensemble des maladies ?

3 - Cette thérapie ou cette "science" existe-telle depuis des millénaires ? Et malgré tout, elle n'a toujours pas fait ses preuves ou reste controversée ?

4 - Est-elle est très populaire ailleurs, dans d'autres pays que le nôtre ?

5 - Prétend-t-on qu'il y a un complot pour prévenir son utilisation ? Que la thérapie est tellement efficace qu'elle mettrait ipso facto les médecins au chômage ?

6 - Dit-on pouvoir faire des diagnostics, mais attention : "énergétiques" et non pas conventionnels ?

7 - Est-ce qu'on vous dit que si vous avez le cancer, c'est parce vous l'avez voulu ou mérité ?

8 - La théorie remet-elle en question d'autres sciences comme la biologie, la physique ou la chimie ?

9 - Est-ce qu'on compare le fondateur à Galilée ?

10 - Est-ce que la thérapie en question est ancienne et ne s'est à peu près pas modifiée depuis des siècles ?

11- Vous demande-t-on d'abandonner toute thérapie de la médecine orthodoxe ?

12- Est-ce que la définition du succès est suffisamment flexible pour prévoir toutes les possibilités ?


RÉPONSES

1- Y a-t-il un "inventeur" ? Et est-il le seul à détenir les preuves de l'efficacité de cette thérapie ?

D'emblée : mauvais signe. En général, une médecine ou une thérapie qui est le fruit du travail d'une seule personne est souvent fallacieuse. Une personne peut découvrir des faits nouveaux, mais rapidement d'autres chercheurs arrivent aux mêmes conclusions. Si les résultats ne sont positifs que lorsqu'ils sont issus des expériences d'une même personne ou d'un petit groupe, il faut se méfier. Prenons par exemple le cas récent de la fusion froide.


2- Est-ce que la thérapie prétend couvrir l'ensemble des maladies ?

Les causes des maladies sont multifactorielles et, donc, penser qu'il n'y en a qu'une seule est suspect. Pour les acupuncteurs, tout dépend du Qi. Pour les chiropraticiens, tout dépend de dérangements intervertébraux. Pour les naturopathes, tout dépend de l'alimentation. Pour les homéopathes, les causes n'ont aucune importance : seule la classification correcte des symptômes est garante du succès thérapeutique.

Dans le cadre de tous ces systèmes, on n'aurait jamais découvert l'importance du tabac comme facteur dans les cancers et les maladies cardiovasculaires. Aucun conseil préventif utile n'aurait pu être donné à la population concernant le lien entre la santé et le tabac, si on n'avait eu à se fier qu'aux pratiques alternatives. Plus l'indication du traitement est large, plus l'effet est non spécifique et donc probablement dénué d'effet autre que placebo.


3- Cette thérapie ou cette "science" existe-telle depuis des millénaires ? Et malgré tout, elle n'a toujours pas fait ses preuves ou reste controversée ?

Très mauvais signe. Une vérité cliniquement significative ne devrait pas être si difficile et longue à mettre en évidence par les méthodes reconnues.


4- Est-elle est très populaire ailleurs, dans d'autres pays que le nôtre ?

Beaucoup de recherches sont "positives", mais publiées dans des périodiques obscurs, non disponibles. On entend beaucoup parler de systèmes d'ex-URSS ou du Mexique. Mais pourquoi donc n'est-ce pas courant par ici ? "A beau mentir qui vient de loin", comme disait ma mère.


5- Prétend-t-on qu'il y a un complot pour prévenir son utilisation ? Que la thérapie est tellement efficace qu'elle mettrait ipso facto les médecins au chômage ?

À l'âge de la mondialisation de l'ensemble des connaissances, il est peu probable que les différentes thèses de complot secret soient valides. Même le président Nixon n'a pas pu prévenir les fuites du Watergate.


6- Dit-on pouvoir faire des diagnostics, mais attention : "énergétiques" et non pas conventionnels ?
Ceci veut dire que le thérapeute peut déclarer que votre corps subtil ou vos énergies sont "déséquilibrées". Il peut aussi déclarer qu'à la suite de ses traitements, les énergies sont maintenant "rééquilibrées". Comment allez-vous vérifier ? Si vous avez les mêmes migraines qu'avant, c'est somme toute secondaire et probablement parce que vous ne voulez pas vraiment guérir !

Dans les médecines douces, c'est souvent le patient qui est fautif plutôt que la thérapie qui n'est pas bonne. Votre rein subtil est peut-être guéri, mais l'état de votre rein physique ne vous permet pas d'abandonner l'hémodialyse. C'est simplement de la résistance au traitement, ce qui prouve que vous n'êtes pas vraiment décidé à guérir.


7- Est-ce qu'on vous dit que si vous avez le cancer, c'est parce vous l'avez voulu ou mérité ?

La thérapie serait efficace, mais vous empêchez qu'elle fonctionne. Variante : le cancer ou toute autre maladie que la plupart d'entre nous trouvons terrible est une "merveilleuse" occasion de croissance personnelle. La guérison est secondaire. Les cancers pédiatriques viennent des fautes de vies antérieures.


8- La théorie remet-elle en question d'autres sciences comme la biologie, la physique ou la chimie ?

Évidemment, si l'ensemble des observations des derniers siècles, faites par des milliers de personnes de disciplines différentes doivent être invalidées, cela pose un plus grand problème. L'homéopathie, par exemple, postule la transmission d'information sans support matériel connu. C'est un plus grand problème que le postulat des méridiens d'acupuncture, qui lui ne nécessite pas que les données des autres sciences soient fausses.


9- Est-ce qu'on compare le fondateur à Galilée ?

Problème fréquent : il semble que le milieu du nouvel âge soit rempli de génies dont l'intelligence n'est pas reconnue par le milieu scientifique. Pour un révolutionnaire de la trempe de Galilée, il y a eu mille esprits égarés qui étaient réellement dans l'erreur. Dans le cas de Galilée, c'est l'Église qui lui a donné du fil à retordre, et non pas la communauté scientifique du temps. La plupart des idées folles ne sont que cela : des idées folles. Les "changements de paradigme" ne sont pas fréquents.


10- Est-ce que la thérapie en question est ancienne et ne s'est à peu près pas modifiée depuis des siècles ?

Si un corpus de connaissances - souvent le fruit d'un seul esprit ancien - ne change pas, cela m'apparaît très mauvais signe. Il est plus usuel qu'une thérapie réellement fondée s'améliore continuellement. Par exemple, en homéopathie, on ne tente que de prouver les postulats du fondateur. Pas de recherches pour savoir si, pour une indication donnée, un individu donné, telle concentration ou tel produit serait meilleur qu'un autre. En passant, je soupçonne la psychanalyse des mêmes travers.


11- Vous demande-t-on d'abandonner toute thérapie de la médecine orthodoxe ?

Comme cette dernière recommandation est rarement suivie (heureusement), cet argument est utilisé à deux sauces. Les méfaits de la médecine conventionnelle serviront d'excuse en cas d'échec : si les soins médicaux ne sont pas arrêtés complètement, il y a manque de foi du malade, et donc une bonne excuse si le traitement ne marche pas.

Si le patient guérit, on verra que le thérapeute alternatif va récupérer le succès pour lui seul. Un nombre important de personnes se disent guéries de leur cancer par un quelconque thérapeute alternatif, alors qu'elles ont aussi eu de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie. Pas de farce !


12- Est-ce que la définition du succès est suffisamment flexible pour prévoir toutes les possibilités ?

Disons qu'une personne reçoit des traitements alternatifs pour combattre un cancer. Si le malade décède, il a consulté trop tard. Si son état ne s'aggrave pas pendant un certain temps, il a au moins été stabilisé. S'il s'améliore, c'est bien sûr grâce à la thérapie. Si toute forme de succès est temporaire, c'est quand même perçu comme positif.

A lire aussi :
- Les médecines douces
- Les thérapies alternatives et la psychologie de la croyance
- Comment éviter les charlatans
- L'illusion de la guérison
- Les corrélations illusoires
- Magie et médecines parallèles
- Les théories charlatanesques
- La machine à croire

Pour aller plus loin :
- Petit cours d'autodéfense intellectuelle . Normand Baillargeon
- Le sommeil de la raison. Norbert Bensaïd
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL
- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif
- Idées folles, idées fausses en médecine. Skrabanek, Mc Cormick
- Les pseudo-médecines, Jean Brissonnet
- Les médecines douces, Jean-Jacques AULAS
- Médecines parallèles et cancers.Dr. Olivier Jallut
- La magie et la raison. Simon Schraub
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie Thomas Sandoz

.
Accueil
Recherche
Nouveautés
Email webmaster
Sommaire général
Page précédente