http://www.atoute.org/n/forum/printthread.php?t=117894


Re : les pionniers et la Médecine 2.0
 
Citation:

Posté par d_dupagne
Voici sa vision de la Médecine 2.0, vous en pensez quoi ?
http://www.esculape.com/cqfd/MEDECINE2-0.html


Je m'y colle :

Citation:

D'une manière générale, le web 2.0 désigne l'ensemble des technologies qui facilitent les interactions entre les internautes : communautés en ligne, blogs, forums, wikis, votes, etc...
Citation:


Tous ces outils de mise en avant du Moi (mon site, mon blog, ma tribu...) ont été réunis par Joël de Rosnay dans le terme d'Egologie...voire Egogogologie pour Ego, Google et gogo ou EGObobologie pour la santé. A ne pas confondre avec EXObobologie.. quoique :-)
L'expression Médecine ou Santé 2.0 correspond donc à l'ensemble des applications de ce type, dédiées à la santé.



Oui et non.
Ces outils sont indispensables au Web 2.0, certes, mais ce qui caractérise vraiment le Web 2.0, c'est l'usage qui en est fait : la création de contenus, et non plus la simple consultation d'information rédigée par des auteurs légitimes, des experts, des professionnels.

Citation:

Selon les experts (ça commence mal !!) en santé 2.0,
01 : La sagesse collective communautaire est un principe fondateur de la Web Santé 2.0.
02 : La connaissance n'appartient pas qu'aux experts : le patient doit se l'approprier pour agir en adulte et mieux se soigner..



Je me sens visé (rappelons que texte a été rédigé un premier avril ;))

01 : Oui. Comme pour la démocratie d'ailleurs, c'est le pari que globalement, la foule peut développer une forme d'intelligence si elle est connectée correctement. On a parlé aussi "d'Alchimie des multitudes", concept plus modeste que j'aime bien aussi.
02 : Oui, c'est le principe intraduisible de l'empowerment. Il ne concerne pas que le patient. C'est vrai pour tous les niveaux (médecins généralistes, infirmiers, kinés, sage-femmes, pharmaciens...). C'est une horizontalisation, un passage de la hiérarchie des savoirs à l'hétérarchie et non l'anarchie).

Citation:

Selon moi (c'est pas mieux)
Hélas 01:la sagesse collective n'existe pas. Elle suit les modes, la télé, les campagnes de pub, les "leaders d'opinion", les atavismes, les préjugés, etc...
Hélas 02 : L'information se partage facilement, la connaissance nécessite un apprentissage, la décision demande la compétence.



Tu es bien pessimiste. Quand la démocratie s'est répandue en Europe au 19ème siècle, ses détracteurs employaient les mêmes arguments : Comment confier le sort du pays à une populace ignare, influençable, manipulable à l'envi. On connaît la suite : la foule qui vote et qui élit ses représentants fabrique un système politique de meilleure qualité que celui géré par des ministres professionnels choisis par un monarque éclairé.

Je répète partout qu'un forum de patients est plus difficile à manipuler qu'un congrès de médecins. Je persiste et signe. Il faut vraiment s'immerger dans les communautés de patients pour s'en rendre compte. L'homme est influençable, ignare ou expert. Un groupe d'hommes structuré l'est beaucoup moins (et je ne parle pas des femmes
:mdr:)

Pour ton
Hélas 02 tu rejoins la phrase d'Albert Einstein "La connaissance se fonde sur l'expérience, le reste n'est que de l'information". Le Web 1.0 était du partage d'information unilatéral et descendant. Le Web 2.0 est du partage d'information multidirectionnel.

Le médecin a une expérience limitée des maladies prises une à une mais une forte expérience de leur analyse globale et de l'intégration de leurs symptômes dans une stratégie diagnostique par exemple.


Le patient a une expérience limitée et souvent nulle de l'analyse globale des maladies (ceux qui croient le contraire sur le web sont souvent les pires contributeurs). Il a en revanche une forte expérience de SA maladie. L'échange d'information entre patients atteints d'une même maladie aboutit non plus à de l'information, mais à un vrai système de connaissance sur les traitements, le
coping, la finesse sémiologique de CETTE maladie. Le groupe de patients développe une vraie compétence dans le domaine de sa maladie, compétence qui naît de la confrontations d'expérience.

Bref, connaissance globale mais parcellaire d'un côté, limitée mais profonde de l'autre. Les deux systèmes de connaissance ont vocation à se compléter.


Citation:

Questions
01 : Quid de la sagesse populaire face au dépistage généralisé du cancer de la prostate ?
02 : Quid de la sagesse populaire face à la publicité médicale grand public (Alli, vaccination HPV)
03 : Etc...



01 : la réponse est simple : un grand nombre d'hommes résistent à ce dépistage, au grand dam des urologues, car ils sentent confusément que ce n'est pas très utile.

Mais la sagesse collective n'est pas que populaire. Tu noteras que le dépistage
(néfaste) de ce cancer est fortement rejeté par les médecins généralistes fréquentant nos communautés virtuelles, alors qu'il est largement pratiqué par les généralistes formés par les "experts" urologues et qui n'ont pas d'outils de connexion avec leurs confrères pour redresser cette désinformation.

02 : La sagesse populaire sur internet permet de détecter des messages publicitaires fallacieux et de les critiquer, voire de les ridiculiser. La vaccination HPV (cancer du col) est très contestée sur le web et peu pratiquée dans les faits. Si internet n'avait pas permis aux patientes d'échanger leurs mises en garde (face à la promotion de leurs pédiatres), le lobby des vaccins HPV aurait obtenu une vaccination massive de la population, comme cela a été le cas pour l'inutile et dangereux BCG par exemple.

Citation:

Heureusement, un expert américain nous "éclaire" : selon le schéma ci-après de Scott Shreeve, expert américain reconnu, Health 2.0 facilite un " cercle vertueux " d'innovation et d'amélioration de la qualité et de l'économie des soins, par l'introduction d'une vraie concurrence entre les offreurs de soins, de la médecine fondée sur les preuves, d'un progrès dans la connaissance grâce à la communication à grande échelle des résultats médicaux et d'une information ubiquitaire.



Que la lumière soit !!!!



Ce qui certain c'est que nos patients sont de plus en plus informés - je n'ai pas dit de mieux en mieux informés - et que nous allons devoir intégrer cela dans nos pratiques mais les dérives seront probablement nombreuses. La certification des sites médicaux est une honnête tentative [Lire] mais le web 2.0 n'y est pas soumis et le bruit de fond inutilisable envahit toutes les requêtes faites sur Google.



Fais confiance aux patients et à leurs infomédiaires (non commerciaux) pour faire le tri.

Tu as connu les moteurs de recherche avant Google. Le bruit de fond y étais phénoménal. Google avec sa mécanique pur Web 2.0, a permis de le réduire considérablement. Ce n'est qu'un début, Google a 10 ans.

Citation:

Le net ouvre donc grand la porte à la "mal et/ou dés-information", au charlatanisme, etc... mais représente aussi un magnifique contre-pouvoir que les médecins et les patients doivent investir mais pas à n'importe quel prix car comme "pour les avions qui tombent" les forums sont envahis par les "recalés de la guérison" acteurs et cibles de toutes les dérives.
Les autres sont à la plage....


Tu as raison, mais je crois vraiment que, faute de les avoirs fréquentés en profondeur, tu sous-estimes la capacité de traitement de l'information des communautés de patients.


Citation:

Ce qui est sur c'est que les "experts" et les "leaders d'opinion" se sont largement auto-dévalués (Grippe H1N1, dépistages sauvages, absence de déclaration de conflit d'intérêt, etc..) et ont ainsi crée un fort climat de suspicion. [Lire]


Ce que tu négliges, c'est que sans nos communautés virtuelles de contre-pouvoirs, les mensonges de ces experts n'auraient été ni démasqués, ni révélés au grand jour.

Citation:

De même, les grands laboratoires pharmaceutiques dans leur course effrénée aux profits ont généré une forte méfiance du grand public mais également des médecins. Revoir les médicamenteurs [Lire]



Même remarque. Le Web 2.0 est le pire ennemi des lobbies.

Citation:


Ainsi, selon l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) Internet serait le média qui nie et voit de la manipulation partout. Il véhicule la contestation de toutes les superstructures sociales. Et traite la parole publique comme véhicule du mensonge... [Lire]. On se demande bien pourquoi !!!


Parce que le Web 2.0 est aussi le pire ennemi du pouvoir hiérarchique.
Il permet au gens de penser et de s'informer en échappant à TF1. C'est terrifiant quand tu veux contrôler les foules.

Citation:

Internet est un outil, le web le pire et la meilleure des choses

C'est vrai ; c'est vrai aussi de la démocratie, de la musique, de l'art, des amis, de la sexualité,
de la médecine, de la presse de...

[Retour à la page précédente]